Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

EUROPE

Le Parti démocrate choisit Romano Prodi pour briguer la présidence

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/04/2013

Le Parti démocrate a désigné à l'unanimité Romano Prodi comme candidat à la présidence de la République. L'ancien président du Conseil, qui dispose d'un large soutien au sein de son parti, est l'un des plus fervents adversaires de Silvio Berlusconi.

Sur proposition de son chef de file, Pier Luigi Bersani, le Parti démocrate (PD) a désigné, ce vendredi 19 avril, à l'unanimité, Romano Prodi pour briguer la présidence italienne, selon une source interne au PD. 

L'ancien président du Conseil et ancien président de la Commission européenne dispose de nombreux soutiens au sein du centre gauche, mais il est vivement rejeté par Silvio Berlusconi, son adversaire politique de longue date et chef de file du centre-droit.

Deux tours de scrutin infructueux

Jeudi, deux tours de scrutin n'ont pas permis au collège de 1007 grands électeurs chargé

Les électeurs attendent le quatrième tour de scrutin

d'élire le nouveau chef de l'État de désigner un nouveau président de la République. La veille, un consensus semblait pourtant avoir été trouvé autour de l’ancien président du Sénat Franco Marini, âgé de 80 ans, soutenu par les centristes, le centre-gauche de Pier Luigi Bersani et le Peuple de la liberté de Silvio Berlusconi. "Franco Marini a effectivement fait l’objet d’un accord mercredi soir, mais il y a énormément de dissensions dans les rangs du centre-gauche", explique Pierre Musso, politologue, spécialiste de l’Italie.

De nombreux membres de la coalition de Pier Luigi Bersani, notamment le fougueux maire de Florence Matteo Renzi et le président de la région des Pouilles, Nichi Vendola, n’ont pas caché leur hostilité au choix de Franco Marini. "C’est un candidat du siècle dernier", a commenté Matteo Renzi, estimant que l’octogénaire n’avait "ni charisme ni la moindre stature internationale".

L’humoriste Beppe Grillo, fondateur du Mouvement cinq étoiles (M5S), parti qui avait cristallisé le vote contestataire pendant les législatives en février, a contribué à décrédibiliser Franco Marini en le taxant "d’homme du système". Il avait appelé les parlementaires de tous bords à voter pour Stefano Rodota, un constitutionnaliste désigné par les militants du Mouvement lors d’un vote sur Internet la semaine dernière.

"Le président est un facteur de stabilité"

En Italie, la fonction présidentielle est largement considérée comme honorifique. Mais une fois nommé, le successeur de Giorgio Napolitano aura la lourde tâche de résoudre la grave crise politique qui dure depuis près de deux mois dans le pays. "Le président est un facteur de stabilité, c’est l’autorité morale, c’est le référant donc il peut se révéler très important, particulièrement dans la crise dans laquelle nous nous trouvons", précise Pierre Musso. Le président dispose en outre d’une arme pour sortir l’Italie du marasme : la possibilité de dissoudre le Parlement. Il lui appartiendra donc de nommer un gouvernement de transition ou d’organiser des élections dès le mois de juillet.

Si aucun candidat n’obtient la majorité des deux tiers après trois votes, l’élection se jouera à la majorité simple à partir du quatrième tour de scrutin. En 2006, quatre votes avaient été nécessaires avant que Giorgio Napolitano soit désigné à la présidence de la République.

Première publication : 19/04/2013

  • ITALIE

    En pleine crise politique, l'Italie se cherche un président

    En savoir plus

  • ITALIE

    Élection présidentielle : Berlusconi soutiendra aussi le candidat de gauche Franco Marini

    En savoir plus

  • ITALIE

    "La logique serait de former un nouveau gouvernement de technocrates à la Monti"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)