Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Afrique

Morsi montre son soutien à l'armée pourtant accusée de tortures

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/04/2013

Le président Mohamed Morsi a élevé trois officiers au grade de général pour montrer son soutien à l'armée alors que la presse révèle que celle-ci a commis de graves abus - tortures, disparitions, meurtres de civils - lors de la révolution.

Le président égyptien Mohamed Morsi a promu jeudi 11 avril plusieurs officiers égyptiens de haut rang et dénoncé une campagne de calomnie contre l'armée après des révélations d'un journal britannique et de la presse égyptienne sur les violences dont elle se serait rendue coupable pendant la "révolution du Nil".

Un porte-parole de Mohamed Morsi a ainsi déclaré dans un communiqué que trois généraux de division ont été promus au grade de général de corps d'armée lors d'une réunion du Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui était au pouvoir pendant la période qui a suivi l'éviction de Hosni Moubarak jusqu'à l'élection de Mohamed Morsi en juin.

Le président égyptien a convoqué cette réunion "afin d'apaiser la situation et dissiper les tensions qui règnent dans l'armée, consécutives à une campagne diffamatoire et aux attaques de la part de certains politiciens", a indiqué l'agence officielle égyptienne Mena.

Un rapport enterré

Selon le "Guardian", Mohamed Morsi a enterré depuis janvier un rapport confidentiel d'une commission d'enquête qui recommandait l'ouverture de poursuites judiciaires contre les militaires responsables d'abus sous la présidence de Hosni Moubarak.

Dans le même article, le rapport a établi que des officiers de l'armée avaient été
impliqués dans des actes de torture, des disparitions et des meurtres de civils pendant les dix-huit jours du soulèvement contre Hosni Moubarak en janvier-février 2011. Des accusations déjà formulées par les opposants et les organisations des droits de l'Homme.

L'armée est un acteur capital dans le jeu politique en Égypte depuis 60 ans. La chute de Hosni Moubarak en février 2011 avait amené le Conseil suprême des forces armées, dirigé par le maréchal Hussein Tantaoui, à prendre les rênes du pays jusqu'à l'investiture de Mohamed Morsi fin juin 2012.

Restée plus au moins discrète depuis l'accession de Mohamed Morsi au pouvoir, elle s'était manifestée en décembre dernier pour appeler au dialogue et rappeler son rôle de garante de la stabilité du pays, lors d'une vive crise liée à l'adoption d'un projet de Constitution controversé.

Après une vague de troubles fin janvier, l'armée avait mis en garde contre un "effondrement de l'État" appelant "toutes les forces politiques" à trouver une issue aux "problèmes politiques, économiques, sociaux et de sécurité" au pays.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 12/04/2013

  • ÉGYPTE

    Retour au calme au Caire, après des affrontements interconfessionnels

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Violences confessionnelles meurtrières près du Caire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les plaintes pour insulte au président se multiplient dans l'Égypte de Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)