Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pékin et Washington s'allient pour dénucléariser la péninsule coréenne

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/04/2013

Le secrétaire d'État américain John Kerry, en visite à Pékin ce samedi, et le conseiller d'État chinois Yang Jiechi sont tombés d'accord sur la nécessité de travailler ensemble à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

L'objectif du premier déplacement en Chine du secrétaire d'État américain était clair : convaincre les autorités chinoises d'user de leur influence pour mettre fin à l'escalade verbale pratiquée par la Corée du Nord depuis plusieurs semaines. Mission accomplie : le conseiller d'État chinois Yang Jiechi et John Kerry sont tombés d'accord, ce samedi 13 avril, pour œuvrer ensemble à la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

"S'attaquer au problème nucléaire en Corée sert les intérêts de toutes les parties", a déclaré à ce titre Yang Jiechi.

Après une étape à Séoul, où il a réaffirmé le plein soutien de Washington à son allié sud-coréen, John Kerry s'est rendu à Pékin où il a déjeuné avec le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, et rencontré le président Xi Jingpin.

"L'heure est critique"

Le secrétaire d'État américain espérait amener le principal allié politique et économique de Pyongyang à hausser le ton concernant les tensions qui règnent dans la péninsule coréenne et à exercer des pressions sur les Nord-Coréens. "Il n'y a pas de dirigeants sur cette planète qui soient mieux en mesure de changer les choses que les Chinois. Tout le monde le sait, y compris eux", avait commenté le chef de la diplomatie américaine depuis Séoul.

Au président Xi Jinping, John Kerry a affirmé samedi que l'heure était "critique". "Monsieur le président, l'heure est assurément critique avec des défis très difficiles à surmonter, dont les problèmes dans la péninsule coréenne", a-il déclaré. Le responsable américain a également cité, parmi les "problèmes", l'Iran et son armement nucléaire, la Syrie et le Moyen-Orient.

La Chine "très préoccupée"

Les États-Unis et la Corée du Sud, mais aussi le Japon, directement menacé vendredi par Pyongyang d'une frappe nucléaire, cherchent à dissuader la Corée du Nord de procéder à un tir d'essai d'un ou de plusieurs missiles de courte et moyenne portée susceptible d'embraser la péninsule coréenne.

Depuis un an, Pyongyang a effectué deux tirs de fusée considérés par les Occidentaux comme des essais déguisés de missiles balistiques, et un essai nucléaire qui lui a valu un nouveau train de sanctions à l'ONU.

John Kerry : "La chine a la capacité de faire la différence dans ce dossier"



La Chine s'était jusqu'ici montrée réticente à l'idée de faire pression sur Pyonyang, mais il semble que les déclarations belliqueuses des dernières semaines aient infléchi cette position. Sans désigner explicitement la Corée du Nord, le président chinois Xi a mis en demeure Pyongyang, la semaine dernière, de ne pas "précipiter la péninsule coréenne dans le chaos".

Selon le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, qui a rencontré les dirigeants chinois vendredi à Pékin, ces derniers sont "très préoccupés" par la situation. Ils lui ont assuré, a-t-il dit, "qu'ils faisaient le maximum d'effort pour que la tension soit réduite".

Affichant la fermeté de Washington face aux menaces, John Kerry a parallèlement apporté son soutien à la main tendue par Séoul à Pyongyang.

Après la Chine, John Kerry se rendra au Japon, menacé vendredi soir par le régime nord-coréen de "flammes nucléaires" après que Tokyo eut déployé des batteries anti-missiles et ordonné à l'armée de détruire tout missile nord-coréen qui menacerait le territoire nippon. Kerry a indiqué espérer que la Chine, le Japon et les États-Unis parviendraient à "l'unité" requise pour proposer "des solutions d'action".

Avec dépêches

Première publication : 13/04/2013

  • DIPLOMATIE

    Depuis Séoul, John Kerry somme Pyongyang de renoncer aux tirs de missile

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Kim Jong-un "cherche par tous les moyens à être pris au sérieux"

    En savoir plus

  • CORÉES

    Séoul relève son niveau d'alerte militaire face aux menaces du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)