Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

FRANCE

Jérôme Cahuzac démissionne de son poste de député

© Photo AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/04/2013

Jérôme Cahuzac a annoncé mardi qu'il démissionnait de son mandat de député du Lot-et-Garonne. L'ex-ministre avait avoué le 2 avril posséder un compte bancaire non déclaré à l'étranger. Il est mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

Le visage grave, Jérôme Cahuzac a annoncé qu'il démissionnait de son mandat de député, quinze jours après ses aveux sur la possession d'un compte non déclaré à l'étranger. L’interview d’une demi-heure a été enregistrée et diffusée ce mardi sur BFM TV. L'élu du Lot-et-Garonne avait jusqu'au 19 avril, minuit, pour faire connaître sa décision.

"J'ai commis une folle bêtise il y a près de 20 ans", a dit Jérôme Cahuzac, évoquant une "part d'ombre" qu'il n'a pas su combattre ainsi qu’une "faute morale".

"Je n'ai de fait plus de vie politique"

"Aujourd'hui en conscience, j'estime que la gravité de cette faute ne me permet pas de rester parlementaire et donc j'ai décidé de démissionner de ce mandat", a-t-il expliqué. L'ancien ministre du Budget a même jugé "peu probable" un éventuel retour dans la vie politique.

Concernant ses indemnités de ministre, sur lesquelles Jean-Marc Ayrault lui a demandé de tirer un trait, il s'est par contre montré plus évasif, indiquant simplement que son avocat s'était saisi de ce dossier.

Jérôme Cahuzac a "menti" au président de la République

Revenant sur le fait d’accepter un portefeuille de ministre tout en pratiquant l’évasion fiscale, Jérôme Cahuzac a affirmé qu'il n'avait pas eu "la force d'âme" de refuser d'entrer au gouvernement, au moment où François Hollande le lui a demandé. "Croyez bien que j'en paie le prix aujourd'hui", a-t-il ajouté.

"Je leur ai demandé pardon"

Lorsque Mediapart a révélé l'existence de ce compte en décembre 2012, le président de la République pouvait-il aussi être au courant? "J'ignore quel était son degré de connaissance de cette affaire", a dit Jérôme Cahuzac, tout en répétant lui avoir "menti".

Il s'est aussi efforcé de dédouaner ses anciens collègues du gouvernement, en particulier le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, accusé par l'opposition d'avoir cherché à le couvrir. "Je leur ai menti", a-t-il assuré, tant à propos du président que de Jean-Marc Ayrault et des ministres. Il a demandé pardon par écrit au chef de l'État, mais celui-ci ne lui a pas répondu.

Les 600 000 euros confirmés

L'ancien chirurgien esthétique est également revenu sur les détails concernant son compte en Suisse, dont les fonds proviennent de son "travail". "Ce compte n'a jamais servi à financer de campagne au Parti socialiste", a-t-il indiqué, après avoir confirmé la somme de 600 000 euros. Les 15 millions n'ont "rien à voir avec la réalité" et d'ailleurs "la procédure judiciaire le prouvera", a-t-il lancé.

Il s'est aussi expliqué sur l'identité de celui qui lui a ouvert son compte en Suisse au début des années 1990, Philippe Péninque, un proche de Marine Le Pen et ancien dirigeant du syndicat d'extrême droite GUD. C'est par sa famille qu'il a rencontré Philippe Péninque. "Nous avons sympathisé, pour moi l'engagement politique ne résume pas un homme, la réalité d'un homme va au-delà", s'est justifié Jérôme Cahuzac.

Avec dépêches

 

"On se ment à soi-même avant de mentir aux autres"


 

Première publication : 16/04/2013

  • FRANCE

    Pierre Moscovici était-il au courant de l'évasion fiscale de Cahuzac ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jérôme Cahuzac "déménage tous les deux jours pour fuir la pression"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le Parti socialiste exclut Jérôme Cahuzac

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)