Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

Les électeurs vénézuéliens désignent le successeur de Hugo Chavez

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/04/2013

Nicolas Maduro, dauphin de Hugo Chavez et président par intérim, ou Henrique Capriles, chef de l'opposition ? Les Vénézuéliens votent dimanche pour désigner celui qui succèdera à leur charismatique président décédé le 5 mars.

Nicolas Maduro face à Henrique Capriles : les Vénézuéliens votent ce dimanche 14 avril pour élire un successeur à Hugo Chavez. Près de 19 millions d'électeurs sont appelés aux urnes après une campagne éclair de dix jours seulement dominée par l'aura de l'ancien homme fort du Venezuela, emporté par un cancer le 5 mars dernier.

Maduro solennel au moment de son vote



Dès l'aube, des files d'attente se sont formées devant plusieurs bureaux de vote à Caracas. Réveillés au son du clairon, des groupes de fidèles "chavistes" se sont rassemblés dans une ambiance festive, sûrs de la victoire. De nombreux sondages pré-électoraux annonçaient, en effet, le succès du dauphin désigné de Hugo Chavez, Nicolas Maduro. Une dernière étude, publiée lundi 8 avril, par l'institut Datanalisis, crédite notamment le président par interim de 50,2 % des intentions de vote contre 32,4 % pour le chef de file de l’opposition, Henrique Capriles Radonski.

Désigné par Hugo Chavez comme son héritier politique le 11 décembre dernier, Maduro, 50 ans, doit son statut de favori à la vive émotion encore palpable dans le pays suite au décès du "Commandante". "Adoubé par Chavez, le président par interim bénéficie d’un élan de sympathie", note Pascal Drouhaud, spécialiste de l’Amérique latine. Dans les quartiers populaires de Caracas, voter pour Nicolas Maduro sonne comme une évidence. "Chavez a forgé le pouvoir et l'a laissé à Nicolas Maduro, donc Maduro est le meilleur. Je sais qu'il va pouvoir gérer le Venezuela et nous serons derrière lui", indiquait à quelques jours du scrutin Victor Leibo, partisan du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), à l'AFP.

Les observateurs se veulent toutefois prudents quant à l’issue du scrutin, qui reste, selon eux, "incertaine". "L’écart entre les deux candidats pourrait être bien plus serré que ne le montrent les dernières études d’opinion", prédit Pascal Drouhaud. Propulsé sur le devant de la scène il y a moins de six mois et encore méconnu du grand public, Nicolas Maduro, ancien chauffeur d’autobus venu à la politique par le syndicalisme, sait que sa victoire n’est pas encore acquise car beaucoup de Vénézuéliens, y compris parmi les chavistes, doutent de ses capacités à gouverner. "Il n’a pas l’expérience de Chavez. Chavez était un leader alors que Maduro ne possède pas encore de leadership", rapporte à l’AFP Guido Moguea, vendeur de fruits et légumes.

Manque de charisme

Le point à 18h (heure de Paris)

Pour convaincre les chavistes, Nicolas Maduro, ancien ministre des Affaires étrangères entre 2006 et 2012, "va devoir les rassurer en misant sur la continuité", commente Pascal Drouhaud. À l’instar de son mentor, le dauphin à la haute stature et à la moustache épaisse a multiplié les apparitions publiques et les discours fleuves pour s’imposer comme le nouveau visage de l’exécutif. Ce membre de l’aile modérée du chavisme a promis de marcher dans les pas de son mentor et de poursuivre sa politique socialiste.

Durant la campagne présidentielle, le président par interim a également repris la rhétorique anti-impérialiste de Chavez en accusant notamment, samedi 6 avril, deux ex-ambassadeurs américains de fomenter un complot pour l'assassiner. Dans la foulée, mercredi 10 avril, Maduro a ordonné la fermeture des frontières jusqu'au 15 avril.

Sauf que le président par interim est loin d’avoir le charisme de son prédécesseur. Ses récents commentaires quasi-mystiques sur Hugo Chavez affirmant que l’ancien président lui était apparu "sous la forme d'un petit oiseau" n’ont pas eu l’effet escompté. "Ce qui était magique dans la bouche de Chavez apparaît ridicule dans celle de Maduro", commente Stephen Launay, maître de conférences à l'Université Paris-Est et auteur de "Chavez, Uribe, deux voies pour l'Amérique latine". "Il sait bien que s’il emporte l’élection, il ne devra sa victoire qu’à Chavez et non à son charisme."

Cuba derrière Maduro

À l’inverse, le jeune et dynamique candidat de la Table unie démocratique (MUD), Henrique Capriles, qui dispute sa deuxième élection présidentielle en six mois, a démontré sa capacité à mobiliser d'immenses foules et à s’imposer comme la seule figure de l’opposition. Il a musclé son discours en multipliant les attaques contre son rival qu’il n’hésite pas à qualifier de "paresseux" et de "fainéant" et de l’accuser d'être le "candidat" de La Havane.

Mais l'énergie du candidat social-démocrate ne devrait pas suffire pour faire face à la "machine Maduro". "Choisi par Cuba, le président par interim reçoit les ordres de La Havane pour conduire le pays et remporter l'élection", commente Stéphane Launay. "Par ailleurs, pour faire campagne, il s'est servi dans les caisses de l'État en utilisant l’océan de pétro-dollars", ajoute-t-il en évoquant des dizaines de milliers de dollars.

En cas de victoire de Nicolas Maduro, beaucoup d’experts s’accordent à dire que sa période de grâce ne durera pas longtemps. "Il va devoir trouver un équilibre entre le chavisme et l’invention d’un après-Chavez", commente Pascal Drouhaud. "Et sa marge de manœuvre pour procéder à des réformes économiques dépendra du score qu'il obtient à l'issue de l’élection."

 

Première publication : 14/04/2013

  • VENEZUELA

    Présidentielle au Venezuela : les deux camps mobilisent leurs partisans

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Maduro fait planer l’ombre de Chavez sur la campagne présidentielle

    En savoir plus

  • Venezuela : Ciudad Caribia, symbole du chavisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)