Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Poutine, Israël, même combat"

En savoir plus

SUR LE NET

Écosse : les stars s'invitent dans le débat sur l'indépendance

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

iCloud piraté : tous en danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Passer l'arme à droite"

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Obama envoie 350 soldats supplémentaires en Irak

    En savoir plus

  • "Le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola", s'alarme MSF

    En savoir plus

  • Jihad : une Française retrouve sa fillette, emmenée de force en Syrie

    En savoir plus

  • Mistral : "Les technologies de pointe ont déjà été transmises aux Russes"

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Le chef des Shebab somaliens visé par un raid américain

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad démissionne

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2013

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, qu'un différend opposait à Mahmoud Abbas, a présenté sa démission, samedi. Le président palestinien, qui l'a acceptée, a chargé Fayyad de rester en poste jusqu'à la formation d'un nouveau cabinet.

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, qu'un sérieux désaccord opposait au président Mahmoud Abbas, a présenté samedi soir sa démission, qui a été acceptée par le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a annoncé l'agence de presse officielle palestinienne WAFA.

"Fayyad a rencontré Abbas pendant une demi-heure à la Mouqata'a [le siège de la présidence palestinienne à Ramallah, NDLR] et lui a officiellement remis sa lettre de démission", a déclaré à l'AFP un haut responsable, sous couvert de l'anonymat.

Portrait de Salam Fayyad

Mahmoud Abbas l'a cependant chargé de rester à la tête du gouvernement en attendant la formation d'un nouveau cabinet, a précisé à l'AFP un conseiller du président palestinien sous couvert d'anonymat.

Bras de fer entre le Fatah et Fayyad

Fayyad, âgé de 61 ans et indépendant, avait déjà fait part de son intention de jeter l'éponge, usé par cinq années passées à tenter de donner naissance à un État de Palestine souverain et viable.  "S'il n'a pas à rougir de son bilan, il était devenu assez impopulaire auprès de la population", explique Caroline Delage, la correspondante de I-Télé pour FRANCE 24. "Les Palestiniens lui reprochaient surtout la mauvaise situation économique du pays, son taux de chômage record (...) sans compter que sa relation avec le président était on ne peut plus mauvaise", ajoute la journaliste.

Le différend entre Abbas et Fayyad porte sur la démission, sans explication officielle, du ministre des Finances Nabil Qassis, le 2 mars dernier. Si cette démission avait été acceptée par le Premier ministre, elle a été refusée par le président. Avant la nomination de Qassis en mai 2012, le portefeuille des Finances était détenu par Fayyad, parallèlement à ses fonctions de chef du gouvernement.

L'analyse du politologue Khattar Abou Diab

La semaine dernière, le Conseil révolutionnaire du mouvement nationaliste Fatah - auquel appartient Mahmoud Abbas - avait fustigé avec virulence la politique du gouvernement de Fayyad "empreinte d'improvisation et de confusion sur de nombreux sujets financiers et économiques".

Le mouvement islamiste Hamas a déclaré de son côté que le Fatah devait assumer les répercussions de cette démission : "Fayyad quitte le gouvernement après avoir criblé notre peuple de dettes, et le Fatah doit en assumer la responsabilité parce que c'est lui qui a imposé [Fayyad] depuis le début", a expliqué à l'AFP un porte-parole du mouvement, Sami Abou Zouhri.

"Ingérence" de Washington

Vendredi soir, le secrétaire d'État américain John Kerry avait tenté de désamorcer la crise interne en contactant par téléphone Abbas pour l'enjoindre de régler la crise avec son Premier ministre, selon des sources officielles palestiniennes.

Washington avait indiqué jeudi que Fayyad, "qui était l'homme des États-Unis", selon Caroline Delage, ne démissionnerait pas - une déclaration qui avait été dénoncée comme une "ingérence" par des dirigeants du Fatah.

Pour les États-Unis, la démission de Fayyad risque de compromettre l'entente avec les responsables israéliens et palestiniens annoncée cette semaine par John Kerry pour "promouvoir le développement économique en Cisjordanie" occupée.

Avec dépêches

Première publication : 13/04/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Mahmoud Abbas menace de limoger son Premier ministre

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Barack Obama : "Les Palestiniens méritent leur propre État"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Obama au Proche-Orient : un peu d’espoir à défaut d’un plan de paix ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)