Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

FRANCE

Mali : l'Assemblée nationale vote la prolongation de l'opération Serval

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2013

L’Assemblée nationale a voté, lundi soir à l'unanimité des suffrages exprimés, la prolongation de l'opération Serval au Mali, engagée le 11 janvier. Seul le groupe du Front de gauche s'est abstenu. Le vote du Sénat doit suivre dans la soirée.

Sans surprise, les députés français ont dit oui au prolongement de la mission d'intervention militaire au Mali où l'armée tricolore a amorcé un retrait de ses quelque 4 000 hommes. Les sénateurs devraient faire de même, dans la foulée de cette soirée du 22 avril.

L'opération Serval, engagée le 11 janvier par le président François Hollande pour chasser les islamistes qui occupaient alors le nord du Mali, fait consensus au sein de la classe politique française.

Sa prolongation a été approuvée par 342 voix contre zéro au Palais-Bourbon. L'UMP a voté pour, avec des réserves. Le groupe du Front de gauche, qui avait voté l'envoi de troupes françaises au Mali, a décidé cette fois-ci de s'abstenir.

Serval, "une réussite", selon Ayrault

Jean-Marc Ayrault : 'Il faudra que tous ces groupes, y compris le MNLA, renoncent à leurs armes"

"Serval est une réussite dont chaque Français doit être fier", a dit le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui rendu hommage aux cinq soldats français tués au Mali. En intervenant aux côtés des troupes africaines, "la France était tout simplement à sa place et à la hauteur de ses responsabilités", a-t-il estimé dans son propos liminaire.

"Le moment est venu de passer le relais à nos amis africains", a-t-il ajouté, jugeant "essentiel que l'élection présidentielle puisse se tenir en juillet prochain" au Mali. Le nombre de soldats français doit passer d'un peu moins de 4 000 soldats français aujourd'hui à 2 000 cet été et un millier à la fin de l'année.

La France passe le relais à la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) qui compte 6 300 hommes. L'Onu a proposé de déployer une mission de paix, appelée à remplacer éventuellement la Misma selon des modalités à définir.

Doutes à l'UMP, abstention du Front de gauche

L'UMP, par la voix de Pierre Lellouche, a émis des doutes sur la renaissance d'un État malien viable et réconcilié. "À qui allons-nous rendre les clés ?", s'est-il inquiété. "Les mois qui viennent seront déterminants pour la suite de cette opération qui recèle, chacun le voit bien, des risques d'enlisement considérables", a-t-il dit.

Laurent Fabius : "Un millier d'hommes au total, en soutien à la Minusma"

L'élu de Paris a aussi déploré l'absence de soutien de l'Europe à l'intervention française, évoquant un "constat de décès de la belle idée de défense européenne". "Quand pourra-t-on dire que nos troupes auront rempli leur mission? Quels seront les objectifs réels de notre présence militaire? Ces questions fondamentales ont reçu des réponses trop évasives", a estimé pour sa part le communiste Jean-Jacques Candelier, orateur du groupe Front de gauche.

Depuis juillet 2008, la Constitution française oblige le gouvernement à soumettre au Parlement la prolongation d'une opération armée lorsqu'elle excède quatre mois. C'est la quatrième fois que cette procédure est utilisée.

Avec dépêches

Première publication : 22/04/2013

  • MALI

    Les soldats tchadiens s'apprêtent à se retirer du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Les premiers soldats français rentrent du Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Les troupes de la Cédéao "totalement incapables", estime le Pentagone

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)