Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Culture

Maître de la lumière, le peintre franco-chinois Zao Wou-ki s'est éteint

© AFP

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 11/04/2013

Né à Pékin en 1920, le peintre et graveur Zao Wou-ki s'est installé en 1948 à Paris, dans le 14e arrondissement. Il était devenu l’un des illustres représentants de l’abstraction lyrique. Il est mort le 9 avril en Suisse.

Le peintre franco-chinois Zao Wou-ki a finalement rendu l’âme au bord du lac Léman, près de Nyon, le 9 avril 2013, lui qui avait tant aimé observer les humeurs changeantes du ciel et des eaux du vaste lac chinois de l’Ouest, dans la ville de Hanghzou où il avait étudié les Beaux-Arts. Mais c’est à Paris que cet artiste avait passé le plus clair de sa vie, dans le 14e arrondissement, où il avait décidé de vivre dès l’âge de 28 ans, en 1948.
 
Depuis ses premiers pas en calligraphie aux côtés de son grand-père jusqu’à sa grande notoriété sur le marché de l’art international, en passant par sa lancée dans l’abstraction lyrique à partir de 1954, le peintre et graveur Zao Wou-ki a connu une carrière qui a fini parmi les plus grandes ventes d’art contemporain chez Sotheby’s et Christie’s – l’une de ses toiles a atteint 5,8 millions de dollars lors d’une vente à Hong Kong en 2008. À partir de 1983, l’artiste est invité dans son pays natal, la Chine, où il ne s’était pas rendu depuis plus de trente ans, et y donne une série de cours sur l'art occidental, autrefois prohibé.
 
Ami avec Pierre Soulages et Hans Hartung, membre de l’école de Paris puis rattaché à l’abstraction lyrique aux côtés de Georges Mathieu, académicien des beaux-arts depuis 2002, Zao Wou-ki avait obtenu la nationalité française avec l’aide du ministre de la culture André Malraux, en 1964.

Le peintre, affaibli par la maladie d’Alzheimer, s’était installé en Suisse il y a deux ans, poussé par son épouse, Françoise Marquet, ancienne conservatrice au Musée d’art moderne de la ville de Paris - une décision qui est au cœur d’une bataille judiciaire au sein de la famille.

 

Première publication : 11/04/2013

COMMENTAIRE(S)