Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-président pakistanais Pervez Musharraf placé en résidence surveillée

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/04/2013

Pervez Musharraf a été placé en résidence surveillée par la justice pakistanaise, qui avait ordonné, jeudi, son arrestation. L'ancien président s'était alors enfui du tribunal.

L'ancien président pakistanais Pervez Musharraf a été placé vendredi en résidence
surveillée à son domicile de la banlieue d'Islamabad en vue de sa prochaine présentation devant une juridiction antiterroriste.

La police a escorté l'ancien chef d'état-major de l'armée jusqu'à son domicile, où il restera sous surveillance pendant deux jours.

Le juge qui a ordonné sa comparution devant une juridiction antiterroriste a assimilé l'arrestation de juges, que Pervez Musharraf avait ordonnée en 2007, à une attaque contre l'Etat.

Naveed Malik, avocat présent lors de l'audience, a rapporté que l'ancien général avait réclamé cette mise en résidence surveillée afin de ne pas aller en prison.

"La police doit désormais le présenter à une juridiction antiterroriste dans le délai de deux jours", a dit cet avocat aux journalistes présents à l'extérieur du tribunal.

L'ex-président a été arrêté et placé en résidence surveillée



L'un des avocats de Pervez Musharraf a annoncé qu'il déposerait un recours devant la Cour suprême ce vendredi.

L'ancien militaire, qui a pris le pouvoir par la force en 1999 avant de renoncer à ses fonctions en 2008, est rentré le 24 mars au Pakistan au terme de près de quatre années d'exil volontaire. Il est revenu pour préparer les élections législatives du 11 mai, lors desquelles il espérait remporter un siège.

Son arrestation illustre l'évolution des rapports de force entre la justice civile et l'armée, jadis toute puissante. Les élections du mois de mai doivent permettre la première
transition entre deux gouvernements civils élus au Pakistan.

Certains militaires ne voient toutefois pas d'un mauvais oeil les déboires de Pervez Musharraf.

"Je pense que l'armée n'était pas favorable à son retour et qu'elle a essayé de le dissuader", dit le général Hamid Khan, un ancien chef militaire. "Mais il a choisi de revenir et il doit désormais faire face aux conséquences. L'armée reste en dehors
de tout cela."

Pervez Musharraf est accusé d'avoir violé la Constitution en plaçant des juges en résidence surveillée lors de sa confrontation en 2007 avec l'appareil judiciaire. Il est aussi
accusé de trahison pour avoir suspendu la Constitution et imposé l'état d'urgence.

Il lui est aussi reproché de ne pas avoir fourni de protection suffisante à l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, assassinée lors d'un meeting en décembre 2007.

Pervez Musharraf, qui dément toutes ces accusations, est aussi mis en cause dans la mort d'un chef séparatiste du Baloutchistan.
 

Reuters

Première publication : 19/04/2013

  • PAKISTAN

    L'ex-président Musharraf s’enfuit d'un tribunal d'Islamabad

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L’ex-président pakistanais Musharraf autorisé à se présenter aux législatives

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Après plus de quatre ans d’exil, Pervez Musharraf rentre au Pakistan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)