Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Amériques

Attentat de Boston : extrême droite et islamistes, les deux pistes suivies par le FBI

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/04/2013

Après les deux explosions qui ont fait trois morts et une centaine de blessés à Boston, le FBI privilégie la piste des extrémistes de droite américains ainsi que celle d'islamistes. Les Taliban pakistanais ont nié toute responsabilité dans l'attaque.

Quelques heures après la double explosion, qui a fait au moins trois morts et une centaine de blessés à Boston (Massachusetts), lundi 15 avril, une enquête a été ouverte par le FBI pour acte criminel. "Nous ne savons pas encore qui a fait ça, ni pourquoi, et nous ne pouvons pas faire de conclusions hâtives", a déclaré le président américain, Barack Obama, qui s'est exprimé peu de temps après le drame. "Mais nous trouverons ceux qui sont responsables, pourquoi ils ont fait cela" et ils "sentiront tout le poids de la justice".

Pour l'heure, la police a confirmé que deux engins explosifs ont bien explosé "simultanément", dans le centre de Boston, près de la ligne d'arrivée du marathon, à environ 50 à 100 mètres de distance, selon le chef de la police, Ed Davis. Les bombes étaient composées de billes de roulement et d'autres pièces de métal pour faire un maximum de dégâts, a indiqué à Reuters un membre des forces de l'ordre informé des détails de l'enquête ayant requis l'anonymat.

Lors d'une conférence de presse, le FBI s'est refusé à réagir aux informations de certains médias selon lesquelles la police a retrouvé plusieurs bombes n'ayant pas explosé à Boston. D'après le "Wall Street Journal", les enquêteurs ont découvert ce qui pourrait être cinq bombes n'ayant pas explosé.

Aucune arrestation et aucune revendication

Pour l'heure, aucune arrestation n'a eu lieu et aucune revendication n'a été formulée. "Il n'y a pas eu de menaces connues", a déclaré le commissaire de police bostonien Ed Davis. "Nous n'avons personne en garde à vue à ce stade", a-t-il ajouté en précisant qu'il n'y avait eu préalablement "aucun renseignement spécifique" sur un risque d'attentat.

Le "New York Post" avait dans un premier temps affirmé qu'un suspect de nationalité saoudienne avait été identifié par la police de Boston et était retenu dans un hôpital, menotté. Mais l'information a été démentie par la police. Selon RT.com et NewsBreaker, la police a également perquisitionné un appartement dans la banlieue de Revere, au nord de Boston, mais a refusé de donner plus de détails.

Le chef de la police a appelé la population à la prudence, lui recommandant de rester chez elle, tout comme le gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, qui a également demandé aux Bostoniens de transmettre à la police toute information susceptible de faire avancer l'enquête.

"Une enquête criminelle qui peut devenir une enquête terroriste"

Le FBI privilégie pour l'instant deux pistes. L'une d'elles s'appuie sur le jour choisi pour ces explosions : celui du Patriots' Day, qui correspond au dernier jour pour envoyer sa déclaration d'impôts. Cette thèse tend à se tourner vers la piste des extrémistes de droite américains, comme des militants anti-impôts.

L'autre théorie serait celle d'un attentat islamiste. Le fait qu'il y ait eu deux explosions quasi simultanées rappelle les "modèles" prônés par le magazine Inspire, publication en
ligne qui émane d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). "Il s'agit d'une enquête criminelle qui peut devenir une enquête terroriste", a déclaré Richard Deslauriers, un agent de FBI chargé de l'enquête.

Les Taliban pakistanais, liés à l'attentat raté à la voiture piégée de Times Square, à New York, en mai 2010, ont nié, mardi, toute implication dans les deux explosions meurtrières.

"Nous sommes en faveur des attaques contre les États-Unis et ses alliés, mais nous ne sommes pas impliqués dans cette attaque", a déclaré à l'AFP Ehsanullah Ehsan, porte-parole du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), le mouvement des Taliban pakistanais.

De son côté, Barack Obama n'a pas explicitement parlé d'attentat à propos des explosions et a souligné qu'il restait beaucoup de zones d'ombre.

Infographie

Première publication : 16/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Double explosion au marathon de Boston, au moins trois morts

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Vidéos amateurs de l'attentat de Boston : un casse-tête pour les enquêteurs

    En savoir plus

  • Le marathon de la terreur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)