Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Asie - pacifique

Un puissant séisme frappe le sud de l'Iran

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2013

Au moins 30 personnes sont mortes dans un tremblement de terre qui a secoué, mardi, le sud de l'Iran. La centrale nucléaire de Bouchehr, située à une centaine de kilomètres de l'épicentre du séisme, n'aurait pas été endommagée.

Un puissant séisme a frappé, mardi 9 avril, une zone rurale du sud de l'Iran, à une centaine de kilomètres de la ville de Bouchehr où est construite la seule centrale nucléaire du pays, faisant au moins 30 morts et 800 blessés, selon l'agence iranienne Isna. L'installation nucléaire, située sur la côte du Golfe, n'a pas été endommagée, a affirmé le gouverneur général de la province de Bouchehr, Fereydoun Hasanvand.

Des équipes de secours ont été envoyées dans la zone du séisme et le chef du Croissant-Rouge iranien, Mahmoud Mozafar, a dit craindre que le bilan s'alourdisse. "Il est probable qu'il y ait des dégâts, étant donné que la zone touchée est rurale", a-t-il expliqué aux médias, notant des "dégâts majeurs" et un village "détruit à 100%" dans la zone de Khormoj.

Selon la télévision, les communications téléphoniques ont été coupées dans le secteur touché où près d'une quinzaine de répliques ont été enregistrées, la plus forte étant mesurée à 5,3 de magnitude. Kaki, une localité de 12 000 habitants, est située à 89 km au sud-est de la ville côtière de Bandar Bouchehr.

Les autorités se sont voulu rassurantes sur l'impact de la secousse sur l'unique centrale nucléaire du pays. "Aucun dégât n'a été enregistré à la centrale nucléaire de Bouchehr", a déclaré Fereydoun Hasanvand à la télévision iranienne. L'ingénieur en chef de la centrale, Mahmoud Jafari, a également assuré à la télévision qu'il n'y avait eu "aucune rupture dans les protocoles opérationnels ou de sécurité".

Le séisme a eu lieu à 16h22 (locales, 11H52 GMT), selon le Centre américain de géophysique (USGS) qui a estimé sa magnitude à 6,3. La secousse a été ressentie jusqu'à la grande ville de Shiraz, située dans les terres à 170 km au nord-est de Kaki.

Elle a été aussi ressentie dans les monarchies arabes du Golfe proches de l'Iran, notamment les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Qatar et le Koweït provoquant la panique dans certaines tours de bureaux, selon des témoins.

La centrale nucléaire de Bouchehr, construite au bord du Golfe par la Russie qui fournit son combustible, a connu de nombreux déboires et arrêts techniques depuis son entrée en production à l'automne 2011. Moscou avait repris en 1995 la construction de la seule centrale iranienne, commencée par les Allemands avant la révolution islamique de 1979.

Le séisme le plus meurtrier ces dernières années a tué 31 000 personnes à Bam (sud), soit un quart de la population de la ville, en décembre 2003. En août 2012, deux secousses de magnitude 6,3 et 6,4 avaient fait 306 morts et plus de 3 000 blessés près de la ville de Tabriz (nord-ouest).

Avec dépêches

Première publication : 09/04/2013

  • DIPLOMATIE

    L'Iran possèdera l'arme nucléaire sous peu, selon Obama

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE IRANIEN

    L'Iran et l'AIEA ne parviennent pas à trouver un accord

    En savoir plus

  • IRAN

    L'ayatollah Khamenei rejette la proposition de dialogue initiée par Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)