Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Moyen-orient

Bassem Youssef, le plus populaire des Égyptiens, ne se taira pas

© El Bernameg

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 18/04/2013

De passage en France, le célèbre humoriste égyptien Bassem Youssef a répété que le sarcasme était la meilleure arme face à la répression. Il figure parmi les 100 personnalités les plus influentes de l’année du magazine américain "Time".

"L’art satirique, ce n’est pas simplement le rire. Le mot sarcasme vient du mot grec sarkasmos, qui signifie désosser, enlever la chair. Si je vous faisais rire, je vous éloignerai de la réalité, ce serait comme si je vous anesthésiais. Ce n’est pas du tout ce que je souhaite faire." Invité par l’Ecole nationale supérieure (ENS) à Paris, dans le cadre d’une Semaine arabe consacrée au rire, le célèbre humoriste égyptien Bassem Youssef a raconté, devant une salle comble, en quoi l’humour était pour lui le meilleur outil pour faire face à l’oppression.

Visé par plusieurs enquêtes, le très populaire animateur de l'émission satirique "El Bernameg" ("Le programme") a été accusé, dans son pays, de menaces à la sécurité publique, d’insulte au président Mohamed Morsi et à l’islam ou encore de propagation de rumeurs et de fausses informations.

Le "Jon Stewart" égyptien

Celui que l’on présente comme le "Jon Stewart" égyptien figure dans la liste des 100 personnalités les plus influentes de 2013, publiée jeudi 18 avril par l’hebdomadaire américain "Time". Une nomination saluée par le présentateur américain du "Daily Show" : "La seule différence entre [Bassem Youssef] et moi, écrit Jon Stewart, c’est qu’il exerce sa satire dans un pays qui continue à tester les limites de sa liberté durement acquise, et où ceux qui critiquent les puissants ont toujours des choses à craindre. Bassem Youssef est mon héros".

Ancien chirurgien cardiaque, Bassem Youssef est devenu, avec son émission, une véritable icône de la contestation au pouvoir. "On peut me traiter de clown ou de marionnette, pour moi c’est un honneur. Pendant la période ottomane en Égypte, les marionnettes étaient là pour se moquer des sultans ! La force du clown, c’est justement de rendre ridicule celui qui est puissant. Et quand on le rend ridicule, on n’en a plus peur", a-t-il expliqué.

"Les hommes de religion ne sont plus sacrés"

Il n’hésite pas à aborder dans son émission hebdomadaire les sujets les plus sensibles, comme celui du harcèlement sexuel. Il s’est moqué, par exemple, d’un célèbre téléprédicateur qui avait affirmé que les femmes pouvaient  "contrôler leur entrejambe par la force de leurs cuisses"… "Une nation qui se développe, c’est une nation où les droits des femmes progressent", a réaffirmé l’humoriste à Paris.

Selon lui, les évènements qui bouleversent son pays depuis deux ans sont positifs. "Les gens savent maintenant que ceux qui sont au pouvoir leur mentent. Les jeunes leur répondent sur YouTube. Les hommes de religion ne sont plus sacrés, et rien que pour ça, cette révolution est un succès", assure-t-il.

"L’Égypte ne tombe pas seule sous la domination des Frères musulmans. Si elle tombe, c’est parce que les gens n’agissent pas. Tant qu’on agit, rien n’est terminé. Je ne me tairai que lorsque je n’aurai pas d’autre choix", a-t-il ajouté. Avant de remercier les Frères musulmans et les religieux de toutes sortes, qui lui donnent tant d’inspiration…

L'émission de Bassem Youssef du 22 mars 2013 (en arabe)

 

Première publication : 18/04/2013

COMMENTAIRE(S)