Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

Amériques

Fausse alerte dans un bâtiment de la Navy à Arlington

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/04/2013

La substance suspecte retrouvée dans la salle des courriers d'un bâtiment de la Marine à Arlington n'était pas du poison, a indiqué l'US Navy. Par précaution, tout le personnel avait été évacué.

La substance suspecte retrouvée jeudi dans la salle des courriers d'un bâtiment de la Marine américaine n'était finalement pas du poison, a indiqué l'US Navy, un jour après l'annonce de l'envoi d'une lettre contenant de la ricine au président Barack Obama.

"Lors du test initial effectué, la substance suspecte retrouvée a réagi négativement à toutes les formes de poison", précise un communiqué.

Un peu plus tôt, la Marine avait annoncé dans un autre communiqué qu'une "substance suspecte a été retrouvée dans la salle des courriers du bâtiment n°12 de la Naval Support Facility à Arlington" en Virginie (est), dans la banlieue de la capitale fédérale Washington.

Par précaution, tout le personnel avait été évacué et une enquête lancée.

Un officier militaire sous couvert d'anonymat avait affirmé à l'AFP qu'une "substance poudreuse blanche" avait été trouvée et que les spécialistes étaient en train de vérifier s'il s'agissait de ricine ou d'un autre poison.

La découverte de cette substance intervenait en effet après deux incidents similaires à Washington cette semaine, qui ont soulevé des inquiétudes.

Une lettre suspecte a ainsi été reçue mardi au centre de tri postal de la Maison Blanche et adressée au président Barack Obama. La police fédérale a annoncé mercredi qu'elle contenait de la ricine.

Ce même poison a également été détecté par les autorités dans une lettre envoyée au sénateur républicain Roger Wicker. La substance a été repérée lors d'une inspection de routine du courrier dans un bâtiment distinct du Capitole, et la lettre en question n'avait pas atteint le bureau du sénateur Wicker.

Les autorités ont identifié le suspect de ces différents envois, Paul Kevin Curtis, qui a été arrêté mercredi soir à son domicile de Corinth, dans le Mississippi (sud).

La ricine est une protéine très toxique et quelques milligrammes peuvent suffire à tuer un adulte en moins de cinq jours. Il n'existe pas d'antidote.

AFP

Première publication : 18/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Lettres empoisonnées à la ricine : un suspect interpellé dans le Mississippi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Une lettre contenant de la ricine adressée à Barack Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un sénateur américain reçoit une lettre empoisonnée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)