Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat... les sujets qui fâchent

En savoir plus

Amériques

La grève de la faim se durcit à Guantanamo

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2013

Plus de la moitié des détenus de Guantanamo sont en grève de la faim. Ils protestent contre leur détention sans procès et un examen jugé profanatoire de volumes du Coran pendant une fouille. Certains sont nourris de force.

La prison américaine la plus controversée fait une fois de plus parler d'elle. Alors que les incidents se multiplient à Guantanamo et que plus de la moitié des prisonniers ont décidé d'observer une grève de la faim, une soixantaine de détenus sont désormais maintenus confinés dans des cellules individuelles. "Nous avons essayé d'être patients, de travailler avec eux, de leur donner une chance de se plier à ce qui leur était demandé... Nous sommes arrivés à un stade où le risque était trop élevé, et il était temps de prendre des mesures", explique le colonel John Bogdan, un des responsables de la prison.

À l'origine de ces tensions croissantes, une opération de fouille début février et des Corans examinés d'une manière que les prisonniers ont perçue comme une profanation religieuse. Depuis, la grève de la faim n'a cessé de se propager parmi les prisonniers. Mais c’est avant tout leur détention illimitée depuis plus d’une décennie sans inculpation ni procès que dénoncent la plupart des protestataires.

Promesse non tenue

Dimanche 21 avril, ils étaient 84, soit plus de la moitié des 166 prisonniers de Guantanamo, à refuser de s’alimenter. Parmi eux, seize ont dû être nourris de force et cinq ont été hospitalisés. "Jusqu'à ce que notre gouvernement agisse de la bonne manière à Guantanamo, la frustration ne fera que croître et je ne vois pas comment cela pourrait bien se terminer", a déclaré l’avocat de l’un des détenus.

Depuis 12 ans, des présumés terroristes sont enfermés à Guantanamo, hors de tout cadre légal. Le président Barack Obama s'était engagé à fermer cette prison lors de sa première campagne présidentielle, une promesse non tenue jusqu'ici.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 22/04/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Heurts à Guantanamo entre des gardes et des détenus en grève de la faim

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Guantanamo : des détenus "libérables"... mais loin d'être libérés

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Grève de la faim "sans précédent" des détenus de Guantanamo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)