Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

EUROPE

Le procès de l'opposant russe Alexeï Navalny reporté au 24 avril

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/04/2013

À la demande de la défense, le procès de l'opposant russe Alexeï Navalny a été ajourné au 24 avril. Accusé de détournement de fonds, ce fervent pourfendeur du président Vladimir Poutine dénonce un procès "monté de toutes pièces".

Le procès pour détournement de fonds de l'opposant numéro un à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, a été reporté au 24 avril, la défense ayant demandé plus de temps pour étudier le dossier de cette affaire qu'elle estime montée de toutes pièces.

Une quarantaine de minutes après le début de l'audience au tribunal de Kirov, à 900 km à l'est de Moscou, le juge Sergueï Blinov a annoncé que le procès, dans lequel l'opposant risque une peine maximale de dix ans de camp, était reporté d'une semaine pour donner à la défense plus de temps pour prendre connaissance du dossier.

Il a ainsi satisfait partiellement la requête des avocats de M. Navalny, qui réclamaient un mois de plus.

Un appel de la défense, qui veut que l'affaire retourne au comité d'enquête, doit par ailleurs être examiné le 23 avril dans un autre tribunal.

"Je comprends votre déception, mais il est indispensable que nous prenions connaissance du dossier", a déclaré Alexeï Navalny aux journalistes juste après l'annonce par le juge du report du procès.

Il a répété que l'affaire était selon lui "montée de toutes pièces". "Il me semble que n'importe qui, même sans formation juridique, peut s'en persuader", a-t-il dit.

"D'une manière ou d'une autre, je suis sûr qu'au cours des audiences mon innocence sera prouvée, mais nous verrons quelle sera la décision du juge", a ajouté l'opposant.

En jeans et chemise blanche, il était arrivé décontracté dans la salle d'audience du petit tribunal, pleine à craquer en raison de la présence de nombreux journalistes et de partisans, parmi lesquels l'opposant Boris Nemtsov et un député anti-Poutine de la Douma (chambre basse), Dmitri Goudkov.

L'opposant, connu pour sa lutte contre la corruption, est accusé d'avoir organisé en 2009 le détournement de 400.000 euros d'une société publique d'exploitation forestière, Kirovles, dans la région de Kirov.

A l'époque, M. Navalny était conseiller du gouverneur libéral de cette région, Nikita Belykh.

Il a répété à maintes reprises qu'il ne se faisait aucune illusion sur l'issue du procès: il sera reconnu coupable.

"Je n'ai pas le moindre doute sur le fait que la décision est déjà prise. Ce sera une condamnation. La question est de savoir s'il s'agira de prison ou de sursis", a-t-il déclaré dans une interview au quotidien en ligne Gazeta.ru mardi.

Selon des médias russes, le juge Sergueï Blinov, 35 ans, n'a pas prononcé un seul acquittement au cours des deux dernières années.

"En règle générale, les affaires qui parviennent au tribunal ne sont pas de celles qui peuvent aboutir à un acquittement. Le système élimine ces cas au cours de l'enquête", a affirmé le président du tribunal de Kirov, Konstantin Zaïtsev, dans une interview au site d'informations en ligne Slon.ru, laissant lui aussi envisager que l'accusé serait condamné.

Alexeï Navalny n'a de son côté pas désarmé à la veille de son procès, ne donnant "pas plus de deux ans" au régime russe pour s'effondrer, dans l'interview à Gazeta.ru.

Orateur efficace lors des manifestations anti-Poutine à Moscou, pourfendeur de la corruption via des révélations retentissantes publiées sur l'internet, cet avocat de 36 ans s'est imposé comme un des leaders du mouvement de contestation né en 2011 pour dénoncer les fraudes lors des législatives remportées par le parti de Vladimir Poutine, Russie Unie.

"Je veux devenir président", a-t-il déclaré récemment à la chaîne câblée Dojd, proche de l'opposition, promettant de faire alors condamner les dirigeants russes.

"Un jour, nous les vaincrons, et nous les mettrons en prison", a-t-il affirmé.

Ses démêlés judiciaires ne s'arrêtent pas à l'affaire Kirovles: M. Navalny est par ailleurs accusé d'avoir détourné 2,5 millions d'euros appartenant à un parti politique libéral et il a été inculpé d'escroquerie et de blanchiment dans une autre affaire.

Enfin, en février, il a été accusé d'avoir usurpé son statut d'avocat en fournissant de fausses informations. Toutes ces accusations sont rejetées par l'intéressé qui dénonce une opération du Kremlin destinée à le faire taire.

AFP

Première publication : 17/04/2013

  • RUSSIE

    Alexeï Navalny, le blogueur opposant à Poutine, sort de prison

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Alexeï Navalny, l’opposant venu du Web

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)