Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

FRANCE

Ouverture à Marseille du procès des prothèses mammaires PIP

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2013

Le premier face-à-face attendu entre les nombreuses plaignantes, victimes de prothèses mammaires défectueuses, et le fondateur de la société PIP a lieu à Marseille ce mercredi, jour d'ouverture du procès.

Ce sont 5 250 femmes "anxieuses et impatientes", selon les mots de l’avocat de la partie civile Me Philippe Courtois, qui attendent l’ouverture, mercredi 17 avril, du procès d'ampleur des prothèses mammaires défectueuses de la marque PIP, à Marseille. Pendant un mois, le tribunal correctionnel va tâcher de comprendre comment la marque Poly Implant Prothèse (PIP) a pu, pendant dix ans, remplir ses prothèses d'un gel de silicone industriel non autorisé - dix fois moins cher que le gel certifié - en déjouant les contrôles de son certificateur, jusqu’à sa liquidation judiciaire en mars 2010.

Face aux nombreuses plaignantes originaires du monde entier, cinq prévenus comparaissent pour "tromperie aggravée" et "escroquerie" : Jean-Claude Mas, 73 ans, fondateur de la société varoise, au cœur d'une supercherie aux répercussions mondiales, qui pendant l'enquête a assumé, voire revendiqué, la manipulation, son ancien bras droit, Claude Couty, la directrice de la qualité, Hannelore Font, le directeur technique, Loïc Gossart, et le directeur produits, Thierry Brinon.

Tous encourent cinq ans de prison. Pas d'indemnisations majeures en vue en revanche pour les victimes, sur fond d'insolvabilité des prévenus - Jean-Claude Mas et son ex-DG sont mis en examen dans une enquête en cours sur le sort des fonds générés par la fraude.

Avant l'ouverture de l'audience, la Cour de cassation doit examiner le recours de deux ex-cadres de PIP, également prévenus, qui mettent en cause l'impartialité du tribunal et réclament le dépaysement du procès (un centre de convention à Marseille a été tranformé pour l'occasion en tribunal). Leur défense estime notamment que le tribunal a apporté "un soutien logistique aux victimes" en facilitant la procédure de constitution de partie civile.

"De Mas je n'attends rien"

Selon l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), sur l'ensemble des prothèses retirées depuis le début du scandale, un quart était défectueuse (enveloppe rompue, écoulement de gel), provoquant notamment des réactions inflammatoires, sans que les autorités relèvent un risque accru de cancer.

Parmi les victimes, beaucoup racontent la douleur et les conséquences financières de ces retraits. Ainsi Joëlle Manighetti, arrivée de région parisienne mardi à Marseille, commente : "De Mas je n'attends rien, il a été si méprisant". Cette femme a été opérée cinq fois depuis la rupture de la prothèse qui lui avait été implantée après un cancer du sein. "J'ai l'intention de lui dire ce que j'ai sur le cœur, que nous sommes prisonnières jusqu'à la fin de notre vie de notre souffrance, et j'aimerais qu'il le porte sur sa conscience", poursuit-elle.

En France et bien plus encore à l'étranger, on estime à 30 000 le nombre de femmes porteuses d'implants PIP.

Avec dépêches

Première publication : 17/04/2013

  • FRANCE

    Les victimes des protèses PIP pourront être indemnisées

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Prothèses PIP: davantage d'Anglaises que prévu sont concernées

    En savoir plus

  • FRANCE

    Prothèses mammaires : le fondateur de la société PIP incarcéré

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)