Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Moyen-orient

Pour Bachar al-Assad, l'Occident paiera cher son soutien à Al-Qaïda

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/04/2013

Dans un discours télévisé diffusé à l'occasion de la fête nationale, le président syrien a affirmé que les Occidentaux, en soutenant la rébellion, finançaient Al-Qaïda. La victoire des rebelles signifierait, selon lui, la fin de la Syrie.

Il est apparu tranquille et détendu. Lors d'une interview de près d'une heure accordée à la chaîne syrienne al-Ikhbariya, le président syrien Bachar al-Assad a fustigé le soutien des pays occidentaux aux rebelles, qualifiés de combattants d'Al-Qaïda, dans la guerre civile en Syrie.

Le président a lié son départ à une "décision du peuple", laissant entendre qu'il pourrait se présenter à la prochaine élection présidentielle prévue en 2014, alors que son pays est ravagé depuis deux ans par un conflit meurtrier.

"Le poste (de président) n'a pas de valeur sans le soutien du peuple. Que le président reste ou parte relève de la décision du peuple", a affirmé M. Assad dans une interview à la chaîne officielle Al-Ikhbariya.

"Le poste n'est pas un objectif en soi. L'objectif est le projet que (le président) offre à la société. Les médias étrangers qui ont dit que ce président (Assad) s'accrochait au pouvoir se trompent", a-t-il ajouté.

L'Iran, allié du régime de M. Assad, avait fait savoir il y a quelque temps que le chef de l'Etat pourrait se représenter à l'issue de son mandat en 2014.

Le chef de l'Etat a attaqué l'opposition syrienne, essentiellement basée à l'étranger, doutant de son patriotisme et minimisant son appui populaire.

"Toute opposition installée de plein gré à l'étranger ne peut être patriote. Comment êtes-vous patriote si vous avez fui à l'étranger?", a-t-il demandé en référence à la Coalition de l'opposition en exil.

"C'est quoi l'opposition? S'il y a un million de Syriens qui s'oposent à l'Etat, cela veut-il dire qu'ils forment une opposition?", a-t-il dit. "L'heure n'est pas à la complaisance sur cette question-là. Un traître est un traître et un collaborateur est un collaborateur".

"Dans tous les pays du monde, l'opposition est une opposition élue et bénéficie d'une base populaire. Où sont les élections sur lesquelles se base cette opposition-là?", a encore poursuivi M. Assad.

Interrogé sur un éventuel dialogue, évoqué par le chef de l'opposition Ahmed Moaz al-Khatib, M. Assad a affirmé: "Nous dialoguerons avec tous ceux qui n'ont pas encaissé de l'argent pour vendre la patrie". Il a aussi précisé qu'il n'y aurait "pas de négociations avec ceux qui n'ont pas de base populaire".

Comme toujours depuis le début de la révolte en mars 2011, le président a assimilé le soulèvement à du "terrorisme" financé par l'étranger.

"Il n'y a pas de terroriste modéré", a-t-il insisté, en référence aux pays occidentaux qui font la différence entre les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) et les groupuscules jihadistes.

"Al-Qaïda domine (la rébellion) en Syrie", a-t-il affirmé, une semaine après l'allégeance du Front jihadiste Al-Nosra, un des groupes des plus combatifs face à l'armée régulière, au réseau fondé par Oussam Ben Laden.

Le président syrien a en outre prévenu que la guerre dans son pays pourrait gagner la Jordanie voisine, qu'il accuse d'entraîner les combattants rebelles et de faciliter leur entrée en Syrie.

"L'incendie ne s'arrêtera pas à nos frontières, tout le monde sait que la Jordanie est aussi exposée (à la crise) que la Syrie".

Avec dépêches

 


 

Première publication : 17/04/2013

COMMENTAIRE(S)