Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Huppert, Gérard Depardieu et "Le Petit Prince" sur la Croisette!

En savoir plus

FOCUS

Les Irlandais aux urnes pour l'ouverture du mariage aux homosexuels

En savoir plus

FRANCE

La journaliste Caroline Fourest "traquée" par des anti-mariage gay

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2013

Des manifestants hostiles au mariage homosexuel ont hué la journaliste indépendante Caroline Fourest lors d'un colloque sur l'islam samedi, à Nantes. Ils ont ensuite bloqué son train avant que d'autres encore ne la conspuent à son retour à Paris.

Elle les appelle les "enragés". La journaliste indépendante Caroline Fourest a été poursuivie toute la journée de samedi par des opposants au mariage homosexuel qui ont perturbé à Nantes un débat auquel elle participait, avant de bloquer son TGV et de l'attendre à son retour gare Montparnasse, à Paris. La journaliste a expliqué à l'AFP qu'elle avait été "traquée du matin jusqu'au soir".

À son arrivée à Nantes où elle devait animer un débat sur l'islam dans le cadre des journées du Nouvel Observateur - une série de colloques -, elle a été accueillie par "une centaine de personnes" collées contre les vitres de sa voiture, "hurlant et vociférant", l'obligeant à quitter la gare en courant sous la protection d'un cordon policier, a-t-elle raconté.

Le Premier secrétaire du Parti socialiste a dénoncé cette "traque" menée contre Caroline Fourest, n'hésitant pas à qualifier le comportement de ces manifestants "d'actes de terreur idéologique".

Il faut dire que ce ne sont pas moins de 400 militants qui s'étaient rassemblés en début d'après-midi devant la Cité des Congrès à Nantes, selon une correspondante de l'AFP. Quelque 70 militants, âgés de 20 à 25 ans, ont ensuite tenté de forcer le barrage de CRS afin d'entrer dans l'enceinte du bâtiment.

Une dizaine d'opposants sont finalement parvenus à entrer dans la salle de conférence où la journaliste animait le débat. Ils l'ont sifflée dès qu'elle a pris la parole, avant d'être évacués par le service de sécurité au bout d'une dizaine de minutes. "La salle s'est retournée contre eux et leur a crié dehors, dehors", a raconté Caroline Fourest.


À la fin du débat, le public et les intervenants ont dû être escortés par les forces de l'ordre pour éviter les manifestants qui criaient des slogans comme "Hollande nazi", "Hollande fasciste", a constaté une correspondante de l'AFP.

Quelque 200 militants, selon la police, se sont ensuite rendus à la gare de Nantes où ils ont bloqué pendant 40 minutes, en s'allongeant sur le ballast, le TGV à destination de Paris où avaient pris place les intervenants.

À son arrivée gare Montparnasse, à Paris, Caroline Fourest a été de nouveau "accueillie" par 200 manifestants. Elle a dû être encadrée par des fonctionnaires de police pour quitter le bâtiment, selon une autre source policière.

"Ils arrivaient à pousser les CRS, malgré un déploiement policier important. Il y avait un curé en soutane qui brandissait un immense drapeau français", a raconté Caroline Fourest, qui a finalement réussi à quitter la gare. Selon elle, les manifestants étaient des ultra-nationalistes et des intégristes qui avaient été appelés à cette journée d'action sur les réseaux sociaux.

"J'incarne une forme d'intellectuelle engagée qui se bat pour l'égalité. Même si cela ne change rien pour eux, cela les met en rage", a-t-elle noté. Elle a jugé cette action "délirante et hors de proportion. C'est au-delà du happening. Si j'avais été seule, je ne sais pas comment cela se serait terminé".

Avec dépêches

Première publication : 14/04/2013

  • FRANCE

    Facebook n'aime pas les seins nus postés sur le compte de la journaliste Caroline Fourest

    En savoir plus

  • Caroline Fourest, journaliste et co-auteur de "Marine Le Pen"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)