Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

SPORT

Emirates se paye Roland-Garros

© afp

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 17/04/2013

La compagnie aérienne Emirates a signé mercredi 17 avril un contrat de partenariat de 5 ans avec la Fédération française de tennis. L’entreprise de Dubaï devient partenaire officiel de Roland-Garros à compter de l’édition 2013.

La Fédération française de tennis (FFT) peut se frotter les mains à un peu plus d’un mois du début du tournoi de Roland-Garros (21 mai au 9 juin 2013). En effet, elle vient de décrocher un gros contrat de sponsoring pour ses Internationaux de France. La compagnie aérienne Emirates devient partenaire officiel de Roland Garros pour 5 ans.

L’annonce a été faite mercredi 17 avril par Tim Clark, président d’Emirates, et Jean Gachassin, président de la FFT, lors d’une conférence de presse organisée à Paris, au stade Roland-Garros. Le montant du contrat n’a pas été communiqué, mais le président de la Fédération a indiqué qu’il était "supérieur à 3 millions d'euros" par an.

"L’arrivée d’Emirates entre dans notre stratégie de développement et de partenariat, qui vise à renforcer la marque Roland-Garros au niveau mondial. Et puis, il était légitime que le tournoi de Roland-Garros, qui porte le nom d’un as de l’aviation, dont nous fêtons cette année le centenaire de la traversée historique de la Méditerranée, s’associe à l’une des plus grandes compagnies aériennes au monde", a déclaré Jean Gachassin.

Un accord qui répond à une logique économique


Cet accord avec la compagnie aérienne de Dubaï n’a rien de surprenant. Il répond à une logique économique.

Tout d’abord, la FFT se bat pour que Roland-Garros reste dans la course des rendez-vous les plus attractifs du circuit ATP aux yeux des joueurs. Réunir le top 4 mondial Djokovic, Murray, Federer et Nadal sur les courts de la Porte d’Auteuil coûte cher. Et il faut également proposer des prix intéressants pour ceux qui sont éliminés plus tôt dans la compétition.

Il a donc fallu que les organisateurs augmentent les primes allouées aux participants qui atteindront 22 millions d’euros cette année (15% de plus qu’en 2012). À titre de comparaison, l’US Open distribue 25,7 millions d’euros à ses participants, l’Open d’Australie 23,8 millions.

Droits TV, billetterie et sponsoring


Le contrat signé avec Emirates tombe donc à point nommé. Car pour gagner de l’argent, la Fédération n’a pas une multitude de solutions.

Il y a les droits télé (15 millions en ce moment) qui devraient augmenter dès l’année prochaine si le tournoi est diffusé en partie en clair et en partie sur une chaîne payante.

Il y a également la billetterie. Mais dans ce domaine, difficile de faire beaucoup mieux sans l’agrandissement prévu et le nouveau stade qui devrait voir le jour. Toutefois, il ne sera sans doute pas livré avant 2018 ! Et pour finir, il y a les sponsors.  

Attirer une entreprise comme Emirates, c’est donc avoir la garantie de faire rentrer chaque année beaucoup d’argent (au moins 3 millions d’euros) dans les caisses du tournoi.

"Le tournoi de Roland-Garros, qui tire son nom de l’un des pionniers français de l’aéronautique, est une extension naturelle de notre portefeuille de parrainages actuel dans le tennis", a expliqué Tim Clark, le président d’Emirates mercredi en conférence de presse. "Suivi par des millions d’amateurs dans le monde, ce prestigieux tournoi sur terre battue constitue une plate-forme idéale pour notre marque."

Il est vrai qu’en devenant partenaire de Roland-Garros, le plus célèbre tournoi de terre battue au monde, la compagnie aérienne gagne en notoriété et en visibilité. Pendant trois semaines, Emirates disposera notamment d’emplacements significatifs pour apposer son logo sur le court Philippe-Chatrier (court central), ainsi que sur les panneaux des autres courts.

Emirates, présent sur tous les terrains de sport

La compagnie de Dubaï est familière du monde sportif. Elle est depuis longtemps très présente dans le football. En France, Emirates sponsorise le maillot du PSG pour 25 millions d’euros par an. En Italie c’est le Milan AC et en Espagne le Real de Madrid. Mais elle ne sponsorise pas que les maillots ! La compagnie a également donné son nom au stade d’Arsenal à Londres.

Emirates adore aussi le tennis. C’est le sponsor de l’ATP et également de l’US Open. Enfin, la compagnie a signé début février un contrat de partenariat pour 5 ans avec la Formule 1. Le montant avoisinerait les 7,6 millions d’euros par an. 

Au total, le quotidien Daily Mail a estimé récemment que la compagnie aérienne dépenserait près de 200 millions d'euros par an dans le sponsoring sportif !

Première publication : 17/04/2013

  • TENNIS

    La France éliminée de la Coupe Davis par l’Argentine

    En savoir plus

  • TENNIS

    Rafael Nadal de retour sur les courts

    En savoir plus

  • TENNIS

    Andy Murray arrache son 9e Masters 1000 face à David Ferrer

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)