Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Amériques

Les enquêteurs passent au peigne fin le passé des frères Tsarnaev

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/04/2013

Le FBI fouille scrupuleusement le passé de Tamerlan et Dzhokhar Tsarnaev, les deux frères - dont le premier a été tué - soupçonnés d'être les auteurs de l'attentat de Boston. Les enquêteurs cherchent à comprendre leurs motivations.

En attendant de pouvoir interroger Dzhokhar Tsarnev, le jeune suspect de 19 ans, hospitalisé vendredi et soupçonné – avec son frère Tamerlan – d’être l’auteur de  l'attentat de Boston, les enquêteurs passent au peigne fin le parcours des deux frères.

"Les autorités avares de commentaires sur l'état de santé de Dzhokhar tsarnaev"



Car après plusieurs jours d’angoisse et l'arrestation du frère cadet lors d'une vaste chasse à l'homme de plus de 24 heures, voici venir le temps des questions. Comment ont-ils organisé leur action ? Ont-ils reçu de l’aide extérieure ou intérieure ? Et surtout, pourquoi les deux frères sont-ils passés à l’acte ? Le président Barack Obama a d’ailleurs souligné qu'il restait encore "beaucoup de questions sans réponse" dans cette affaire.

Tamerlan interrogé par le FBI en 2011

Dzhokhar et Tamerlan – tué dans la nuit de jeudi à vendredi par les forces de police – semblaient, a priori, intégrés. Les deux frères avaient immigré en 2003 aux États-Unis, et vivaient depuis plusieurs années à Cambridge, dans la banlieue de Boston. Si Tamerlan affirmait n'avoir "aucun ami américain", Djokhar, lui, qui n'avait pas 10 ans à son arrivée aux États-Unis, semblait totalement épanoui.

Une image d’intégration qui ne cesse aujourd'hui de se fissurer à mesure que l’enquête progresse. Le FBI a en effet révélé ce week-end qu'il avait interrogé Tamerlan Tsarnaev en 2011 "à la demande d'un gouvernement étranger" à propos de son "islam radical" et ses supposés contacts avec des extrémistes islamistes. Selon une source policière citée par le New York Times, la Russie serait à l'origine de cette demande.

"Aucune activité terroriste"

"Cette requête était fondée sur une information selon laquelle (…) il avait drastiquement changé en 2010 alors qu'il se préparait à quitter les États-Unis pour se rendre dans une région du pays [qui avait requis la coopération du FBI, ndlr] afin de joindre des groupes clandestins non précisés", affirme la police fédérale dans un communiqué.

Pourtant, après vérification des communications de Tamerlan, des sites internet qu'il fréquentait et après avoir passé un entretien avec lui et des gens de son entourage, le FBI n'avait trouvé trace "d'aucune activité terroriste" et avait classé l’affaire.

Tamerlan s'est rendu en Tchétchénie en 2012

Anzor Tsarnaev, le père des deux garçons, a indiqué dans un entretien au Wall Street Journal que Tamerlan lui avait effectivement rendu visite au Daguestan entre janvier et juillet 2012. "Il n'a fait que rendre visite à des membres de la famille", a-t-il confié. Père et fils s'étaient même rendus en Tchétchénie pour voir d'autres parents.

Les enquêteurs cherchent également aujourd'hui à en savoir plus sur le mode opératoire des frères Tsarnaev, qui ont utilisé deux bombes rudimentaires, des cocottes-minute chargées de clous et de billes. Samedi 20 avril, Interpol a lancé une alerte sur les caractéristiques des explosifs utilisés, afin de renforcer la sécurité internationale et vérifier si des engins similaires ont déjà été utilisés.

Le récit de l'arrestation

Avec dépêches

Première publication : 21/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Les frères Tsarnaev, symbole d'une génération de djihadistes influencés par Internet ?

    En savoir plus

  • ATTENTATS DE BOSTON

    Les habitants laissent éclater leur joie après l'arrestation du 2e suspect

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Attentats de Boston : ce que l'on sait des deux suspects, les frères Tsarnaev

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)