Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

FRANCE

Les annonces de François Hollande sévèrement critiquées par l'opposition

© AFP

Vidéo par Natacha VESNITCH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/04/2013

Des mesures "qui n'auraient pas empêché l'affaire Cahuzac", une "opération de diversion", des "mots en l'air"... Les annonces du président français, ce mercredi, visant à moraliser la vie publique, n'ont pas convaincu l'opposition.

Sans surprise, l'allocution télévisée du président François Hollande, mercredi 10 avril, sur la moralisation de la vie politique a suscité une volée de critiques et de sarcasmes de la part de l'opposition mais aussi de l'extrême gauche. La droite et l'extrême droite ont notamment dénoncé une "opération de diversion" et des mesures "qui ne sont pas à la hauteur du scandale".

De concert, les députés UMP ont affirmé qu'aucune des mesures annoncées par le chef de l'État à la sortie du Conseil des ministres n'aurait empêché l'affaire Cahuzac.

Des mesures qui "ne sont pas à la hauteur" pour l'UMP

"On est toujours autant dans le flou", a ainsi réagi Jean-François Copé, le responsable de l'opposition. "Aucune des mesures proposées n'aurait empêché l'affaire Cahuzac puisque tout repose sur la déclaration de patrimoine que nous faisons depuis des années !"

Pour Christian Jacob, chef de file des députés UMP, "l'opération de diversion continue". "Concrètement, il n'y a toujours pas de réponse sur l'instrumentalisation de l'administration fiscale, qui est le sujet aujourd'hui", a-t-il affirmé.

"Toutes ces mesures ne sont pas à la hauteur de la situation qui est d'une extrême gravité", a aussi commenté Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP et ancien Premier ministre.

Le vice-président de l'UMP, Laurent Wauquiez, s'est lui déclaré "très choqué" que le chef de l'État n'ait "même pas eu un mot d'excuse" sur les dernières affaires. Il a également réclamé un référendum sur les réformes nécessaires. "Je suis choqué qu'il n'ait même pas eu un mot d'excuse ou de mea culpa, alors que François Hollande est le premier responsable de ce qui s'est passé et est en cause à travers son trésorier de campagne", a déclaré Laurent Wauquiez.

"Vue la rupture de confiance entre les Français et François Hollande, il faut qu'ils soient consultés et que cela passe par un référendum, a-t-il poursuivi. Sur un sujet aussi important, il est hors de question de passer à la sauvette avec une petite loi".

Le FN fustige "des mots en l'air"

Pour Marine Le Pen, la présidente du Front national (FN), les mesures détaillées par François Hollande, et notamment celles concernant les paradis fiscaux, ne resteront que "des mots en l'air". "Il nous explique qu'ils vont lutter contre les paradis fiscaux mais le G20, le 2 avril 2009, nous avait expliqué qu'ils n'existaient plus ! a-t-elle ironisé. Voyez l'incohérence de ceux qui nous gouvernent !"

"Ce n'est plus un gouvernement qu'on a, c'est un camp de nudistes, a aussi dénoncé Gilbert Collard, député du Front national. Il faut que tout le monde soit à poil ! Un ministre ment, triche, fraude et on s'en prend aux parlementaires. Les mesures qu'il propose ne changeront rien. Qui va contrôler la haute autorité ?", s'est-il interrogé.

Au centre, l'Union des démocrates et indépendants (UDI) de Jean-Louis Borloo juge la réaction du président "précipitée" et ayant conduit à des "approximations". "Jeter en pâture la vie privée des élus et de leurs familles, c'est prendre un risque qui ne réglera pas le problème de fond : celui du contrôle et des sanctions. Elle constitue probablement la pire des solutions", a estimé François Sauvadet, député de l'UDI.

L'extrême gauche a elle aussi jugée sévèrement l'intervention de François Hollande. Le problème, "ce n'est pas cette loi des suspects que vient d'inventer le président de la République en recyclant de vieux outils institutionnels qui existent déjà, a critiqué Jean-Luc Mélenchon, le co-président du Parti de gauche (PG), depuis Marseille. Comme si le grand problème aujourd'hui, c'était l'honnêteté des élus !"

"Non, le problème, c'est la dérive d'une institution monarchique de la République, plus celle de l'argent roi, et François Hollande ne répond ni à l'une, ni à l'autre des questions. Il dit juste : 'C'est pas moi c'est l'autre'", a ajouté Jean-Luc Mélenchon.

"La parole présidentielle se veut déterminée mais elle est en vérité très fortement fragilisée, indique aussi Olivier Dartigolles, porte-parole du Parti communiste français (PCF). Ces annonces ne sont accompagnées d'aucun moyen concret permettant de les mettre en œuvre."

Le PS se félicite d'un "arsenal sans précédent"

À gauche en revanche, certains ont salué les annonces de François Hollande. "Au-delà des mesures de transparence qui prévoient notamment la création d'une Haute Autorité administrative indépendante, je me félicite du volet de lutte contre la fraude fiscale qui apparaît enfin comme une réelle priorité", s'est félicité Yann Galut, député PS qui pilote un groupe de travail sur l'exil fiscal.

Ces mesures "vont doter la France d'un arsenal sans précédent pour lutter contre la corruption, la délinquance financière, les paradis fiscaux et pour assurer la transparence du patrimoine des ministres, des élus, et des hauts fonctionnaires", a indiqué François Rebsamen, le président du groupe socialiste au Sénat, par le biais d'un communiqué.

François de Rugy, le co-président du groupe écologiste, a également salué des annonces "beaucoup plus précises" que celles faites par François Hollande la semaine dernière.

Avec dépêches

Première publication : 10/04/2013

  • FRANCE

    Hollande annonce la création d'un parquet financier contre la corruption

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parti socialiste exclut Jérôme Cahuzac

    En savoir plus

  • FRANCE

    Patricia Cahuzac a-t-elle précipité la chute de son époux?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)