Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

FRANCE

Les opposants au mariage gay ne comptent "rien lâcher"

© Twitter "La manif pour tous"

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2013

À deux jours du vote solennel sur le mariage homosexuel à l'Assemblée nationale, des dizaines de milliers d'opposants - 45 000 selon la police - ont à nouveau défilé ce dimanche dans les rues de Paris contre le projet de loi.

Ils sont bien décidés "à ne rien lâcher". Plusieurs dizaines de milliers de manifestants contre le mariage homosexuel, 45 000 selon la police et 270 000 selon le collectif "La manif pour tous", se sont rassemblés ce dimanche après-midi dans la capitale, deux jours avant le vote solennel du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe.

les réactions d'élus à la "Manif pour tous"

Aux cris de "Hollande, ta loi, on n'en veut pas !", ou encore "On lâche rien !", le cortège a battu le pavé et quitté la place Denfert-Rochereau pour se diriger vers les Invalides. 

"Débordés"

"Manifestement, nous sommes un peu débordés par l'affluence, alors que nous avons organisé cela en quatre jours et il y a même des gens de régions", a déclaré dès 14h, en tête du cortège, Frigide Barjot, égérie du mouvement contre le mariage homosexuel, qui avait peint sur une de ses joues une femme rose et, sur l'autre joue, un homme bleu.

Pour assuer la sécurité du défilé et éviter tout débordement, des agents de sécurité de La Manif pour Tous, étaient présents. Ils portaient eux des tee-shirts rouges et des oreillettes, et étaient visibles dans la foule et sur les côtés du cortège.

Après avoir maintenu la pression toute la semaine en se rassemblant quotidiennement près de l'Assemblée nationale, où des échauffourées ont éclaté à plusieurs reprises, les opposants au projet de loi comptent sur une nouvelle grande mobilisation pour réaffirmer leur "détermination".

À deux kilomètres des troupes anti-mariage, un rassemblement des partisans de la loi, "pour l'égalité, contre l'homophobie", est organisé place de la Bastille. Sur l'emblématique place parisienne, interdite à la circulation, les pancartes ont défendu les "lesbiennes, gay, bi, trans". Une photo de l'ancienne ministre Christine Boutin, opposante virulente au projet de loi, est présentée comme "un des visages de la haine".

"On va pas lâcher"

Pour les anti-mariage gay, le parcours de ce dimanche 21 avril a suivi le même tracé que la manifestation du 17 novembre, la première grande manifestation contre le texte, prélude à six mois de mobilisation tous azimuts des opposants, jusqu'à la radicalisation de certains groupes ces dernières semaines.

La Manif pour tous, a surtout tenu à dénoncer le "passage en force" du projet de loi en 2e lecture à l'Assemblée.

Ce dimanche, un dispositif renforcé est prévu pour éviter les violences qui ont émaillé la précédente mobilisation, le 24 mars et les heurts de ces derniers jours. À la demande de Manuel Valls, les organisateurs du rassemblement ont été priés de surveiller "les discours de haine". Le ministre de l’Intérieur a également appelé chacun à "prendre ses responsabilités".

Pour ne pas ternir l'image d'un mouvement qui se veut "pacifiste" et "familial", les organisateurs de la manifestation ont mis en place un système de sécurité qui prévoit notamment d’exclure du cortège les opposants les plus radicaux, à l'image du "Printemps français".

UMP et FN côte à côte

Mais cette prudence n’a pas empêché la polémique de s’immiscer dans le cortège. La présence du député FN Gilbert Collard derrière la banderole d'élus, notamment de l'UMP, a fait réagir sur twitter deux députés PS et UDI dénonçant des accointances entre la droite et l'extrême droite. 

"Quand l'alliance UMP et FN se fait dans la rue lors de la #manifpourtous... #collard avec les UMP", a écrit le député PS du Cher, Yann Galut, sur le site de micro-blogging.

le député FN Gilbert Collard aux côtés de Frigide Barjot et d'élus de la République, lors de la "manif pour tous"

Du côté de l’UMP, le président du parti, Jean-François Copé, avait invité les membres de son parti à "participer en masse" à la manifestation. "Afin de montrer à ce gouvernement et à sa majorité que nous mènerons le combat jusqu'au bout", a assuré le maire de Meaux, qui ne participera toutefois pas lui-même à la manifestation.

Les opposants veulent croire à une censure du Conseil constitutionnel

Les opposants veulent croire que le gouvernement peut encore reculer et renoncer à appliquer la loi, comme ce fut le cas pour le Contrat première embauche (CPE) en 2006. Ils mettent également leurs espoirs dans une éventuelle censure du Conseil constitutionnel.

Mardi après-midi, le texte autorisant le mariage homosexuel sera définitivement et solennellement adopté par l'Assemblée nationale, qui a clos ses débats vendredi à l'aube, dans une ambiance électrique. Outre la manifestation nationale du 26 mai, la Manif pour tous appelle à une autre mobilisation le 5 mai.

Avec dépêches

Première publication : 21/04/2013

  • FRANCE

    Plusieurs centaines de manifestants pro-mariage gay défilent à Nantes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mariage homosexuel : fin du débat à l'Assemblée après une séance tendue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Mariage pour tous : ambiance à nouveau tendue à l'Assemblée nationale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)