Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

  • L’UE adopte une nouvelle salve de sanctions contre la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

Moyen-orient

Scrutin-test en Irak sur fond de campagne sanglante

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 21/04/2013

La commission électorale irakienne a entamé le dépouillement des bulletins de vote des élections provinciales organisées samedi, un scrutin-test pour le Premier ministre chiite Nouri al-Maliki qui doit faire face à la contestation des sunnites.

Au terme d’une journée de vote, samedi 20 avril, sans dysfonctionnements notables, la commission électorale irakienne a entamé dimanche le dépouillement des bulletins de vote des élections provinciales dont les résultats ne sont pas attendus avant le mois de mai. Pour ce premier scrutin depuis le départ des troupes américaines fin 2011, quelque 13,8 millions d'électeurs irakiens ont été appelés à se prononcer. La commission électorale a indiqué que le taux de participation était de 51%.

Ces élections doivent permettre aux Irakiens de renouveler les assemblées provinciales qui, dans le système fédéral irakien, ont un rôle déterminant. C’est à elles en effet qu’incombe la tâche de désigner les gouverneurs. Ceux-ci sont chargés de mener à bien les projets de reconstruction et de l'administration de leur province et occupent donc un poste-clé. Plus de 8 000 candidats se disputent un total de 378 sièges à prendre au sein des assemblées.

Vive contestation des sunnites

Mais les élections ont pris également une acuité particulière en raison du contexte politique. Nouri al-Maliki, le Premier ministre chiite, fait face depuis plus de trois mois à une vive contestation de la part des sunnites. Dans les régions où ils sont majoritaires, les sunnites manifestent depuis plus de trois mois pour réclamer la fin de la "marginalisation" dont ils s'estiment victimes. D'après eux, les autorités tendent à s'appuyer de façon démesurée sur les lois antiterroristes pour les viser eux plus que n'importe quelle autre communauté.

Aussi, face à l'instabilité, le gouvernement a décidé de reporter le vote à Ninive (nord) et Anbar (ouest), deux provinces majoritairement sunnites. "Nouri al-Maliki n’a pas eu de scrupules à exclure purement et simplement du scrutin les provinces sunnites, contre l’avis de tous les acteurs dont l’ONU", explique Myriam Benraad, chercheuse associée au Ceri-Sciences Po et à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabo-musulman (Iremam). "Le scrutin est donc bel et bien biaisé et Maliki ne reviendra pas sur sa décision puisqu’il a à sa botte les forces de sécurité et l’armée", ajoute-t-elle.

Une controverse entre les différentes communautés a également empêché la tenue du scrutin à Kirkouk, dans le nord, et les trois provinces du Kurdistan irakien ont leur propre calendrier. Au final, seules 12 des 18 provinces sont donc concernées par ces élections.

Campagne sanglante

Pour ce premier scrutin depuis le départ des troupes américaines, les autorités irakiennes devront avant tout montrer qu’elles sont à la hauteur du point de vue sécuritaire. Si elles sont loin du pic de violences interreligieuses de 2006-2007, les tensions entre la majorité chiite et les minorités sunnite et kurde restent fortes en Irak. Les extrémistes sunnites affiliés à Al-Qaïda ont intensifié cette année leurs attaques contre les chiites et les forces de sécurité dans l'espoir de déstabiliser le gouvernement de Nouri al-Maliki. Le mois de mars a d’ailleurs été le plus meurtrier depuis août 2012. Pour Myriam Benraad, "ces groupes armés veulent torpiller toute initiative du gouvernement, qu’ils considèrent comme illégitime car installé grâce aux Américains".

En outre, le climat électoral est propice en lui-même aux violences : toutes les élections depuis 2005 ont donné lieu à des violences meurtrières. Selon Ghati Al Zawbai, membre de la Haute commission électorale cité par le journal "La Croix", la campagne pour ce scrutin a été plus meurtrière que celles des élections législatives de 2010 et des élections provinciales de 2009. Pas moins de quatorze candidats, en grande partie des sunnites, ont été assassinés depuis le début de l'année et des dizaines d’attaques ont été perpétrées contre des réunions politiques. Le 15 avril encore, une vague d'attentats a fait 50 morts et plus de 300 blessés.

Il peut toutefois sembler étonnant que ces rebelles sunnites s’attaquent à d’autres sunnites. Pour Myriam Benraad, c'est parce qu'ils veulent s'en prendre au processus électoral dans sa globalité. "Ils considèrent Nouri al-Maliki comme un apostat [parce qu’il est chiite, NDLR], et les sunnites qui participent aux élections comme des traîtres", explique-t-elle.

Un scrutin test

Ces élections ont donc valeur de test à plusieurs niveaux. En premier lieu pour les autorités du pays, car elles permettront de jauger la popularité de Nouri al-Maliki. En outre, le déroulement et le résultat des élections permettra de "savoir si le nouvel Irak est capable de poursuivre sur la voie de la démocratie amorcée", observe Myriam Benraad. "Ce sera donc également un test pour les institutions du pays qui devront monter si elles résistent ou non aux tentatives d’instrumentalisation du pouvoir en place", poursuit la chercheuse qui rappelle que tous les scrutins depuis 2003 ont été entachés de fraudes et d’irrégularités.

Par ailleurs, l’efficacité du système fédéral est également en jeu. "Le fédéralisme en Irak a été pensé pour éviter précisément le centralisme du pouvoir à Bagdad et la tentation autoritaire, relève Myriam Benraad. On verra si les Irakiens choisissent à l’échelle de la province des dirigeants capables de tenir tête à Maliki." Pour la chercheuse, "le déroulement et le résultat des élections devraient ainsi permettre de confirmer ou d’infirmer le mouvement que semble se dessiner en Irak : à savoir un retour vers un pouvoir autoritaire".



 

Première publication : 19/04/2013

  • IRAK

    Dix ans après la guerre, l’Irak tente de redevenir une puissance régionale

    En savoir plus

  • IRAK

    Vague d'attentats meurtriers à six jours des élections provinciales en Irak

    En savoir plus

  • IRAK

    La grogne des sunnites contre Nouri al-Maliki ne faiblit pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)