Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

EUROPE

Des fêtes de rue pour célébrer le décès de la "Dame de fer"

© ©BrixtonBuzz.com

Texte par Tony TODD

Dernière modification : 09/04/2013

Le décès de l'ancienne Premier ministre britannique Margaret Thatcher a suscité autant d'hommages que de commentaires féroces. Certains quartiers ont même été jusqu'à fêter sa disparition dans la rue.

Environ 500 personnes ont improvisé une fête dans les rues du quartier londonien de Brixton, lundi 8 avril, pour célébrer la mort de l'ancienne Premier ministre britannique Margaret Thatcher, au pouvoir entre 1979 et 1990. Preuve que le bilan de la "Dame de fer" reste très controversé au Royaume-Uni, quelques heures après l’annonce de son décès, des habitants de ce quartier populaire et multiethnique se sont spontanément regroupés pour boire, chanter et danser sur des chansons des années 1980.
 
Certains d’entre eux brandissaient des pancartes sur lesquels ils avaient écrit : "Réjouissez-vous, Thatcher est morte". D’autres se contentaient d’agiter le journal hebdomadaire de gauche "The Socialist Worker" dont la une titrait : "Réjouissez-vous ! Réjouissez-vous !", en-dessous d’une caricature de l’ancienne chef du gouvernement.
 
"Beaucoup de gens sont contents de la voir partir"
 
Lorsque Margaret Thatcher était au pouvoir, au cours des années 1980, Brixton, où réside une importante population immigrée, fut le théâtre de deux émeutes majeures. "Les émeutes de Brixton étaient le résultat d’une discrimination raciale et sociale dont Thatcher était responsable", explique à FRANCE 24 Judith Orr, rédactrice en chef du "The Socialist Worker". Et d’ajouter : "Thatcher est toujours perçue par des millions de personnes issues des classes populaires comme quelqu’un qui a ruiné leur vie".
 
Interrogée sur la convenance de fêter dans la rue la mort d’un individu, Judith Orr réplique : "Beaucoup de gens, moi incluse, sont contents de la voir partir".
 
Bien qu’elle soit trop jeune pour se souvenir des années Thatcher, Estelle Tooch, une Londonienne âgée de 23 ans qui réside à Brixton, n’a pas hésité à participer à la fête improvisée. "On peut toujours voir les dommages causés par sa politique, dit-elle, le taux de pauvreté qui existe aujourd’hui est directement lié à l’héritage qu’elle a laissé", se justifie-t-elle.
 
Si aucun incident n’a été enregistré à Brixton ou encore à Glasgow, en Écosse, où une fête similaire s’est tenue, ce ne fut pas le cas à Bristol (sud-ouest), où six policiers ont été blessés dans des échauffourées alors que 200 personnes s'étaient rassemblées pour célébrer le décès de Margaret Thatcher.

 

Première publication : 09/04/2013

  • ROYAUME-UNI

    L'ex-Premier ministre Margaret Thatcher est décédée

    En savoir plus

  • La Dame de Fer, l'héritage contesté de Margaret Thatcher (partie 1)

    En savoir plus

  • "Maggie, ma sorcière mal aimée"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)