Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

FRANCE

Les ministres français sur le point de dévoiler leur patrimoine

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2013

Le gouvernement publiera, ce lundi, le détail des déclarations de patrimoine de ses 37 ministres sur son site Internet. Une mesure censée rétablir la confiance auprès de l'opinion publique après le scandale de l'affaire Cahuzac.

Pas tous pourris ? Dans un souci de transparence à la suite du scandale Cahuzac, les 37 membres du gouvernement Ayrault dévoileront, ce lundi après-midi, leurs déclarations de patrimoine sur le portail du gouvernement "www.gouvernement.fr". Une mesure voulue par le président François Hollande à l’aube d’un projet de loi de moralisation de la vie publique qui sera présenté le 24 avril.

Avant même cette publication, certains ministres avaient pris les devants, la semaine dernière, à l'instar d'Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l'exclusion), ou des deux ministres écologistes Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement).

Arnaud Montebourg a ainsi déclaré, dans Le Monde daté du 10 avril, être notamment "nu-propriétaire à 50 % d'une place de parking souterrain située avenue du Maréchal-Foch à Dijon, d'une valeur inconnue, qu'[il tient] en succession de [son] père". "J'ai une 407 Peugeot de 2007 et un fauteuil Charles Eames que j'ai acheté pour 28 000 francs", précise-t-il.

Sa collègue, Marie-Arlette Carlotti s’est déclaré propriétaire, entre autres, de deux appartements, l'un à Marseille, l'autre en Haute-Corse, ainsi que d'une maison dans l'Hérault, d'une valeur totale de 565 000 euros. Selon sa déclaration, Cécile Duflot dispose, quant à elle, d'une maison dans les Landes ainsi que de deux voitures, une Twingo et une 4L.

Cependant, ce grand déballage suscite la controverse jusque dans la majorité.

"Voyeurisme" ? "Course à la pauvreté" ?

La critique la plus remarquée est venue du président PS de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone. Selon ce dernier, "déclarer, contrôler, sanctionner, c'est de la transparence" alors que "rendre public, c'est du voyeurisme".

Les présidents des groupes PS à l'Assemblée et au Sénat, Bruno Le Roux et François Rebsamen, sont eux aussi opposés à toute "publication sauvage" des patrimoines, qui devraient être seulement déclarés à une Haute-autorité et dévoilés sous conditions.

Dans les rangs de l'opposition, la mesure ne fait pas non plus l'unanimité. Pour l'ex-ministre UMP, Luc Chatel, le chef de l'État risque de jeter "l'opprobre" sur la classe politique pour masquer le fait qu'il y avait un "voyou" au PS.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a, pour sa part, ironisé, dimanche, sur la "course à la pauvreté" qui tenterait certains politiques.

Car, au-delà des membres du gouvernement, d’autres politiques ont été contaminés par ce désir de montrer pâte blanche, tels François Fillon et Laurent Wauquiez. "Même si je ne suis pas enthousiaste à cette idée, la transparence sur le patrimoine des hommes politiques étant pratiquée dans 24 pays sur 27, il faudra bien y passer", a commenté dimanche François Fillon au Grand Rendez-Vous Europe1/i-Télé/Le Parisien.

Plus de six Français sur dix estiment nécessaire la publication du patrimoine des hommes politiques, même si sept sur dix seraient indifférents s'ils apprenaient qu'un ministre ou un député était très riche, selon un sondage IFOP dans le Journal du Dimanche.

Avec dépêches

Première publication : 15/04/2013

  • FRANCE

    Ayrault inflexible sur la politique de transparence du patrimoine des élus

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pierre Moscovici était-il au courant de l'évasion fiscale de Cahuzac ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des politiques jouent la transparence en publiant leur patrimoine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)