Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les exécutions ont repris dans plusieurs pays d'Asie en 2012

© Amnesty International

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2013

Amnesty International constate, dans son rapport annuel, que le nombre d'exécutions est resté quasiment inchangé l'an dernier à travers le monde. L'organisation regrette toutefois une reprise des exécutions dans plusieurs pays.

La marche vers l'abolition est en route dans toutes les régions du monde, mais des revers ont, malgré tout, été observés en 2012 : telle est la conclusion du rapport annuel d'Amnesty International sur la peine de mort, publié ce mercredi 10 avril.

L'organisation de défense des droits de l'Homme a recensé l'an dernier au moins 682 exécutions - soit deux de plus qu'en 2011. Comme l'année précédente, elles ont eu lieu dans 21 pays - soit 28 de moins qu'en 2003.

Exécutions en série en Irak

Les exécutions capitales ont, notamment, enregistré une hausse "alarmante" en Irak, où 129 personnes ont été mises à mort l'an dernier, soit presque le double qu'en 2011. Il s'agit du chiffre le plus élevé depuis 2005.

Selon Amnesty, ces exécutions sont souvent réalisées en série, jusqu'à 34 en une seule journée. On sait que 81 nouvelles condamnations à la peine capitale ont aussi été prononcées, mais "leur nombre réel atteint probablement plusieurs centaines". Beaucoup sont infligées pour "activités terroristes" et à l'issue d'aveux "obtenus sous la torture" ou de "mauvais traitements".

Jusqu'ici, en 2013, l'Irak a exécuté 29 personnes, selon un décompte de l'AFP.

Des milliers d'exécutions secrètes en Chine

Autre point inquiétant soulevé par Amnesty International : les exécutions ont repris dans plusieurs pays après des moratoires, notamment en Asie - en Inde, au Japon et au Pakistan - mais aussi en Gambie. L'Inde, où la peine capitale n'avait plus été appliquée depuis 2004, a ainsi pendu en novembre le survivant du commando responsable des attentats islamistes de Bombay de 2008. Après 20 mois d'arrêt, le Japon a, lui aussi, procédé à sept exécutions.

Le nombre des condamnations à mort prononcées (1 722 confirmées dans 58 pays) a, en revanche, baissé par rapport à 2011 (1 923 dans 63 pays). Ces chiffres n'incluent toutefois pas les "milliers d'exécutions" qui auraient eu lieu en Chine, d'après Amnesty. Les statistiques sont secrètes dans ce pays "qui exécute, à lui seul, plus de personnes que tout le reste du monde". L'ONG a aussi eu vent d'exécutions non confirmées en Iran, qui "augmenteraient les chiffres officiels (314) de presque trois quarts".

Après la Chine, l'Iran se classe au deuxième rang des cinq pays où la peine de mort est la plus appliquée, devant l'Irak, l'Arabie saoudite et les États-Unis.

Une tendance générale à l'abolition

Globalement, le recours à la peine de mort est toujours une "source de préoccupation importante" pour l'ONG au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où 99 % des exécutions sont le fait de l'Iran, de l'Arabie saoudite, de l'Irak et du Yémen. À cause de la guerre civile, l'ONG ne dispose d'aucune statistique sur la Syrie.

En Afrique subsaharienne, condamnations et exécutions ont aussi notablement augmenté en 2012, du fait de leur hausse au Soudan et en Gambie. En Europe et en Asie centrale, le Belarus reste le seul pays à appliquer la peine de mort (3 exécutions), à l'instar des États-Unis sur le continent américain (43).

Les résultats de 2012 ne remettent toutefois pas en cause la tendance générale à l'abolition sur la décennie, souligne l'organisation.

Avec dépêches

Première publication : 10/04/2013

  • TUNISIE

    Rached Ghannouchi favorable à l'application de la peine de mort en Tunisie

    En savoir plus

  • CHINE

    La télévision chinoise exhibe quatre condamnés à mort avant leur exécution

    En savoir plus

  • INDE

    L'un des auteurs de l'attaque de 2001 contre le Parlement indien a été pendu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)