Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Colère à New Delhi après le viol d'une fillette de cinq ans

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2013

Le viol et les actes de torture commis sur une fillette de cinq ans ont provoqué la colère des Indiens. Un millier de personnes sont descendues samedi dans les rues de New Delhi pour exprimer leur indignation.

Un millier de manifestants se sont rassemblés samedi à New Delhi devant le siège de la police pour exprimer leur colère après le viol d'une petite fille de cinq ans, qui aurait été torturée et retenue prisonnière pendant près de deux jours.

Les manifestations, qui ont débuté vendredi, ont pris de l'ampleur samedi après la diffusion d'une vidéo sur laquelle un policier apparaît en train de gifler une manifestante.

Des rumeurs selon lesquelles les enquêteurs auraient offert 2.000 roupies (28 euros) à la famille de la fillette pour qu'elle ne porte pas plainte ont également nourri le
mécontentement de la population, quatre mois après le tollé provoqué par le viol d'une étudiante en médecine à New Delhi.

Le porte-parole de la police de New Delhi, Rajan Bhagat, n'a pas commenté ces rumeurs.

Le ministre de l'Intérieur, Sushil Kumar Shinde, a déclaré de son côté que le gouvernement avait ouvert une enquête sur d'éventuelles négligences de la police.

Dans la capitale, certains manifestants rassemblés samedi devant le siège de la police ont tenté de franchir les barrières métalliques de sécurité.

Des manifestations de plus faible ampleur ont également eu lieu devant l'hôpital public où la petite fille a été admise pour y recevoir des soins, ainsi que devant le domicile de Sonia Gandhi, présidente du parti du Congrès au pouvoir, et la résidence du ministre de l'Intérieur.

La fillette est "consciente et éveillée", son état est stable, mais ses blessures sont infectées et si graves qu'une opération pourrait être nécessaire, a indiqué à la presse un responsable de l'Institut indien des sciences médicales.

La police a identifié un suspect de 22 ans, travailleur saisonnier dans la confection, qui est originaire de l'Etat de Bihar, dans le nord-est du pays.

L'homme, qui vit à New Delhi avec son père, un vendeur de jus de fruits, avait pris la fuite dans le Bihar après avoir laissé la fillette pour morte dans un appartement de l'immeuble où vit la famille de l'enfant.

Renvoyé à New Delhi par la police, il est actuellement entendu par les enquêteurs.

Selon des chaînes de télévision, certaines personnes ont tenté de l'attaquer lorsque la police le conduisait à l'aéroport pour le ramener dans la capitale. D'autres lui ont jeté des chaussures.

La fillette, dont les parents ouvriers vivent dans un quartier pauvre de la banlieue de New Delhi, avait disparu de chez elle le 15 avril, selon un responsable du parti Aam Aadmi, qui a appelé à manifester vendredi.

Elle a été retrouvée par des voisins qui ont entendu ses pleurs deux jours plus tard, ont rapporté des médias locaux.

 

Reuters

Première publication : 21/04/2013

  • INDE

    Viol collectif en Inde : polémique après le suicide d'un suspect en prison

    En savoir plus

  • INDE

    L'un des auteurs présumés du viol collectif dans un bus de New Delhi s’est pendu

    En savoir plus

  • INDE

    Nouvelle affaire de viol collectif en Inde, six arrestations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)