Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

FRANCE

Pierre Moscovici était-il au courant de l'évasion fiscale de Cahuzac ?

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/04/2013

L'hebdomadaire de droite Valeurs actuelles affirme que le ministre de l'Économie savait "avant le 31 décembre 2012" que Jérôme Cahuzac avait détenu un compte en Suisse. Pierre Moscovici a vivement condamné ces allégations.

Pierre Moscovici savait-il que Jérôme Cahuzac avait détenu un compte en Suisse ? C’est en tous cas l’accusation émise par l’hebdomadaire de droite, Valeurs actuelles, qui accuse le ministre de l’Économie d'avoir su dès, le mois de décembre, que Jérôme Cahuzac, alors ministre du Budget, avait détenu un compte en Suisse.

Selon Valeurs actuelles, le 7 décembre, soit trois jours après le premier article de Mediapart mettant en cause Cahuzac, le ministre de l'Économie et le directeur général des Finances publiques, Bruno Bézard, ont chargé "une quinzaine de fonctionnaires" d'enquêter secrètement sur la véracité de ces affirmations, raconte Valeurs actuelles.

"Ministre intègre"

"Grâce aux excellentes relations nouées entre les hauts fonctionnaires du fisc français et les autorités suisses à l'occasion d'affaires politico-financières sensibles [...], la réponse parvient, semble-t-il, avant le 31 décembre […] Une réponse fort désagréable pour le ministre délégué au Budget : oui, il a bien détenu un compte en Suisse à l'UBS", écrit le journal.

Paru ce jeudi, cet article, qui ne cite aucune source, a, sans surprise, été vivement critiqué par le ministère de l'Économie dans un communiqué, puis lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat. Pierre Moscovici, qui a assuré être un "ministre intègre", s’est vivement défendu et affirmé n'avoir "rien à se reprocher". Il a également dénoncé les "allégations" d'un hebdomadaire "à droite, très à droite, très très à droite".

Parallèlement, le patron de l'administration fiscale, Bruno Bézard, a lui aussi démenti "formellement" avoir lancé une "mission secrète en Suisse" qui lui aurait permis de savoir dès fin décembre que Jérôme Cahuzac avait bien eu un compte caché. Une telle démarche n'aurait pas été "conforme au droit ni à la pratique".

Vérifier les informations de Valeurs actuelles

Le président UMP de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Gilles Carrez, a annoncé dans un courriel qu'il se rendrait à Bercy avec son homologue du Sénat "en fin d'après-midi, afin de vérifier les informations diffusées par Valeurs actuelles".

Les présidents des commissions des Finances et les rapporteurs du budget du Parlement peuvent en effet avoir accès aux documents de l'administration fiscale, même ceux qui sont couverts par le secret.

Depuis les aveux, le 2 avril, de l'ancien ministre du Budget sur l'existence d'un compte en Suisse dont les fonds ont été transférés à Singapour en 2009, l'opposition a fait de Pierre Moscovici sa cible privilégiée, l'accusant d’avoir couvert Jérôme Cahuzac.

Avec dépêches
 

Première publication : 11/04/2013

  • FRANCE

    Jérôme Cahuzac "déménage tous les deux jours pour fuir la pression"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hollande annonce la création d'un parquet financier contre la corruption

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parti socialiste exclut Jérôme Cahuzac

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)