Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama envoyent 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

EUROPE

L'UE lève partiellement l'embargo pétrolier sur la Syrie

© AFP

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/04/2013

L'Union européenne a décidé d'assouplir ses sanctions envers la Syrie en autorisant, sous certaines conditions, l'achat de pétrole syrien afin d'apporter une aide financière à la rébellion contre Assad et de soulager la population civile.

L'Union européenne a annoncé, lundi 22 avril, une levée partielle de l'embargo pétrolier en Syrie afin d'aider financièrement la rébellion engagée contre Bachar al-Assad.

Les ministres des Affaires étrangères européens, réunis au Luxembourg, ont autorisé, sous conditions, l’importation de pétrole brut produit en Syrie, l’exportation d’équipements dans le secteur pétrolier et gazier ainsi que les investissements dans ces domaines.

George Sabra nommé président par intérim de l'opposition syrienne

George Sabra a été désigné président par intérim de l'opposition syrienne, a annoncé lundi le Conseil national syrien (CNS), au lendemain de la démission d'Ahmed Moaz al-Khatib. La prochaine élection du chef de la Coalition se tiendra le 10 ou 11 mai prochain.

George Sabra, un chrétien de 66 ans, a été jusqu'à présent le chef du CNS. Vétéran de l'opposition, c'est un ancien instituteur communiste qui a passé de longues années en prison et dans la clandestinité. Il a quitté la Syrie au début de 2012 dans le but de contribuer à structurer l'opposition. "Abou Chadi", comme le surnomment ses partisans, est populaire pour son intransigeance, refusant tout compromis avec le régime.

Les achats de pétrole seront autorisés à condition qu’ils soient validés par une organisation légitime de l’opposition.

"Nous répondons aux critiques de l'opposition"

Les ministres ont jugé "nécessaire" d'"introduire des dérogations" aux sanctions dans le but d'"aider la population civile syrienne, en particulier en réponse aux problèmes humanitaires (...) et pour restaurer une activité économique normale", ont-ils indiqué dans les conclusions de leur réunion.

"Nous répondons aux critiques de l'opposition et de la population, qui affirment être plus affectées par les sanctions internationales que le régime" de Bachar al-Assad, a expliqué un haut responsable de l'UE.

"Tout ce qui peut contribuer à augmenter les ressources disponibles pour les personnes affectées par cette crise est évidemment bienvenu", a déclaré de son côté la commissaire européenne à la Coopération internationale et l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva.

La production divisée par trois depuis mars 2011

Les Vingt-Sept avaient interdit, en 2011, l’achat de pétrole syrien par les entreprises européennes en réponse à la répression du soulèvement contre le président syrien.

Depuis le début de la révolte en mars 2011, la production pétrolière syrienne a été pratiquement divisée par trois, tombant à 130 000 barils par jour en mars dernier, soit à peine plus de 0,1 % du total mondial, selon les dernières estimations de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Le gros des champs pétroliers de la Syrie est concentré autour de Deir Ezzor, dans l'est du pays, près de la frontière irakienne. Certains d'entre eux se trouvent désormais aux mains des rebelles.

Avec dépêches

Première publication : 22/04/2013

  • SYRIE

    L'opposition syrienne dénonce un massacre dans un quartier de Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Pour Bachar al-Assad, l'Occident paiera cher son soutien à Al-Qaïda

    En savoir plus

  • SYRIE

    Nouvelle démission de Moaz al-Khatib, le chef de l'opposition syrienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)