Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Le Sénat américain vote l'ouverture du débat sur les armes à feu

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/04/2013

Quatre mois après la fusillade de Newtown, les démocrates ont remporté ce jeudi un vote crucial au Sénat américain, permettant l'ouverture d'un débat sur le renforcement de la législation concernant les armes à feu.

C’est une petite victoire contre le lobbie pro-armes. Ce jeudi, les démocrates américains ont reçu l’appui de plusieurs sénateurs républicains pour remporter le vote permettant l’ouverture d’un débat historique concernant un renforcement de la législation sur les armes à feu. Lors d’un scrutin de procédure où 60 voix sur 100 étaient requises, 68 sénateurs ont voté pour l’ouverture des discussions, 31 contre. 

Une première victoire, donc, tant les sénateurs républicains, farouchement opposés à toute réforme concernant les armes à feu, ont multiplié cette semaine les artifices de procédure pour empêcher la tenue même d’un débat. 

Vérifier les antécédents psychiatriques des acheteurs

La Maison Blanche s'est félicitée de ce vote, tout en soulignant qu'il ne s'agissait que d'une "première étape". Car ce vote donne seulement la possibilité aux sénateurs de débattre sur la question. Reste désormais à les convaincre de voter sur le fond. Plus précisément, de voter en faveur de l’une des mesures du projet de loi, portée par le démocrate Joe Manchin et le républicain Pat Toomey, consistant à vérifier les antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs d’armes à feu, dans les foires spécialisés ou sur internet. Pour l’heure, seuls les magasins sont soumis à un contrôle obligatoire.

"Nous avons un accord [...] pour empêcher les criminels, les malades mentaux et déséquilibrés de se procurer des armes", a déclaré Joe Manchin. "Si vous vous rendez dans une foire, vous serez traité de la même façon que dans un magasin, soumis aux vérifications", a-t-il ajouté.

Cette mesure, soutenue par neuf Américains sur dix, est toutefois dénoncée par les lobbies, comme la National Rifle Association (NRA), qui y voient un risque d’affaiblir le deuxième amendement et l'opportunité pour le gouvernement de constituer un fichier national des détenteurs d'armes. Le chemin vers une législation pourrait donc être encore jalonné d’obstacles et Barack Obama craint de voir la plupart de ses propositions vidées de leur substance par des séries d'amendements.

"Leur mort doit avoir un sens"

Le président américain compte sur le traumatisme engendré par le massacre de l’école de Sandy Hook, à Newtown, en décembre 2012, pour convaincre les sénateurs du bien-fondé d’une législation plus sévère sur le contrôle des armes à feu.

Le scrutin de jeudi s'est d'ailleurs déroulé sous le regard de plusieurs proches de victimes de la fusillade. Un peu plus tôt, lors d'une conférence de presse tenue dans une atmosphère lourde d'émotion, ils avaient témoigné devant les caméras pour appeler le Sénat à prendre des mesures contre la violence due aux armes.

"Leur mort mérite d'avoir un sens", a lancé Jillian Soto, la sœur d'une enseignante tuée à Newtown. "Nous sommes ici pour protéger leur héritage, pour leur rendre hommage et exiger que quelque chose soit fait".

Avec dépêches

Première publication : 11/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Compromis au Sénat sur la vérification du profil des acheteurs d'armes

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama promet de poursuivre le combat contre les armes à feu

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le Connecticut renforce sa loi sur les armes, trois mois après le drame de Newtown

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)