Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Le Liban, victime collatérale du conflit entre l’Arabie Saoudite et le Hezbollah

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Finlande : un modèle social et migratoire ébranlé (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Finlande : un modèle social et migratoire ébranlé (partie 2)

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

"Fusacs" : le grand Monopoly des fusions-acquisitions

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La mode, seconde industrie la plus polluante au monde

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les yeux d'la tête" : les rois de la fête sortent un nouvel album

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alissa J. Rubin : "Les femmes afghanes n'existent pas en dehors du foyer"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Engie : Isabelle Kocher une patronne sous tutelle ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Terrorisme : 5 ans après l’élimination de Ben Laden, quelle est la force de frappe d’Al-Qaïda ?

En savoir plus

Amériques

Fausse alerte dans un bâtiment de la Navy à Arlington

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2013

La substance suspecte retrouvée dans la salle des courriers d'un bâtiment de la Marine à Arlington n'était pas du poison, a indiqué l'US Navy. Par précaution, tout le personnel avait été évacué.

La substance suspecte retrouvée jeudi dans la salle des courriers d'un bâtiment de la Marine américaine n'était finalement pas du poison, a indiqué l'US Navy, un jour après l'annonce de l'envoi d'une lettre contenant de la ricine au président Barack Obama.

"Lors du test initial effectué, la substance suspecte retrouvée a réagi négativement à toutes les formes de poison", précise un communiqué.

Un peu plus tôt, la Marine avait annoncé dans un autre communiqué qu'une "substance suspecte a été retrouvée dans la salle des courriers du bâtiment n°12 de la Naval Support Facility à Arlington" en Virginie (est), dans la banlieue de la capitale fédérale Washington.

Par précaution, tout le personnel avait été évacué et une enquête lancée.

Un officier militaire sous couvert d'anonymat avait affirmé à l'AFP qu'une "substance poudreuse blanche" avait été trouvée et que les spécialistes étaient en train de vérifier s'il s'agissait de ricine ou d'un autre poison.

La découverte de cette substance intervenait en effet après deux incidents similaires à Washington cette semaine, qui ont soulevé des inquiétudes.

Une lettre suspecte a ainsi été reçue mardi au centre de tri postal de la Maison Blanche et adressée au président Barack Obama. La police fédérale a annoncé mercredi qu'elle contenait de la ricine.

Ce même poison a également été détecté par les autorités dans une lettre envoyée au sénateur républicain Roger Wicker. La substance a été repérée lors d'une inspection de routine du courrier dans un bâtiment distinct du Capitole, et la lettre en question n'avait pas atteint le bureau du sénateur Wicker.

Les autorités ont identifié le suspect de ces différents envois, Paul Kevin Curtis, qui a été arrêté mercredi soir à son domicile de Corinth, dans le Mississippi (sud).

La ricine est une protéine très toxique et quelques milligrammes peuvent suffire à tuer un adulte en moins de cinq jours. Il n'existe pas d'antidote.

AFP

Première publication : 18/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Lettres empoisonnées à la ricine : un suspect interpellé dans le Mississippi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une lettre contenant de la ricine adressée à Barack Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un sénateur américain reçoit une lettre empoisonnée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)