Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

Afrique

Morsi montre son soutien à l'armée pourtant accusée de tortures

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/04/2013

Le président Mohamed Morsi a élevé trois officiers au grade de général pour montrer son soutien à l'armée alors que la presse révèle que celle-ci a commis de graves abus - tortures, disparitions, meurtres de civils - lors de la révolution.

Le président égyptien Mohamed Morsi a promu jeudi 11 avril plusieurs officiers égyptiens de haut rang et dénoncé une campagne de calomnie contre l'armée après des révélations d'un journal britannique et de la presse égyptienne sur les violences dont elle se serait rendue coupable pendant la "révolution du Nil".

Un porte-parole de Mohamed Morsi a ainsi déclaré dans un communiqué que trois généraux de division ont été promus au grade de général de corps d'armée lors d'une réunion du Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui était au pouvoir pendant la période qui a suivi l'éviction de Hosni Moubarak jusqu'à l'élection de Mohamed Morsi en juin.

Le président égyptien a convoqué cette réunion "afin d'apaiser la situation et dissiper les tensions qui règnent dans l'armée, consécutives à une campagne diffamatoire et aux attaques de la part de certains politiciens", a indiqué l'agence officielle égyptienne Mena.

Un rapport enterré

Selon le "Guardian", Mohamed Morsi a enterré depuis janvier un rapport confidentiel d'une commission d'enquête qui recommandait l'ouverture de poursuites judiciaires contre les militaires responsables d'abus sous la présidence de Hosni Moubarak.

Dans le même article, le rapport a établi que des officiers de l'armée avaient été
impliqués dans des actes de torture, des disparitions et des meurtres de civils pendant les dix-huit jours du soulèvement contre Hosni Moubarak en janvier-février 2011. Des accusations déjà formulées par les opposants et les organisations des droits de l'Homme.

L'armée est un acteur capital dans le jeu politique en Égypte depuis 60 ans. La chute de Hosni Moubarak en février 2011 avait amené le Conseil suprême des forces armées, dirigé par le maréchal Hussein Tantaoui, à prendre les rênes du pays jusqu'à l'investiture de Mohamed Morsi fin juin 2012.

Restée plus au moins discrète depuis l'accession de Mohamed Morsi au pouvoir, elle s'était manifestée en décembre dernier pour appeler au dialogue et rappeler son rôle de garante de la stabilité du pays, lors d'une vive crise liée à l'adoption d'un projet de Constitution controversé.

Après une vague de troubles fin janvier, l'armée avait mis en garde contre un "effondrement de l'État" appelant "toutes les forces politiques" à trouver une issue aux "problèmes politiques, économiques, sociaux et de sécurité" au pays.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 12/04/2013

  • ÉGYPTE

    Retour au calme au Caire, après des affrontements interconfessionnels

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Violences confessionnelles meurtrières près du Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les plaintes pour insulte au président se multiplient dans l'Égypte de Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)