Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Les soldats tchadiens s'apprêtent à se retirer du Mali

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/04/2013

Dans un entretien donné dimanche à RFI, Le Monde et TV5 Monde, le président tchadien, Idriss Déby, a déclaré que ses troupes allaient se retirer du territoire malien où le conflit menace, selon lui, de se transformer en guérilla.

Après avoir contribué à chasser les islamistes des villes du nord du Mali, les troupes
tchadiennes vont se retirer de ce pays où elles risquent d'être prises dans un conflit de type guérilla, a déclaré le président tchadien, Idriss Déby, dans une interview diffusée dimanche.

Vendredi matin, un kamikaze a tué trois soldats tchadiens en faisant exploser ses charges sur un marché de Kidal, montrant que les islamistes, liés à Al Qaïda, sont toujours en mesure de frapper à l'intérieur des villes qu'ils contrôlaient voici quelques mois encore.

Deux mille Tchadiens ont combattu aux côtés des forces françaises depuis le mois de janvier pour reprendre aux islamistes les villes du nord du Mali, puis les montagnes et les zones désertiques qu'ils tenaient.

Le président Déby a expliqué à des médias français - dont RFI, TV5 Monde et Le Monde - que les combats à visage découvert face aux islamistes étaient terminés au Mali et que l'armée tchadienne n'était pas conçue pour mener une lutte de l'ombre,
de type guérilla, comme celle qui a lieu désormais dans le nord de ce pays.

"Nos soldats vont rentrer au Tchad. Ils ont accompli leur mission. Nous avons déjà retiré un bataillon mécanisé", a-t-il dit dans cette interview.

Le président tchadien a ajouté que l'armée tchadienne serait disponible pour participer à une future force des Nations unies qui devrait atteindre à terme les 10.000 hommes au Mali.

En mars encore, le ministre tchadien des Affaires étrangères avait mis en garde la France et ses alliés africains contre tout retrait hâtif du Mali, même si la majeure partie du pays avait été repris aux rebelles islamistes.

Les forces tchadiennes et françaises ont passé des semaines à ratisser les vallées du massif de l'Adrar des Ifoghas, naguère considérées comme des bases impénétrables des islamistes qui avaient conquis une grande moitié nord du Mali.

C'est le Tchad qui, dans l'offensive contre les islamistes, a payé le plus lourd tribut au Mali, avec une trentaine de soldats tués. Soulignant la nervosité des troupes dans les
villes libérées, des habitants et des responsables de Kidal ont déclaré que des militaires tchadiens avaient tiré dimanche des coups de feu en l'air et en direction d'hommes armés.

La France a commencé à retirer une partie de ses troupes engagées dans l'opération Serval, et compte faire ramener ses effectifs de 4.000 hommes actuellement à 1.000 à la fin de l'année.

Reuters

Première publication : 15/04/2013

  • MALI

    Trois soldats tchadiens tués dans un attentat-suicide au marché de Kidal

    En savoir plus

  • MALI

    Les premiers soldats français rentrent du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Les troupes de la Cédéao "totalement incapables", estime le Pentagone

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)