Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : la Banque mondiale met en garde contre un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

EUROPE

En pleine crise politique, l'Italie se cherche un président

© AFP

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 18/04/2013

Le Parlement italien a entamé le processus de désignation du président de la République. L’ancien président du Sénat Franco Marini, porté par les principaux partis, n’est pas parvenu à réunir les deux tiers des voix nécessaires à sa désignation.

La journée du 18 avril n’aura pas été fructueuse au Parlement italien. Après un premier scrutin, les 1007 grands électeurs ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur le nom du successeur de Giorgio Napolitano à la présidence italienne. La veille, un consensus semblait pourtant avoir été trouvé autour de l’ancien président du Sénat Franco Marini, âgé de 80 ans, soutenu par les centristes, le centre-gauche de Pier Luigi Bersani et le Peuple de la liberté de Silvio Berlusconi. "Franco Marini a effectivement fait l’objet d’un accord mercredi soir, mais il y a énormément de dissensions dans les rangs du centre-gauche", explique Pierre Musso, politologue, spécialiste de l’Italie.

De nombreux membres de la coalition de Pier Luigi Bersani, notamment le fougueux maire de Florence Matteo Renzi et le président de la région des Pouilles Nichi Vendola, n’ont pas caché leur hostilité au choix de Franco Marini. "C’est un candidat du siècle dernier", a commenté Matteo Renzi, estimant que l’octogénaire n’avait "ni charisme ni la moindre stature internationale".

L’humoriste Beppe Grillo, fondateur du Mouvement cinq étoiles (M5S), parti qui avait cristallisé le vote contestataire pendant les législatives en février, a contribué à décrédibiliser Franco Marini en le taxant "d’homme du système". Il avait appelé les parlementaires de tous bords à voter pour Stefano Rodota, un constitutionnaliste désigné par les militants du Mouvement lors d’un vote sur Internet la semaine dernière.

"Le président est un facteur de stabilité"

Lors du premier scrutin, l’ancien président du Sénat n’a obtenu que 521 voix. Loin donc de la majorité des deux tiers - 672 voix - requises pour qu’il soit élu dès le premier tour. Une centaine de bulletins blancs ou nuls ont été déposés. Le candidat du M5S a réuni 240 voix, attirant les déçus du centre-gauche.

En Italie, la fonction présidentielle est largement considérée comme honorifique. Mais une fois nommé, le successeur de Giorgio Napolitano aura la lourde tâche de résoudre la grave crise politique qui dure depuis près de deux mois dans le pays. "Le président est un facteur de stabilité, c’est l’autorité morale, c’est le référant donc il peut se révéler très important, particulièrement dans la crise dans laquelle nous nous trouvons", précise Pierre Musso. Le président dispose en outre d’une arme pour sortir l’Italie du marasme : la possibilité de dissoudre le Parlement. Il lui appartiendra donc de nommer un gouvernement de transition ou d’organiser des élections dès le mois de juillet.

Si aucun candidat n’obtient la majorité des deux tiers après trois votes, l’élection se jouera à la majorité simple à partir du quatrième tour de scrutin. En 2006, quatre votes avaient été nécessaires avant que Giorgio Napolitano soit désigné à la présidence de la République.

Première publication : 18/04/2013

  • ITALIE

    Élection présidentielle : Berlusconi soutiendra aussi le candidat de gauche Franco Marini

    En savoir plus

  • ITALIE

    "La logique serait de former un nouveau gouvernement de technocrates à la Monti"

    En savoir plus

  • ITALIE

    Pier Luigi Bersani échoue à former un gouvernement de coalition en Italie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)