Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Culture

Vente de masques hopis à Drouot : la justice déboute la tribu amérindienne

© http://www.drouot.com

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/04/2013

La justice a décidé de maintenir la vente aux enchères des 70 masques sacrés de la tribu amérindienne des Hopi à l’Hôtel Drouot. L'association de défense des peuples indigènes qui a porté plainte n'a pas obtenu gain de cause.

Une vente aux enchères de masques tribaux considérés comme sacrés, contestée par la tribu amérindienne des Hopis, aura bien lieu vendredi 12 avril à l'hôtel Drouot à Paris, la justice française ayant refusé de l'interdire. Les Hopis, qui vivent dans des villages du nord de l'Arizona, ont écrit le mois dernier à la maison Néret-Minet Tessier & Sarrou en lui demandant d'annuler la mise aux enchères de 70 objets en exigeant leur restitution.

Survival International, organisation non gouvernementale spécialisée dans la défense des droits des peuples indigènes, demandait en leur nom l'interdiction temporaire de la vente, dans l'attente d'un examen adéquat de la légalité de la collection et de sa vente.

Le tribunal des référés du Tribunal de grande instance de Paris a décidé de laisser se dérouler la vente."La juge laisse la vente se faire, considérant que, même si ces objets sont sacrés pour les Indiens, ils ne pourraient être protégés en France que s'il s'agissait d'être vivants ou morts", s’est indigné Me Pierre Servan-Schreiber, avocat de Survival International, indiquant que le droit fait en la matière référence aux sépultures.

"Cette décision est très décevante", a-t-il poursuivi, indiquant qu'il allait introduire un recours auprès du Conseil des ventes pour leur demander d'intervenir. "Tout n'est pas nécessairement achetable ou vendable, et il faut faire attention."

Le catalogue de la vente présente plusieurs dizaines de masques, certains simples, d'autres élaborés, avec des nez et des oreilles en bois ou en métal. Les mises à prix vont de 1 500 à 24 500 euros. La collection a été, toujours selon le catalogue, constituée sur une période de trois décennies par "un amateur au goût avisé" vivant aux États-Unis.

"C’est un sacrilège"

"C’est très curieux qu’il y ait 70 masques qui apparaissent entre les mains d’un collectionneur. On ne dit pas qu’il les a obtenus illégalement, mais étant donné les lois américaines et internationales qui interdisent de vendre ou d’exporter de tels objets, il y a des questions qui se posent et il faut y répondre, explique à FRANCE 24 l’avocat français de Survival International, Pierre Servan-Schreiber. Une fois que la vente est faite, on perd la trace des objets. Il sera alors trop tard."

Pour les Hopis, qui sont environ 18 000, répartis dans 12 villages dans le nord de l’Arizona, ces objets faits de cuir ou de bois, ornés de crin de cheval ou de peintures, ne sont en effet pas considérés comme de l’art, mais comme des êtres vivants qui n’auraient jamais dû quitter leur territoire.

'Ils permettent de personnifier des esprits, les 'Kachinas', qui vont faire venir la pluie ou encore permettre la fécondité. Ils sont utilisés dans un cadre religieux. Ce sont des amis", précise à FRANCE 24 l’anthropologue Patrick Pérez, auteur de "Les Indiens Hopi d'Arizona : six études anthropologiques" (éd. L'Harmattan, 2004).

Pour ce spécialiste de la culture hopi, cette vente est un véritable sacrilège. Elle est vécue comme une souffrance par la tribu. "Ils se sentent très mal. Leur responsabilité est aussi engagée car ils en sont les gardiens. Ils sont dans leur croyance et à cause de cette vente, il y aura peut-être moins d’eau cette année, des enfants qui ne naîtront pas, plus de maladies. Les gens sont très sensibles à cela !" "Imaginez si on faisait la collection d’hosties consacrées et qu’on les mettait en vente ! C’est un rituel vivant, ce n’est pas de l’archéologie !", s’insurge Patrick Pérez.

 

Première publication : 12/04/2013

  • FRANCE

    Le combat d'Indiens d'Arizona contre une vente aux enchères parisienne

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des clichés historiques de l'International Herald Tribune aux enchères à l'Hôtel Drouot

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les devoirs d'anglais de Napoléon adjugés 325 000 euros à un musée parisien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)