Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut faire preuve de fermeté face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

Asie - pacifique

Colère à New Delhi après le viol d'une fillette de cinq ans

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/04/2013

Le viol et les actes de torture commis sur une fillette de cinq ans ont provoqué la colère des Indiens. Un millier de personnes sont descendues samedi dans les rues de New Delhi pour exprimer leur indignation.

Un millier de manifestants se sont rassemblés samedi à New Delhi devant le siège de la police pour exprimer leur colère après le viol d'une petite fille de cinq ans, qui aurait été torturée et retenue prisonnière pendant près de deux jours.

Les manifestations, qui ont débuté vendredi, ont pris de l'ampleur samedi après la diffusion d'une vidéo sur laquelle un policier apparaît en train de gifler une manifestante.

Des rumeurs selon lesquelles les enquêteurs auraient offert 2.000 roupies (28 euros) à la famille de la fillette pour qu'elle ne porte pas plainte ont également nourri le
mécontentement de la population, quatre mois après le tollé provoqué par le viol d'une étudiante en médecine à New Delhi.

Le porte-parole de la police de New Delhi, Rajan Bhagat, n'a pas commenté ces rumeurs.

Le ministre de l'Intérieur, Sushil Kumar Shinde, a déclaré de son côté que le gouvernement avait ouvert une enquête sur d'éventuelles négligences de la police.

Dans la capitale, certains manifestants rassemblés samedi devant le siège de la police ont tenté de franchir les barrières métalliques de sécurité.

Des manifestations de plus faible ampleur ont également eu lieu devant l'hôpital public où la petite fille a été admise pour y recevoir des soins, ainsi que devant le domicile de Sonia Gandhi, présidente du parti du Congrès au pouvoir, et la résidence du ministre de l'Intérieur.

La fillette est "consciente et éveillée", son état est stable, mais ses blessures sont infectées et si graves qu'une opération pourrait être nécessaire, a indiqué à la presse un responsable de l'Institut indien des sciences médicales.

La police a identifié un suspect de 22 ans, travailleur saisonnier dans la confection, qui est originaire de l'Etat de Bihar, dans le nord-est du pays.

L'homme, qui vit à New Delhi avec son père, un vendeur de jus de fruits, avait pris la fuite dans le Bihar après avoir laissé la fillette pour morte dans un appartement de l'immeuble où vit la famille de l'enfant.

Renvoyé à New Delhi par la police, il est actuellement entendu par les enquêteurs.

Selon des chaînes de télévision, certaines personnes ont tenté de l'attaquer lorsque la police le conduisait à l'aéroport pour le ramener dans la capitale. D'autres lui ont jeté des chaussures.

La fillette, dont les parents ouvriers vivent dans un quartier pauvre de la banlieue de New Delhi, avait disparu de chez elle le 15 avril, selon un responsable du parti Aam Aadmi, qui a appelé à manifester vendredi.

Elle a été retrouvée par des voisins qui ont entendu ses pleurs deux jours plus tard, ont rapporté des médias locaux.

 

Reuters

Première publication : 21/04/2013

  • INDE

    Viol collectif en Inde : polémique après le suicide d'un suspect en prison

    En savoir plus

  • INDE

    L'un des auteurs présumés du viol collectif dans un bus de New Delhi s’est pendu

    En savoir plus

  • INDE

    Nouvelle affaire de viol collectif en Inde, six arrestations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)