Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Amériques

Un interprète irakien préfère l'exil à une mort certaine

© Inediz | Ahmed Alrais et sa femme dans leur maison de la banlieue de Chicago

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/04/2013

Quand Ahmed Alrais a rejoint l'armée américaine comme interprète, il pensait que les avantages de nouer de bonnes relations avec les occupants seraient supérieurs aux risques d'être vu comme un traître. Il a fini par quitter l'Irak.

Dix ans après l’invasion menée par les États-Unis en Irak, il reste difficile d’évaluer les véritables conséquences de cette guerre. Au-delà du nombre de morts civils et militaires, la vie de dizaines de milliers de personnes a été durablement affectée par ce conflit. C’est notamment le cas des 80 000 Irakiens qui ont fui leur pays pour s’installer aux États-Unis.

En chiffres - le bilan de la guerre (cliquez sur l'image)

Le webdocumentaire “My Beloved Enemy” donne la parole à ces Irakiens et ces Américains marqués par la guerre.

Dans le 4e épisode, Ahmed Alrais, cuisinier de formation, explique pourquoi il s'est engagé comme interprète au service de l’armée américaine trois mois à peine après le début de la seconde guerre du Golfe.

D’abord accusé de trahison par ses voisins de Bagdad, il est devenu le garant d’une communication saine avec les occupants, avant de quitter son pays en 2006 et d’émigrer aux États-Unis. Il vit désormais dans une banlieue pavillonnaire de Chicago.

Première publication : 18/04/2013

  • ÉTATS-UNIS - IRAK

    Musulmans et chrétiens d'Irak découvrent le "vivre ensemble" à Détroit

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - IRAK

    Des réfugiés irakiens à la recherche de leur propre rêve américain

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS - IRAK

    Le combat pour la paix d'une Irakienne et d'une vétéran américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)