Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : pour Lambert Mende, les désaccords de l'opposition sont à l'origine du blocage politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

François Fillon impassible face à la détresse des aide-soignantes

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Guillaume Gomez, l’autre chef de l’Élysée

En savoir plus

TECH 24

Bienvenue à Netflixland! Dans le QG du roi du streaming, à Los Gatos, en Californie

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Élection présidentielle : le désarroi des électeurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Une économie "décarbonée" est-elle possible ?

En savoir plus

FOCUS

France : rencontre avec ces catholiques de droite, fidèles coûte que coûte à Fillon

En savoir plus

#ActuElles

L’exploit de Zulala Hashemi, finaliste de "Nouvelle Star" en Afghanistan

En savoir plus

EUROPE

Le ravisseur de Natascha Kampusch a agi seul

© Dieter Nagl, AFP | Natascha Kampusch assure la promotion de son livre, le 9 septembre 2010 à Vienne.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/04/2013

Le ravisseur de Natascha Kampusch, la jeune Autrichienne enlevée en mars 1998 et séquestrée pendant huit ans, a très probablement agi sans l'aide d'un complice, selon une commission chargée de réétudier le dossier, qui a rendu son rapport lundi.

La piste du complice n’a rien donné. Wolfgang Priklopil, un Autrichien qui avait enlevé Natascha Kampusch à l'âge de 10 ans avant de la séquestrer pendant plus de huit ans, a "procédé seul à l'enlèvement, selon une haute probabilité", estime, ce lundi, une commission chargée de réexaminer l’ensemble du dossier.

Ce réexamen, entamé en juillet 2012 par une équipe comprenant des experts du FBI américain et de la police criminelle fédérale allemande (BKA), devait en particulier établir l'existence ou non d'un éventuel complice. Le rapport final fait toutefois état d'"erreurs à certains stades de l'enquête".

La commission d'évaluation s'est "prononcée clairement pour la théorie de l'auteur unique", a indiqué Jörg Ziercke, le président de la BKA, précisant que des liens du ravisseur, qui s'est suicidé le jour où Natasha Kampusch s'est échappée, avec les milieux sado-masochistes, de la prostitution ou de la pédophilie "n'ont pas pu être établis, malgré des recherches importantes".

Le témoignage d'une jeune fille, qui avait vu deux personnes lors de l'enlèvement de Natascha Kampusch, était "subjectivement crédible" selon Jörg Ziercke, mais elle s'était "objectivement trompée". Elle avait confondu le véhicule du ravisseur avec une autre voiture qu'elle avait vu plus tard à un croisement, dans laquelle figurait bien deux passagers.

L'avis du parquet de Vienne confirmé

La commission a procédé à 84 interrogatoires mais n'a pas réentendu Natascha Kampusch ni Ernst Holzapfel, agent immobilier et ami de Priklopil.

Le parquet de Vienne avait déjà exclu toute complicité en janvier 2010 à l'issue d'une enquête de 15 mois mais, dans son autobiographie "3 096 Tage" (3 096 jours) publiée en septembre 2010, Natascha Kampusch avait critiqué la police et l'absence de résultats de ses recherches.

En novembre 2011, la justice autrichienne avait lavé de tous soupçons le parquet de Vienne, abandonnant l'enquête contre cinq magistrats, soupçonnés de négligence alors qu'ils avaient en charge l'affaire. Une commission d'enquête parlementaire mise en place par les ministères autrichiens de la Justice et de l'Intérieur avait recommandé en juin 2012 le réexamen de l'affaire.

Enlevée sur le chemin de l'école le 2 mars 1998, Natascha Kampusch, aujourd'hui âgée de 25 ans, a échappé à son ravisseur huit ans plus tard, le 23 août 2006.

Avec dépêches

Première publication : 15/04/2013

COMMENTAIRE(S)