Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

EUROPE

Sans surprise, Napolitano réélu pour un second mandat présidentiel

© AFP

Vidéo par Tristan DESSERT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/04/2013

L'actuel président de la République Giorgio Napolitano a été réélu pour un second mandat lors d'un sixième tour de scrutin. Il avait accepté un peu plus tôt de se représenter à son poste pour sortir son pays de la paralysie politique.

Jusqu'à ce samedi 20 avril, il avait toujours refusé de rempiler à cause de son âge. Et pourtant, du haut de ses 87 printemps, Giorgio Napolitano a été réélu pour un second mandat présidentiel "dans l’intérêt supérieur du pays". Pas vraiment une surprise : un peu plus tôt dans la journée, les principaux partis de la péninsule avait exercé une pression non négligeable sur Napolitano pour l'enjoindre à accepter un nouveau mandat et ainsi sortir le pays de sa paralysie politique.

Il faut dire que l’Italie vit un véritable psychodrame politique : les grands électeurs n'avaient toujours pas réussi samedi matin à se mettre d’accord sur le nom d’un successeur, en cinq tours de scrutin ! Dernier échec en date : celui de l’ancien chef du gouvernement Romano Prodi, vendredi 19 avril, dont la candidature jugée prestigieuse a été coulée à la suite de nombreuses défections au sein de son propre parti.

Napolitano, "le seul recours"

Sans surprise donc, Napolitano, le choix "de tous", a obtenu plus que les 504 voix nécessaires pour être réélu."J'espère fortement que dans les prochaines semaines, et à partir des jours à venir, que toutes les parties assumeront leurs devoirs dans le but de consolider les institutions de l'État", a-t-il précisé, lors de sa première déclaration depuis sa réélection.

"La République suspendue au-dessus du vide"

Lors du 5e vote samedi 20 avril, le Peuple de la liberté (PDL) de Silvio Berlusconi avait décidé de ne pas participer au scrutin, son allié de la Ligue du Nord avait décidé de voter bulletin blanc, de même que les centristes du chef du gouvernement sortant Mario Monti.

Le Parti démocrate (PD) de Pier Luigi Bersani avait décidé dès vendredi soir, après l'échec de son candidat, Prodi, de voter blanc lui aussi lors de ce cinquième tour.

Le Mouvement cinq étoiles (M5S) qui a cristallisé le vote contestataire avait continué de voter pour son candidat, Stefano Rodota, un expert de droit constitutionnel, auquel s'est rallié également le parti de gauche SEL, ex-allié du PD. Il a dénoncé un "coup d'État" et appelé à une manifestation dans la soirée de samedi devant le Palais de Montecitorio, qui abrite la Chambre des députés.

Troisième économie de la zone euro, l'Italie continue de s'enfoncer dans la crise politique depuis les élections législatives de fin février qui n'ont dégagé aucune majorité claire. "La République est suspendue au-dessus du vide", titrait samedi le Corriere della Sera, premier quotidien de la péninsule.

Avec dépêches

Première publication : 20/04/2013

  • ITALIE

    Le chef de file du centre gauche Bersani annonce sa démission prochaine

    En savoir plus

  • ITALIE

    Le Parti démocrate choisit Romano Prodi pour briguer la présidence

    En savoir plus

  • ITALIE

    En pleine crise politique, l'Italie se cherche un président

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)