Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Moyen-orient

Bachar al-Assad annonce des amnisties à la veille de la fête nationale

© Photo AFP

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2013

Alors qu'il doit s'exprimer à la télévision mercredi, jour de la fête nationale, le président syrien Bachar al-Assad a annoncé mardi une amnistie et des réductions de peines pour certains crimes hormis ceux qualifiés de "terroristes".

Le président syrien Bachar al-Assad a annoncé mardi une amnistie partielle avant une intervention télévisée prévue mercredi au moment où aucune solution au conflit n'est en vue tant sont grandes les divergences entre les Occidentaux et la Russie.

Dans le centre de Damas, plusieurs passants ont été blessés par l'explosion d'une voiture piégée, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) tandis que l'agence officielle Sana a fait état uniquement de dégâts matériels.

Des bombardement ont également touché l'est de la capitale et des raids aériens ont frappé Zamalka, une localité toute proche, selon l'OSDH, une ONG basée en Grande-Bretagne qui s'appuie sur un réseau de militants et de sources médicales sur le terrain.

A la veille de l'anniversaire de l'indépendance de la Syrie, le 17 avril 1946, le chef de l'Etat a décrété une amnistie pour certains crimes et des réductions de peine, a annoncé Sana.

"A la peine de mort sera substituée les travaux forcés à perpétuité pour les crimes de sang (n'ayant pas un caractère terroriste), mais ceux qui ont financé des groupes terroristes ou commis des actes terroristes ayant entraîné mort et destruction, ne sont pas graciés" et risquent la peine capitale.

En revanche, "ceux qui ont comploté pour mener un acte terroriste sans toutefois l'accomplir voient leur peine réduite d'un quart", précise le décret.

Ne sont pas graciés "les trafiquants d'armes et de drogue mais ceux qui se sont livrés à la contrebande d'autres produits le sont à condition de payer des amendes aux douanes", stipule le texte.

"Les déserteurs de l'armée (...) peuvent bénéficier d'une grâce totale s'ils se rendent aux autorités", mais ceux qui ont volé des armes ne bénéficient d'aucune indulgence.

Peuvent aussi bénéficier de cette mesure les civils possédant des armes à condition qu'ils les rendent dans un délai de 30 jours.

Le régime considère comme "terroristes" les opposants et rebelles syriens combattant le pouvoir de Damas.

Selon le ministre syrien de la Justice Najem al-Ahmad, cette amnistie vise à "renforcer la réconciliation sociale (...) à l'occasion de la fête nationale".

Selon la télévision, ce décret devrait conduire à la libération de 7.000 détenus, mais l'OSDH s'est montré sceptique, tout comme Paris et Washington.

"Cela ne conduira pas à la libération des dizaines de milliers de prisonniers", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

Cette amnistie "ne l'exonère pas" de faire cesser les violences, a indiqué la France qui craint une nouvelle "manoeuvre dilatoire" du régime, tandis que Washington soulignait que malgré plusieurs amnisties passées, "des dizaines de milliers de prisonnier politiques sont toujours dans les geôles syriennes".

Après cette annonce d'amnistie, M. Assad restera mercredi sur le devant de la scène avec la diffusion d'un entretien avec al-Ikhbariya, une chaîne syrienne d'information en continu.

Lors de sa dernière apparition télévisée début avril, il avait averti qu'une chute de son régime déstabiliserait cette région "pendant de longues années".

Par ailleurs, l'opposition syrienne a demandé au gouvernement libanais de contrôler les frontières du pays afin d'éviter que le mouvement chiite du Hezbollah, proche de Damas, ne tire sur des localités rebelles en Syrie.

De son côté, le Liban va demander une réunion urgente du Conseil de sécurité pour réclamer une aide afin de faire face à l'afflux des réfugiés syriens sur son territoire. Selon l'ONU, 400.000 réfugiés se trouvent dans ce pays.

La Belgique et la Turquie ont mené des opérations contre des filières de recrutement de combattants pour la rébellion.

Six personnes ont été interpellées mardi dans les milieux islamistes en Belgique, alors que les cas de jeunes Belges rejoignant les rebelles se multiplient.

La police turque a elle arrêté dix personnes soupçonnées d'être liées au réseau Al-Qaïda et de recruter, entraîner et armer des combattants hostiles au régime, selon la presse turque.

AFP
 

Première publication : 16/04/2013

  • SYRIE

    Londres aurait la preuve que des armes chimiques ont été utilisées en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    HRW accuse l'armée d'Assad de se livrer à des crimes contre l'humanité

    En savoir plus

  • SYRIE

    Attentat-suicide meurtrier dans le centre de Damas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)