Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Amériques

Après les violences, Capriles annule la grande manifestation de mercredi

© Photo AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2013

Au lendemain des violences meurtrières qui ont secoué le Venezuela, Henrique Capriles a décidé d'annuler le rassemblement de mercredi à Caracas. Le chef de l'opposition souhaite obtenir le recompte des voix de la présidentielle par voie légale.

La tension au Venezuela, particulièrement vive depuis la victoire proclamée de Nicolas Maduro à l’élection présidentielle, est-elle sur le point de s'atténuer ? Après les troubles post-électoraux du lundi 15 avril, le chef de file de l'opposition Henrique Capriles s'est déclaré "ouvert au dialogue", mardi, lors d'une conférence de presse donnée à son quartier général, "afin que cette crise soit réglée dans les prochaines heures".

Par souci de "responsabilité", le gouverneur de l'État de Miranda a décidé d'annuler le rassemblement prévu mercredi. Il entend ainsi ne pas faire "le jeu du gouvernement" qui veut qu'il y ait "plus de morts dans le pays". Selon lui, la manifestation de l'opposition devant le Conseil national électoral (CNE) courait le risque d'être "infiltrée" par des agents gouvernementaux. Dans le pays, l’annulation de cette manifestation a été vécue comme "une immense déception" par l'opposition, constate Pierre-Philippe Berson, correspondant pour FRANCE 24 au Venezuela.

Depuis lundi soir, les manifestations contre l'élection de Nicolas Maduro ont fait au moins sept morts, dont un fonctionnaire de police de l'État de Tachira (Ouest), selon les autorités. C'est la première fois depuis 2004 qu'un rassemblement fait des victimes au Venezuela. Le bilan fait également état de 71 blessés et de 135 interpellations.

Enquête pénale contre Capriles

Auteur du meilleur score jamais réalisé par l'opposition, Henrique Capriles reproche aux autorités électorales d'avoir proclamé vainqueur Nicolas Maduro (50,75 % contre 48,97 %) dès dimanche soir, avant même la fin du décompte des voix. Refusant de reconnaître la victoire de l'héritier d'Hugo Chavez, Capriles exige un nouveau décompte et a appelé lundi ses partisans à descendre dans la rue "pacifiquement" pour soutenir sa requête.

Mais les manifestations de pro et anti-Maduro ont mal tourné. Des véhicules ont été incendiés dans l'État de Barinas, dont est originaire Hugo Chavez, et le siège du parti au pouvoir a été partiellement détruit dans l'État de Tachira. Plusieurs médecins cubains travaillant dans des quartiers pauvres, dans le cadre de la coopération avec le Venezuela, ont en outre été agressés, tandis que des groupes motorisés s'en sont pris aux sièges de la télévision publique VTV et de la chaîne internationale Telesur, financée par le Venezuela. Des membres du gouvernement ont aussi accusé des manifestants d'avoir attaqué le domicile de la présidente du Conseil national électoral (CNE), Tibisay Lucena, ainsi que plusieurs bureaux du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) de Maduro, dont l'un a été incendié.

Le gouvernement n'a pas exclu que Capriles soit lui-même l'objet d'investigations, le président de l'Assemblée nationale, Diosdado Cabello, l'un des piliers du régime, ayant promis de promouvoir une "enquête pénale" à son encontre, après la mort de manifestants.

Jusqu'à présent, le président élu, convaincu d'être la cible d'une "tentative de coup d'État", campe sur ses positions et a appelé ses partisans à étendre la mobilisation, accusant la "droite fasciste" de vouloir provoquer une "guerre civile comme en Libye ou en Syrie". Le point d'orgue de la mobilisation "chaviste" doit intervenir vendredi lors de l'investiture du nouveau président à Caracas. Le ministre de la Communication, Enrique Villegas, a annoncé qu'au moins 15 pays enverraient une délégation de "haut niveau", même si, pour l'heure, seul le dirigeant bolivien, Evo Morales, a confirmé sa venue.

Capriles soutenu par Washington

De son côté, Henrique Capriles n'entend pas renoncer. L'opposition, qui pour la première fois depuis 2006 concentre ses attaques sur la légitimité de l'élection, entend déposer un recours auprès du CNE. Seulement 300 000 votes séparent les deux hommes. "Il va également déposer un dossier faisant état des quelque 2 300 infractions constatées", précise Pierre-Philippe Berson. Lors de sa conférence de presse, Capriles a estimé que les irrégularités concernent un million de voix, selon le quotidien vénézuélien "El Nacional". Le CNE assure pour sa part que le système de vote électronique est infaillible.

Du côté de la communauté internationale, les États-Unis ont aussi mis en cause mardi l'officialisation de la victoire de Maduro, tout en appelant les Vénézuéliens à "cesser les violences", à l'instar de l'Organisation des États américains (OEA). "Il est difficile de comprendre pourquoi le CNE a proclamé la victoire du président Nicolas Maduro avant la fin du nouveau décompte des voix", a déclaré un porte-parole du département d'État. Celui-ci a par ailleurs rappelé que les États-Unis soutenaient le droit à manifester pacifiquement, mais condamnaient les violences. L'Espagne a également demandé un recompte, provoquant l'ire de Caracas, qui a depuis rappelé son ambassadeur. 

Première publication : 17/04/2013

  • VENEZUELA

    Plusieurs morts lors de violences post-électorales au Venezuela

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    L'élection de Maduro confirmée, des milliers d'opposants manifestent

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Nicolas Maduro, le nouveau gardien de la "révolution bolivarienne"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)