Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-orient

Des "preuves solides" de l'utilisation d'armes chimiques en Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/04/2013

Selon plusieurs diplomates de l'ONU, des pays occidentaux ont des "preuves solides" que des armes chimiques ont été utilisées au moins une fois dans le conflit syrien. Mais Damas refuse l'accès de son territoire à la mission d'enquête de l'ONU.

Les pays occidentaux ont des "preuves solides" que des armes chimiques ont été utilisées au moins une fois dans le conflit syrien, ont indiqué jeudi 11 avril des diplomates à l'ONU. "Il y a plusieurs exemples dans lesquels nous sommes complètement sûrs que des obus chimiques ont été utilisés de façon sporadique", a expliqué un diplomate sous couvert de l'anonymat. De leur côté, la Grande-Bretagne et la France ont soumis des informations aux Nations unies concernant les allégations selon lesquelles les forces gouvernementales ont utilisé des armes chimiques face aux rebelles, notamment dans la ville de Homs le 23 décembre.

Mais les autorités syriennes ont refusé cette semaine l'accès à leur territoire aux membres de la mission des Nations unies, Ban Ki-moon ayant souligné que "toutes les allégations" feraient l'objet d'enquêtes. "Il est regrettable que le gouvernement syrien ait rejeté mon offre de mener une enquête" sur place, a déclaré Ban Ki-moon après sa rencontre à Washington avec le président américain Barack Obama.

Avant d'envoyer la mission sur place, le secrétaire général de l'ONU a demandé un accès "sans entraves" à toute la Syrie. Les membres de l'équipe "sont maintenant prêts. Ils peuvent être déployés à tout moment très vite; il s'agit d'un appel urgent" à Damas, a-t-il ajouté.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 12/04/2013

  • SYRIE

    En marge du G8, les rebelles syriens tentent d'obtenir des armes de Washington

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le Front Al-Nosra fait allégeance à Al-Qaïda

    En savoir plus

  • SYRIE

    Armes chimiques : Damas refuse l'envoi d'enquêteurs de l'ONU sur son territoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)