Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

Amériques

Les enquêteurs passent au peigne fin le passé des frères Tsarnaev

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/04/2013

Le FBI fouille scrupuleusement le passé de Tamerlan et Dzhokhar Tsarnaev, les deux frères - dont le premier a été tué - soupçonnés d'être les auteurs de l'attentat de Boston. Les enquêteurs cherchent à comprendre leurs motivations.

En attendant de pouvoir interroger Dzhokhar Tsarnev, le jeune suspect de 19 ans, hospitalisé vendredi et soupçonné – avec son frère Tamerlan – d’être l’auteur de  l'attentat de Boston, les enquêteurs passent au peigne fin le parcours des deux frères.

"Les autorités avares de commentaires sur l'état de santé de Dzhokhar tsarnaev"



Car après plusieurs jours d’angoisse et l'arrestation du frère cadet lors d'une vaste chasse à l'homme de plus de 24 heures, voici venir le temps des questions. Comment ont-ils organisé leur action ? Ont-ils reçu de l’aide extérieure ou intérieure ? Et surtout, pourquoi les deux frères sont-ils passés à l’acte ? Le président Barack Obama a d’ailleurs souligné qu'il restait encore "beaucoup de questions sans réponse" dans cette affaire.

Tamerlan interrogé par le FBI en 2011

Dzhokhar et Tamerlan – tué dans la nuit de jeudi à vendredi par les forces de police – semblaient, a priori, intégrés. Les deux frères avaient immigré en 2003 aux États-Unis, et vivaient depuis plusieurs années à Cambridge, dans la banlieue de Boston. Si Tamerlan affirmait n'avoir "aucun ami américain", Djokhar, lui, qui n'avait pas 10 ans à son arrivée aux États-Unis, semblait totalement épanoui.

Une image d’intégration qui ne cesse aujourd'hui de se fissurer à mesure que l’enquête progresse. Le FBI a en effet révélé ce week-end qu'il avait interrogé Tamerlan Tsarnaev en 2011 "à la demande d'un gouvernement étranger" à propos de son "islam radical" et ses supposés contacts avec des extrémistes islamistes. Selon une source policière citée par le New York Times, la Russie serait à l'origine de cette demande.

"Aucune activité terroriste"

"Cette requête était fondée sur une information selon laquelle (…) il avait drastiquement changé en 2010 alors qu'il se préparait à quitter les États-Unis pour se rendre dans une région du pays [qui avait requis la coopération du FBI, ndlr] afin de joindre des groupes clandestins non précisés", affirme la police fédérale dans un communiqué.

Pourtant, après vérification des communications de Tamerlan, des sites internet qu'il fréquentait et après avoir passé un entretien avec lui et des gens de son entourage, le FBI n'avait trouvé trace "d'aucune activité terroriste" et avait classé l’affaire.

Tamerlan s'est rendu en Tchétchénie en 2012

Anzor Tsarnaev, le père des deux garçons, a indiqué dans un entretien au Wall Street Journal que Tamerlan lui avait effectivement rendu visite au Daguestan entre janvier et juillet 2012. "Il n'a fait que rendre visite à des membres de la famille", a-t-il confié. Père et fils s'étaient même rendus en Tchétchénie pour voir d'autres parents.

Les enquêteurs cherchent également aujourd'hui à en savoir plus sur le mode opératoire des frères Tsarnaev, qui ont utilisé deux bombes rudimentaires, des cocottes-minute chargées de clous et de billes. Samedi 20 avril, Interpol a lancé une alerte sur les caractéristiques des explosifs utilisés, afin de renforcer la sécurité internationale et vérifier si des engins similaires ont déjà été utilisés.

Le récit de l'arrestation

Avec dépêches

Première publication : 21/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Les frères Tsarnaev, symbole d'une génération de djihadistes influencés par Internet ?

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BOSTON

    Les habitants laissent éclater leur joie après l'arrestation du 2e suspect

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Attentats de Boston : ce que l'on sait des deux suspects, les frères Tsarnaev

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)