Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

EUROPE

Le procès de l'opposant russe Alexeï Navalny reporté au 24 avril

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/04/2013

À la demande de la défense, le procès de l'opposant russe Alexeï Navalny a été ajourné au 24 avril. Accusé de détournement de fonds, ce fervent pourfendeur du président Vladimir Poutine dénonce un procès "monté de toutes pièces".

Le procès pour détournement de fonds de l'opposant numéro un à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, a été reporté au 24 avril, la défense ayant demandé plus de temps pour étudier le dossier de cette affaire qu'elle estime montée de toutes pièces.

Une quarantaine de minutes après le début de l'audience au tribunal de Kirov, à 900 km à l'est de Moscou, le juge Sergueï Blinov a annoncé que le procès, dans lequel l'opposant risque une peine maximale de dix ans de camp, était reporté d'une semaine pour donner à la défense plus de temps pour prendre connaissance du dossier.

Il a ainsi satisfait partiellement la requête des avocats de M. Navalny, qui réclamaient un mois de plus.

Un appel de la défense, qui veut que l'affaire retourne au comité d'enquête, doit par ailleurs être examiné le 23 avril dans un autre tribunal.

"Je comprends votre déception, mais il est indispensable que nous prenions connaissance du dossier", a déclaré Alexeï Navalny aux journalistes juste après l'annonce par le juge du report du procès.

Il a répété que l'affaire était selon lui "montée de toutes pièces". "Il me semble que n'importe qui, même sans formation juridique, peut s'en persuader", a-t-il dit.

"D'une manière ou d'une autre, je suis sûr qu'au cours des audiences mon innocence sera prouvée, mais nous verrons quelle sera la décision du juge", a ajouté l'opposant.

En jeans et chemise blanche, il était arrivé décontracté dans la salle d'audience du petit tribunal, pleine à craquer en raison de la présence de nombreux journalistes et de partisans, parmi lesquels l'opposant Boris Nemtsov et un député anti-Poutine de la Douma (chambre basse), Dmitri Goudkov.

L'opposant, connu pour sa lutte contre la corruption, est accusé d'avoir organisé en 2009 le détournement de 400.000 euros d'une société publique d'exploitation forestière, Kirovles, dans la région de Kirov.

A l'époque, M. Navalny était conseiller du gouverneur libéral de cette région, Nikita Belykh.

Il a répété à maintes reprises qu'il ne se faisait aucune illusion sur l'issue du procès: il sera reconnu coupable.

"Je n'ai pas le moindre doute sur le fait que la décision est déjà prise. Ce sera une condamnation. La question est de savoir s'il s'agira de prison ou de sursis", a-t-il déclaré dans une interview au quotidien en ligne Gazeta.ru mardi.

Selon des médias russes, le juge Sergueï Blinov, 35 ans, n'a pas prononcé un seul acquittement au cours des deux dernières années.

"En règle générale, les affaires qui parviennent au tribunal ne sont pas de celles qui peuvent aboutir à un acquittement. Le système élimine ces cas au cours de l'enquête", a affirmé le président du tribunal de Kirov, Konstantin Zaïtsev, dans une interview au site d'informations en ligne Slon.ru, laissant lui aussi envisager que l'accusé serait condamné.

Alexeï Navalny n'a de son côté pas désarmé à la veille de son procès, ne donnant "pas plus de deux ans" au régime russe pour s'effondrer, dans l'interview à Gazeta.ru.

Orateur efficace lors des manifestations anti-Poutine à Moscou, pourfendeur de la corruption via des révélations retentissantes publiées sur l'internet, cet avocat de 36 ans s'est imposé comme un des leaders du mouvement de contestation né en 2011 pour dénoncer les fraudes lors des législatives remportées par le parti de Vladimir Poutine, Russie Unie.

"Je veux devenir président", a-t-il déclaré récemment à la chaîne câblée Dojd, proche de l'opposition, promettant de faire alors condamner les dirigeants russes.

"Un jour, nous les vaincrons, et nous les mettrons en prison", a-t-il affirmé.

Ses démêlés judiciaires ne s'arrêtent pas à l'affaire Kirovles: M. Navalny est par ailleurs accusé d'avoir détourné 2,5 millions d'euros appartenant à un parti politique libéral et il a été inculpé d'escroquerie et de blanchiment dans une autre affaire.

Enfin, en février, il a été accusé d'avoir usurpé son statut d'avocat en fournissant de fausses informations. Toutes ces accusations sont rejetées par l'intéressé qui dénonce une opération du Kremlin destinée à le faire taire.

AFP

Première publication : 17/04/2013

  • RUSSIE

    Alexeï Navalny, le blogueur opposant à Poutine, sort de prison

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Alexeï Navalny, l’opposant venu du Web

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)