Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

Economie

Les députés allemands approuvent l'aide à Chypre

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2013

Le Bundestag a approuvé à une large majorité le plan de sauvetage de Chypre, pays au bord de la faillite. L'aide à la petite île coûtera un peu moins de trois milliards d'euros à l'Allemagne, soit un tiers de la part apportée par les Européens.

Les députés allemands du Bundestag ont approuvé jeudi l'aide à Chypre, à une très large majorité, comme tous les plans d'aide précédents aux pays en crise de la zone euro.

Sur les 601 députés présents, 486 ont voté oui, a annoncé le vice-président du Bundestag, Wolfgang Thierse.

Les Européens et le Fonds monétaire international (FMI) vont accorder jusqu'à 10 milliards d'euros de crédits à la petite île de la Méditerranée, au bord de la faillite. En contrepartie Chypre va mettre en oeuvre des réformes et restructurer en profondeur son secteur bancaire hypertrophié. La part de l'Allemagne dans les crédits consentis doit s'élever à un peu moins de 3 milliards d'euros.

Le ministre des Finances Wolfgang Schäuble avait avant le vote insisté sur la nécessité d'aider Chypre pour "éviter que les problèmes de Chypre ne deviennent de nouveaux problèmes pour la zone euro". Il a insisté sur les succès rencontrés par les pays qui, en échange de l'aide de leurs partenaires, appliquent déjà des programmes de réformes, souvent décriés sur place comme trop stricts mais qui "mènent au succès" et sont "le bon chemin" aux yeux du grand argentier allemand.

Dans un communiqué publié immédiatement à l'issue du vote, le ministre a estimé que le Bundestag avait "pris ses responsabilités pour l'euro et la zone euro" et dans son propre intérêt. "Pour une nation exportatrice comme l'Allemagne la monnaie unique est une base indispensable à la croissance, l'emploi et la prospérité".

Deux des trois partis d'opposition, le SPD social-démocrate et les Verts, ont apporté leurs voix à la majorité conservatrice-libérale d'Angela Merkel, comme ils l'avaient déjà fait pour la plupart des votes précédents. Il s'agissait du douzième vote des élus allemands en matière de sauvetage de la zone euro depuis mai 2010, après les feux verts donnés pour les aides aux pays (Grèce, Irlande, Portugal, banques espagnoles) et pour la mise sur pied des différents mécanismes de sauvetage de l'union monétaire.

"Nous allons approuver ce programme mais ne vous méprenez pas", a prévenu le chef du groupe parlementaire SPD Frank-Walter Steinmeier dans l'hémicycle à l'attention de M. Schäuble et de Mme Merkel, "ce n'est pas une approbation de votre manière de gérer la crise".

Dans d'autres pays de la zone euro un vote du parlement est nécessaire pour pouvoir libérer l'aide à Chypre, ainsi en Finlande ou encore en Autriche. M. Schäuble a dit jeudi tabler sur le versement d'une première tranche à Nicosie le mois prochain.

Les députés allemands ont également approuvé jeudi un allongement de la durée des prêts à l'Irlande et au Portugal, M. Schäuble citant "les énormes efforts" consentis par ces deux pays, et qui commencent à porter leurs fruits, selon lui.

AFP

Première publication : 18/04/2013

  • ZONE EURO

    Chypre doit trouver près de six milliards d'euros en plus pour rembourser ses dettes

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le FMI va aider Chypre à hauteur d'un milliard d'euros

    En savoir plus

  • CHYPRE

    Le ministre chypriote des Finances démissionne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)