Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Nos reporters retournent dans les pays qui ont marqué l’actualité. Comment vit-on dans les villes traumatisées par une guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel ?... Un dimanche sur deux, à 20h40.

BILLET RETOUR

BILLET RETOUR

Dernière modification : 10/04/2013

Retour à Bagdad, 10 ans après la chute de Saddam

Habitants d'une ville meurtrie par dix ans de guerre et d'attentats, les Bagdadis tentent, malgré tout, de vivre normalement. À l'occasion du 10e anniversaire de la chute de Saddam Hussein, les envoyés spéciaux de FRANCE 24 sont partis à leur rencontre. Reportage.

La violence a profondément modifié le visage de Bagdad. Elle fut l’une des capitales les plus importantes du Moyen-Orient et l’une des plus riches aussi. Aujourd’hui, la ville apparaît comme lacérée de murs de béton. Chaque quartier est bunkerisé, cloisonné par la police et l’armée. Les checkpoints provoquent d’immenses embouteillages, alors que des hommes armés jusqu’aux dents passent, le long des voitures, un détecteur d’explosifs à la main.

L’Irak dispose d’une des plus grandes forces de sécurité du monde, le ministère de l’Intérieur emploie 500 000 hommes. À chaque coin de rue, c’est le même spectacle : des policiers en gilet pare-balle, armés de kalachnikovs, surveillent le trafic depuis leurs Hummers blindés. Ces armes et ces murs donnent à Bagdad une atmosphère post-apocalyptique...

Le 19 mars, l’utilité de ces forces de sécurité se rappelle à tous. Al-Qaïda célèbre à sa manière le dixième anniversaire de l’invasion américaine. Ce matin-là, vers 9 heures, nous nous préparons à intervenir en direct de Bagdad. Nous sommes sur la place où trône encore le piédestal de la statue de Saddam Hussein, arrachée en 2003 par les soldats américains. Boom, première explosion à quelques centaines de mètres. Un panache de fumée s’élève au-dessus des bâtiments. Trois minutes plus tard, nouvelle explosion. Nouveau panache de fumée. Nous avons des choses à raconter pour notre direct... Ensuite, il faut rapidement se mettre à l’abri à l’hôtel. Tous les magasins ferment, les rues se vident… La journée se révèle être la plus meurtrière depuis septembre 2012. Au total, 17 attentats en à peine deux heures. Bilan : 60 morts et 200 blessés.

Vivre normalement, malgré tout


En dix ans, les Bagdadis se sont presque "habitués" aux attentats. Il y a deux règles : nettoyer les dégâts immédiatement pour tenter de les effacer de la mémoire collective et reprendre une vie normale, tout de suite. Ici, tout le monde ou presque a perdu quelqu’un, des blessures qui ne se referment jamais vraiment.

Pourtant les gens vivent leur vie normalement, en dépit des coupures de courant et des difficultés économiques.

En fin de journée, quand la température baisse, le parc Abu Nawas, situé le long du Tigre, se remplit. Les habitants de Bagdad viennent faire du sport et se détendre en famille. Les jeux d’enfants sont pris d’assaut, tandis que chaque coin de verdure se transforme en terrain de foot improvisé. Quand la nuit tombe, on vient déguster du poisson grillé sur les terrasses qui donnent sur le fleuve. Dans ces moments, la violence paraît bien lointaine.

Les théâtres sont pleins tous les soirs, la place est à 4€ et les habitants de Bagdad sont friands de comédies. La vie artistique est étonnement développée, d’ailleurs Bagdad a été désignée capitale de la culture du monde arabe pour 2013.

Si deux vagues d’attentats ont frappé la ville durant notre visite, la vraie surprise aura été de voir ces hommes et ces femmes vivre normalement, en dépit de la violence et des crises politiques. Loin de l’image qu’on peut se faire en regardant les journaux télévisés, le peuple de Bagdad nous a montré qu’il se remet doucement de ses blessures.

 

Par James ANDRE , Chady CHLELA

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/01/2015 Affaire AZF

France : près de quatorze ans après la catastrophe d’AZF, des questions en suspens

Le 21 septembre 2001, à 10h17, le hangar 221 de l'usine AZF de Toulouse est pulvérisé. Cinq cents tonnes d'engrais explosent. L'onde de choc balaie tout sur son passage et...

En savoir plus

26/09/2014 Cambodge

Billet Retour à Phnom Penh

De 1975 à 1979, tout un peuple a été contraint aux travaux forcés par ses dirigeants. Massacres, exécutions, persécutions… les Cambodgiens ont vécu le troisième génocide du XXe...

En savoir plus

21/11/2014 Liban

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

Au Liban, le sujet de la guerre civile (1975-1990) reste encore tabou à Beyrouth, 25 ans après la fin du conflit. Nos reporters sont retournés dans la capitale libanaise, à la...

En savoir plus

07/11/2014 Inde

Inde : Bhopal, dans l'ombre de la catastrophe industrielle

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, l'explosion d'une usine de produits chimiques à Bhopal, dans le nord de l'Inde, provoque la mort de milliers de personnes.

En savoir plus

24/10/2014 Norvège

Norvège : vivre après le massacre d’Utoya

Le 22 juillet 2011, la Norvège est sous le choc : un tireur fou vient d'abattre 69 personnes, et d'en blesser une centaine d'autres, sur la petite île norvégienne d’Utoya, qui...

En savoir plus