Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

En Inde, des femmes se mobilisent contre l'alcool

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Communication digitale : de l'influence à la propagande

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gad Elmaleh, le roi de l’humour, vit son rêve américain

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Hillary Clinton, candidate mal aimée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

JO : les Brésiliens sceptiques, à 8 jours du coup d'envoi

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ci-gît la démocratie turque"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Anticonstitutionnellement"

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : le renseignement a-t-il failli ? (partie 1)

En savoir plus

FRANCE

Ouverture d'une enquête sur le financement présumé de Sarkozy par Kadhafi en 2007

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/04/2013

Une information judiciaire a été ouverte concernant un éventuel financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. L'homme d'affaires Ziad Takieddine affirme détenir des preuves.

Quelques semaines après sa mise en examen dans l’affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy est visé par l’ouverture d’une information judiciaire pour financement illicite de sa campagne électorale de 2007. Le parquet de Paris s’appuie sur les accusations de l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine, qui affirme détenir des preuves de transferts de fonds entre la Libye et Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Ces allégations avaient entraîné des perquisitions fin février au domicile de l’ancien secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, ainsi que chez Ziad Takkieddine le 11 avril.

L'information judiciaire a été ouverte contre X pour "corruption active et passive", "trafic d'influence", "faux et usage de faux", "abus de biens sociaux" et "blanchiment, complicité et recel de ces infractions".

L’ancien président a toujours démenti les allégations de Ziad Takkieddine, faisant valoir qu'il avait été le fer de lance de l'intervention militaire qui allait entraîner la chute de Mouammar Kadhafi.

Montant supérieur à 50 millions d'euros

L’homme d’affaires franco-libanais, intermédiaire dans de nombreux contrats de ventes d'armement à des pays du Moyen-Orient, a annoncé qu'il était à la disposition des enquêteurs. "Il y a des éléments très probants, il appartient à la justice d'enquêter et d'aller les chercher, a-t-il déclaré à Reuters. Je mets à la disposition de la justice toute chose que je connais et qui pourrait aider dans cette démarche."

Ziad Takieddine avait notamment évoqué des rencontres entre Bachir Saleh, secrétaire particulier de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, et Claude Guéant pour discuter des modalités de ce financement présumé, qui porterait sur un montant total supérieur à 50 millions d'euros.

Ces allégations ne sont pas nouvelles : Saïf al-Islam Kadhafi, le fils de l'ancien dirigeant libyen, avait à plusieurs reprises affirmé que son pays avait financé la campagne de 2007 de l'ancien président. Ziad Takieddine dit avoir vu les preuves et savoir où elles se trouvent.

Claude Guéant a récemment annoncé son intention de porter plainte contre l'homme d'affaires, jugeant ses allégations "sans fondement".

Avec dépêches

Première publication : 19/04/2013

  • FRANCE - EXCLUSIF

    Ziad Takieddine : "Sarkozy a été acheté de toutes pièces par le Qatar"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Campagne de Sarkozy en 2007 : perquisition au domicile de Takieddine

    En savoir plus

  • FRANCE

    Affaire Bettencourt : le parquet affirme n'avoir pris aucune décision à l'égard de Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)