Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-orient

Incertitude sur le nombre de victimes après un puissant séisme en Iran

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/04/2013

D’après un premier bilan, 27 personnes auraient été blessées en Iran suite au séisme de 7,7 de magnitude qui a frappé le sud-est du pays mardi. Mais la télévision iranienne parle d'au moins 40 morts, non confirmés pour le moment.

Un puissant séisme a frappé, mardi 16 avril, une zone reculée du sud-est de l'Iran, blessant 27 personnes, selon un bilan officiel. La secousse a été ressentie jusqu'en Inde. Au Pakistan voisin, au moins 35 personnes.

Le séisme a été évalué à une magnitude de 7,7 par le centre iranien de sismologie, qui l'avait dans un premier temps estimée à 7,5. "C'est la plus forte secousse dans le pays depuis 1957", a affirmé Mehdi Zareh, un responsable du centre, cité par l'agence de presse Isna. L'épicentre est situé à 95 km de profondeur, à 80 km au nord de la ville de Saravan.

"Jusqu'ici, seulement 27 blessés" ont été dénombrés, a indiqué le préfet de Saravan, Mohammad Sharif Khaleghi, cité par l'agence Isna. Cette agence semi-officielle rapporte également les propos d'un responsable du centre de crise iranien, Morteza Akbarpour, selon lequel le tremblement de terre n'a "pour l'instant pas fait de victime". "L'épicentre du séisme était situé dans le désert et il n'y a pas de foyers de peuplement autour. Il n'y a pas eu de victimes dans les localités autour de l'épicentre", a-t-il expliqué.

L’État d’urgence déclaré

La télévision iranienne fait pourtant état d'au moins 40 morts, mais reconnaît que ce bilan n'est pas officiellement confirmé. Auparavant, un autre responsable iranien ayant requis l'anonymat avait estimé qu'il pourrait y avoir plusieurs centaines de morts, soulignant qu'il s'agissait du tremblement de terre le plus important depuis 40 ans dans le pays.

En revanche, au moins 35 personnes ont été tuées au Pakistan voisin, la plupart dans l'effondrement de maisons. "Les proches des victimes nous ont aussi dit que 25 personnes avaient été blessées", a précisé Ashraf Baloch, responsable de l'hôpital local de Mashkail, petite ville frontalière de l'Iran.

Selon un responsable local du ministère de la Santé, cité par l'agence Fars, plus de 20 villages ont subi des dégâts importants. Vingt équipes de secours ont été envoyées des villes de Saravan et Khash pour évaluer les dégâts. Les autorités ont déclaré l'état d'urgence dans la zone touchée, située à plus de 1 300 km de la capitale Téhéran.

Un séisme ressenti jusque dans les monarchies du Golfe

La secousse a été ressentie pendant 15 à 20 secondes jusqu'à Zahedan, la capitale provinciale, a indiqué le gouverneur du Sistan-Balouchistan, Hattam Narouie. Elle a également été ressentie au Pakistan, notamment à Islamabad et Karachi, ainsi que dans les monarchies voisines du Golfe et dans le nord de l’Inde.

Le 9 avril, un séisme de magnitude 6,1 avait frappé une zone rurale du sud-ouest de l'Iran, au bord du Golfe, faisant près de 40 morts et plus de 800 blessés. Située sur plusieurs failles sismiques importantes, la République islamique d'Iran a connu de nombreux tremblements de terre dévastateurs.

Le plus meurtrier ces dernières années a tué, en décembre 2003, 31 000 personnes à Bam (sud), soit un quart de la population de la ville. En août 2012, deux puissantes secousses avaient fait 306 morts près de la ville de Tabriz (nord-ouest).

Avec dépêches

 

 

Première publication : 16/04/2013

COMMENTAIRE(S)