Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Asie - pacifique

Kim Jong-un "cherche par tous les moyens à être pris au sérieux"

© AFP

Vidéo par Mounia Ben Aïssa , Inès OLHAGARAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2013

La tension monte dans la péninsule coréenne, que le régime de Kim Jong-un menace d'un conflit nucléaire. Pour comprendre ce qui se joue dans cette région, FRANCE 24 a interrogé Jean-François Susbielle, géopolitologue spécialiste de l'Asie.

Depuis plusieurs semaines, le régime communiste nord-coréen menace quasi-quotidiennement les États-Unis et la Corée du Sud d’un conflit nucléaire sur fond de discours belliqueux. Signe de la tension régionale, la Corée du Sud a relevé son niveau de surveillance de sa voisine du Nord après le déplacement, par les autorités de Pyongyang, d’un ou deux missiles à longue portée, a rapporté, mercredi 10 avril, l'agence de presse Yonhap.

De son côté, le Japon s'est dit, toujours ce mercredi, "en état d'alerte", et prêt à détruire tout missile nord-coréen qui menacerait son territoire. Plus tôt, la Chine a, une fois encore, déploré la montée des tensions dans la péninsule coréenne et déclaré, en référence semble-t-il à la Corée du Nord, dont elle est le seul allié politique et principal partenaire commercial, qu'aucun pays ne devrait être autorisé à plonger la région dans le chaos.

Interrogé par FRANCE 24, Jean-François Susbielle, géopolitologue spécialiste de l’Asie, ces menaces semblent avant tout destinées à asseoir l'autorité interne et internationale du dirigeant Kim Jong-un.
 
 
FRANCE 24 : Faut-il s’inquiéter des menaces à répétition du régime de Kim Jong-un ?
 
Jean-François Susbielle : Non. La preuve, les marchés financiers, les Bourses en Corée du Sud et au Japon ne bronchent pas et n’intègrent aucun risque particulier qui serait lié à une menace militaire. Cela étant dit, ce n’est pas rendre service à Kim Jong-un qui cherche par tous les moyens à être pris au sérieux. Donc si on refuse de le prendre au sérieux, il fera de la surenchère et la situation peut, même s’il y a un faible risque que cela arrive, échapper à tout contrôle.
 
F24 : Quel est l’intérêt de Kim Jong-un de faire monter la pression dans la région en menaçant la péninsule coréenne d'une guerre thermonucléaire ?
 
J-F. S. : Depuis 1953, date de l’armistice de la guerre de Corée, Pyongyang applique la même stratégie qui est le chantage et l’extorsion en proférant des menaces dans un premier temps avant de négocier de la nourriture et du pétrole avec la Chine, les États-Unis et la Corée du Sud. Kim Jong-un qui est arrivé au pourvoir depuis moins de deux ans a un peu de mal à s’imposer sur la scène interne et sur le plan international. On peut donc imaginer que la poussée de fièvre actuelle prépare en fait, sans doute durant le courant de l’année prochaine, les négociations d’un traité de paix en bonne et due forme entre les deux Corées. Pyongyang souhaite par conséquent arriver à la table des négociations avec le plus d’atouts et de cartes dans son jeu. 
 
F24 : Il semble que la Corée du Nord commence à agacer la Chine. De quels soutiens peut encore se prévaloir Kim Jong-un ?
 
J-F. S. : Le régime nord-coréen est l’idiot utile de beaucoup d’acteurs de la scène internationale, d’abord et en premier lieu celui des États-Unis. En effet, Washington justifie en grande partie sa présence militaire en Asie de l’Est - comptez 25 000 soldats au Japon et autant en Corée du Sud - par la menace nord-coréenne. Les Américains ont donc en quelque sorte intérêt à ce que cette menace existe. La Chine, de son côté, souhaite retarder la réunification de la Corée parce qu’il s’agit du dernier vestige de la Guerre froide, le Vietnam ayant été réunifié en 1975, et l’Allemagne en 1991. La réunification de la Corée est inscrite dans l’Histoire, mais Pékin souhaite qu’elle se réalise le plus tard possible, et non pas aujourd’hui sous les auspices des États-Unis.

 

Première publication : 10/04/2013

  • JAPON

    Des missiles Patriot déployés au coeur de Tokyo

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    La Corée du Nord invite les ambassadeurs étrangers à "envisager une évacuation"

    En savoir plus

  • PÉNINSULE CORÉENNE

    Pyongyang installe un second missile de moyenne portée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)