Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

EUROPE

Fitch prive la Grande-Bretagne de son triple A

© afp

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2013

Fitch a abaissé la note de la Grande-Bretagne de AAA à AA+. Une mauvaise nouvelle pour le gouvernement conservateur de David Cameron, qui avait promis de protéger le triple A en arrivant au pouvoir en 2010.

Moins de deux mois après Moody’s, Fitch Ratings a privé vendredi la Grande-Bretagne de la note de crédit suprême "triple A" en soulignant la détérioration des perspectives économiques et budgétaires du pays.

L’agence a abaissé d’un échelon la note qu’elle attribue à la solvabilité du Royaume-Uni pour la ramener de "AAA" à "AA+" mais elle l’a assortie d’une perspective "stable", ce qui implique une probabilité de moins de 50% d’une nouvelle dégradation d’ici deux ans.

"En dépit de la perte de son statut ‘AAA’, le profil de crédit extrêmement solide du Royaume-Uni se reflète dans sa note ‘AA+’ et la perspective stable", écrit Fitch dans un communiqué.

L’agence de notation explique prévoir désormais que la dette publique britannique culminera à 101% du produit intérieur brut (PIB) sur l’exercice budgétaire 2015-2016 et qu’elle ne refluera qu’à partir de 2017-2018, alors qu’elle tablait auparavant sur un pic à 97% et un recul à partir de 2016-2017.

La livre sterling cédait du terrain face au dollar après l’annonce de la décision.

Celle-ci pourrait être embarrassante pour le gouvernement conservateur de David Cameron, qui avait promis de réduire le déficit public et de protéger le "triple A" en arrivant au pouvoir en 2010.

"C’est un rappel brutal du fait que le Royaume-Uni ne peut pas se contenter de fuir ses problèmes ou de refuser de s’attaquer aux dettes accumulées depuis une décennie", a déclaré un porte-parole du ministère des Finances.

L'austérité contestée


"Fitch elle-même dit que ‘l’engagement constant du gouvernement à réduire le déficit budgétaire’ est l’une des principales raisons pour lesquelle la dette du Royaume-Uni a une perspective ‘stable’."

Moody’s avait déjà rétrogradé Londres dans la catégorie "double A" le 22 février en ramenant sa propre note à Aa2.

De son côté, Standard & Poor’s, la troisième grande agence internationale de notation, a confirmé son "AAA" au début du mois mais en maintenant sa perspective négative, précisant que la probabilité d’une dégradation était d’une sur trois environ.

La faiblesse de la croissance économique britannique a obligé le gouvernement Cameron à remettre en cause son programme de lutte contre les déficits et à repousser de plusieurs années l’objectif de retour à l’équilibre des finances publiques, ce qui l’expose régulièrement à des critiques sur l’aspect contre-productif des mesures d’austérité.

Le Fonds monétaire international (FMI) lui-même a conseillé à Londres de modérer le rythme des coupes budgétaires.

Le ministre des Finances, George Osborne, a reconnu le mois dernier que la croissance serait, cette année, inférieure de moitié à sa prévision initiale et que la dette publique continuerait de monter pendant plusieurs années encore.

REUTERS

Première publication : 19/04/2013

  • ROYAUME-UNI

    Londres perd son triple A chez Moody's

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington va porter plainte contre Standard & Poor’s pour son rôle dans la crise financière

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    S&P épinglée pour notation "trompeuse" de produits financiers toxiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)