Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

Amériques

Le Sénat américain vote l'ouverture du débat sur les armes à feu

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/04/2013

Quatre mois après la fusillade de Newtown, les démocrates ont remporté ce jeudi un vote crucial au Sénat américain, permettant l'ouverture d'un débat sur le renforcement de la législation concernant les armes à feu.

C’est une petite victoire contre le lobbie pro-armes. Ce jeudi, les démocrates américains ont reçu l’appui de plusieurs sénateurs républicains pour remporter le vote permettant l’ouverture d’un débat historique concernant un renforcement de la législation sur les armes à feu. Lors d’un scrutin de procédure où 60 voix sur 100 étaient requises, 68 sénateurs ont voté pour l’ouverture des discussions, 31 contre. 

Une première victoire, donc, tant les sénateurs républicains, farouchement opposés à toute réforme concernant les armes à feu, ont multiplié cette semaine les artifices de procédure pour empêcher la tenue même d’un débat. 

Vérifier les antécédents psychiatriques des acheteurs

La Maison Blanche s'est félicitée de ce vote, tout en soulignant qu'il ne s'agissait que d'une "première étape". Car ce vote donne seulement la possibilité aux sénateurs de débattre sur la question. Reste désormais à les convaincre de voter sur le fond. Plus précisément, de voter en faveur de l’une des mesures du projet de loi, portée par le démocrate Joe Manchin et le républicain Pat Toomey, consistant à vérifier les antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs d’armes à feu, dans les foires spécialisés ou sur internet. Pour l’heure, seuls les magasins sont soumis à un contrôle obligatoire.

"Nous avons un accord [...] pour empêcher les criminels, les malades mentaux et déséquilibrés de se procurer des armes", a déclaré Joe Manchin. "Si vous vous rendez dans une foire, vous serez traité de la même façon que dans un magasin, soumis aux vérifications", a-t-il ajouté.

Cette mesure, soutenue par neuf Américains sur dix, est toutefois dénoncée par les lobbies, comme la National Rifle Association (NRA), qui y voient un risque d’affaiblir le deuxième amendement et l'opportunité pour le gouvernement de constituer un fichier national des détenteurs d'armes. Le chemin vers une législation pourrait donc être encore jalonné d’obstacles et Barack Obama craint de voir la plupart de ses propositions vidées de leur substance par des séries d'amendements.

"Leur mort doit avoir un sens"

Le président américain compte sur le traumatisme engendré par le massacre de l’école de Sandy Hook, à Newtown, en décembre 2012, pour convaincre les sénateurs du bien-fondé d’une législation plus sévère sur le contrôle des armes à feu.

Le scrutin de jeudi s'est d'ailleurs déroulé sous le regard de plusieurs proches de victimes de la fusillade. Un peu plus tôt, lors d'une conférence de presse tenue dans une atmosphère lourde d'émotion, ils avaient témoigné devant les caméras pour appeler le Sénat à prendre des mesures contre la violence due aux armes.

"Leur mort mérite d'avoir un sens", a lancé Jillian Soto, la sœur d'une enseignante tuée à Newtown. "Nous sommes ici pour protéger leur héritage, pour leur rendre hommage et exiger que quelque chose soit fait".

Avec dépêches

Première publication : 11/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Compromis au Sénat sur la vérification du profil des acheteurs d'armes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama promet de poursuivre le combat contre les armes à feu

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le Connecticut renforce sa loi sur les armes, trois mois après le drame de Newtown

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)