Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

Asie - pacifique

Colère à New Delhi après le viol d'une fillette de cinq ans

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2013

Le viol et les actes de torture commis sur une fillette de cinq ans ont provoqué la colère des Indiens. Un millier de personnes sont descendues samedi dans les rues de New Delhi pour exprimer leur indignation.

Un millier de manifestants se sont rassemblés samedi à New Delhi devant le siège de la police pour exprimer leur colère après le viol d'une petite fille de cinq ans, qui aurait été torturée et retenue prisonnière pendant près de deux jours.

Les manifestations, qui ont débuté vendredi, ont pris de l'ampleur samedi après la diffusion d'une vidéo sur laquelle un policier apparaît en train de gifler une manifestante.

Des rumeurs selon lesquelles les enquêteurs auraient offert 2.000 roupies (28 euros) à la famille de la fillette pour qu'elle ne porte pas plainte ont également nourri le
mécontentement de la population, quatre mois après le tollé provoqué par le viol d'une étudiante en médecine à New Delhi.

Le porte-parole de la police de New Delhi, Rajan Bhagat, n'a pas commenté ces rumeurs.

Le ministre de l'Intérieur, Sushil Kumar Shinde, a déclaré de son côté que le gouvernement avait ouvert une enquête sur d'éventuelles négligences de la police.

Dans la capitale, certains manifestants rassemblés samedi devant le siège de la police ont tenté de franchir les barrières métalliques de sécurité.

Des manifestations de plus faible ampleur ont également eu lieu devant l'hôpital public où la petite fille a été admise pour y recevoir des soins, ainsi que devant le domicile de Sonia Gandhi, présidente du parti du Congrès au pouvoir, et la résidence du ministre de l'Intérieur.

La fillette est "consciente et éveillée", son état est stable, mais ses blessures sont infectées et si graves qu'une opération pourrait être nécessaire, a indiqué à la presse un responsable de l'Institut indien des sciences médicales.

La police a identifié un suspect de 22 ans, travailleur saisonnier dans la confection, qui est originaire de l'Etat de Bihar, dans le nord-est du pays.

L'homme, qui vit à New Delhi avec son père, un vendeur de jus de fruits, avait pris la fuite dans le Bihar après avoir laissé la fillette pour morte dans un appartement de l'immeuble où vit la famille de l'enfant.

Renvoyé à New Delhi par la police, il est actuellement entendu par les enquêteurs.

Selon des chaînes de télévision, certaines personnes ont tenté de l'attaquer lorsque la police le conduisait à l'aéroport pour le ramener dans la capitale. D'autres lui ont jeté des chaussures.

La fillette, dont les parents ouvriers vivent dans un quartier pauvre de la banlieue de New Delhi, avait disparu de chez elle le 15 avril, selon un responsable du parti Aam Aadmi, qui a appelé à manifester vendredi.

Elle a été retrouvée par des voisins qui ont entendu ses pleurs deux jours plus tard, ont rapporté des médias locaux.

 

Reuters

Première publication : 21/04/2013

  • INDE

    Viol collectif en Inde : polémique après le suicide d'un suspect en prison

    En savoir plus

  • INDE

    L'un des auteurs présumés du viol collectif dans un bus de New Delhi s’est pendu

    En savoir plus

  • INDE

    Nouvelle affaire de viol collectif en Inde, six arrestations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)