Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

Amériques

Obama promet de poursuivre le combat contre les armes à feu

© AFP

Vidéo par Emmanuel SAINT-MARTIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/04/2013

Tentative de la dernière chance pour le chef de l’Etat américain, qui s’est rendu lundi soir dans le Connecticut, non loin de Newton, théâtre d’une sanglante tuerie en décembre dernier, pour soutenir la législation sur les armes à feu.

Dans une ultime fronde contre le lobby américain pro-armes NRA, le president américain Barack Obama a prononcé, lundi soir, un discours favorable au renforcement de la législation sur les armes à feu. Il s’est rendu pour cela dans le Connecticut, à Hartfort, non loin des lieux de la tuerie de Newton, où 20 enfants et 6 adultes avaient été tués par un tireur isolé dans leur école le 14 décembre 2012.

"Qu’est-ce qui est le plus important, protéger nos enfants ou obtenir une bonne note du lobby des armes ?", a lancé le chef de l’Etat, en accusant les républicains de freiner la réforme au Sénat. Cependant, si les textes législatifs souhaités par Barack Obama peinent à progresser à Washington et ont été vidés de leur substance, c’est également en raison d’un désengagement progressif dans les rangs démocrates. Le volet interdisant la fabrication et la vente d’armes d’assaut a ainsi été retiré en commission sénatoriale par Harry Reid, chef de la majorité démocrate au Sénat, le 19 mars dernier. Ce dernier, qui souhaite se représenter en 2016 dans le Nevada, ne souhaite visiblement pas bousculer son électorat.

"Nous devons, de temps à temps, mettre la politique de côté et faire ce qui est juste", a plaidé Barack Obama, lundi soir.

Renforcement dans le Connecticut

Dans son discours, le président américain a pris pour modèle trois États, le Connecticut, le Colorado et New York, qui ont légiféré ces dernières semaines pour durcir leurs lois sur les armes. Dans le Connecticut, où s’est déroulée la tuerie de Newton, les antécédents (notamment judiciaires) de tous les acheteurs d'armes à feu devront être vérifiés. Plus de 160 armes d'assaut y sont désormais interdites, contre 66 précédemment. L'achat et la revente de chargeurs de grande capacité (plus de 10 balles) sont également interdits. Ceux qui en possèdent n'ont pas à s'en débarrasser, mais devront être enregistrés.

Barack Obama a demandé à plusieurs familles victimes de la tuerie de Newton du 14 décembre – le "12-14", en référence au "9-1", sigle qui désigne les attentats de 2001 – de monter avec lui dans son avion pour Washington, et convaincre le Sénat américain de voter les textes législatifs.

Le président américain renforce ainsi sa campagne pour le durcissement de la législation sur les armes à feu, alors qu’il avouait la semaine dernière être plus optimiste sur les chances d'une réforme de l'immigration que sur celles d'une remise à plat de la législation sur les armes, les deux dossiers phares du début de son second mandat au Congrès.

Un vote aura lieu au Sénat en avril, sur un texte qui ne portera que sur la vérification de l’identité et des antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs d’armes, y compris sur Internet et dans les foires spécialisées. Le volet sur l’interdiction des fusils d’assaut n’est plus présent dans le corps du projet de loi, il sera présenté sous la forme d’un simple amendement.

Première publication : 09/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Obama lâché par les sénateurs sur l'interdiction des armes d'assaut

    En savoir plus

  • Contrôle des armes : Barack Obama passe à l'action (partie 1)

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La NRA propose un stand de tir virtuel sur iPhone pour les 4 à 77 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)