Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Le fils de l'ex-président sénégalais, Karim Wade, en garde à vue à Dakar

© Photo AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/04/2013

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, a été arrêté lundi par les gendarmes à Dakar et placé en garde à vue. Il est soupçonné d'avoir détourné plus d'un milliard d'euros pendant la présidence de son père.

Karim Wade, le fils et ancien ministre de l'ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade, a été interpellé lundi par les gendarmes à Dakar, a annoncé son avocat, Ciré Clédor Ly. 

Les gendarmes sont venus le chercher au domicile familial, dans le quartier résidentiel du Point E. Il a ensuite été "conduit à la section recherches de la gendarmerie" de Colobane, un quartier populaire de Dakar, a ajouté l'avocat devant la presse. Il a ensuite été placé en garde à vue. "C'est une épreuve de force que le régime nous impose, mais nous avons le droit avec nous", a-t-il ajouté.

Son interpellation est intervenue quelques heures après la remise par ses avocats d'un dossier contenant les justificatifs sur l'origine de ses avoirs auprès de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Un patrimoine de plus d'un milliard d'euros

Karim Wade avait été mis en demeure le 15 mars, après une audition par la CREI, de justifier dans un délai d'un mois des avoirs évalués par cette Cour spéciale à 694 milliards FCFA (1,058 milliard d'euros).

Selon ses avocats, cette somme proviendrait de sociétés dont l'ancien ministre serait le "propriétaire" ainsi que de "propriétés immobilières" et de comptes bancaires. Mais le fils de l'ex-président est soupçonné d'avoir acquis des parts dans des sociétés de transport ou de développement d'infrastructures, au Sénégal comme à l'étranger.

Karim Wade, 44 ans, avait déjà été entendu plusieurs fois par la justice ou la gendarmerie l'an dernier, avec plusieurs responsables du régime d'Abdoulaye Wade (2000-2012), dans le cadre d'enquêtes sur un enrichissement illicite présumé.

Une enquête en France

Le fils Wade fait aussi l'objet d'une enquête en France à la suite d'une plainte de l'État du Sénégal pour recel de détournement de fonds publics, recel d'abus de biens sociaux et corruption, selon une source judiciaire.

Après sa dernière audition par la gendarmerie sénégalaise, en novembre 2012, il avait été interdit de sortie du territoire sénégalais avec six autres dignitaires de l'ancien régime.

Karim Wade, ex-ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Energie, doté de gros budgets, était surnommé "Super ministre" ou "Ministre du ciel et de la terre".

Ancien conseiller de son père, qui a été battu par Macky Sall lors de la dernière élection en mars 2012, Karim a également occupé plusieurs autres fonctions, dont celle de responsable de l'Agence nationale de l'Organisation de la conférence islamique, chargée de grands travaux avant le sommet de l'OCI organisé en mars 2008 à Dakar.

Avec dépêches

Première publication : 15/04/2013

  • SÉNÉGAL

    Le fils de l'ex-président Wade accusé d'enrichissement illégal

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Karim Wade entendu dans un dossier d’enrichissement illicite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)