Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Brésil – Pays-Bas : la Seleçao veut sauver son honneur

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

Afrique

L'ambassade de France à Tripoli visée par un attentat à la voiture piégée

© @Eh4b10 (Twitter)

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2013

L'ambassade de France à Tripoli a été la cible d'un attentat. Deux gendarmes français ont été blessés, dont un grièvement. Paris condamne l'attaque. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, est arrivé sur place.

L'ambassade de France à Tripoli, en Libye, a été visée mardi 23 avril au matin par un attentat, blessant deux gendarmes français, dont l'un grièvement, et provoquant d’importants dégâts matériels. Une source de sécurité libyenne a indiqué que l’explosion avait été causée par une voiture piégée. "Il ne reste plus rien de mon bureau", a déclaré à l'AFP une employée française de l'ambassade qui est installée dans une villa de deux étages située au coin d'une rue du quartier résidentiel de Gargaresh.

Aucune indication n'a pu être obtenue dans l'immédiat sur les motifs ou les auteurs de cet attentat. Le parquet de Paris a ouvert une enquête et un groupement de dix gendarmes du GIGN a été envoyé sur place afin de renforcer la sécurité des lieux et examiner les conditions d'un déménagement de l'ambassade. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la sous-direction antiterroriste (SDAT) ont également été saisies.

Sur l’antenne de FRANCE 24, Jean Glavany, député PS, actuellement en visite sur place, parle d’une véritable "scène de guerre avec des voitures en feu, des inondations et des ruines". Selon lui, "60 % de la chancellerie est inutilisable". Et d’ajouter : "La France est un pays exposé [à ce genre d’attentat] et l’intervention au Mali l’a exposée un peu plus. Il ne faut donc pas s’étonner que les intérêts français soient visés, c’est tragiquement cohérent", a-t-il commenté. 

Réaction de Jean Glavany, député PS en visite en Libye

Toutefois, l’ambassade n’avait pas reçu de menace directe, indique Marine Casalis, la correspondante de FRANCE 24 à Tripoli. "Certains estiment que les auteurs ne sont probablement pas libyens car il n’y a pas de sentiment anti-français dans le pays", précise-t-elle.

Bâtiment en flammes

Sur Twitter, les photos d’un Libyen témoin de la scène, @Eh4b10, montrent le bâtiment quasiment détruit et en flammes. L’internaute fait également état d’importants dommages collatéraux sur les habitations voisines. En raison de la puissance de l'explosion, deux villas en face de l'ambassade ont subi d'importants dégâts. La rue devant la chancellerie a été inondée d'eau vraisemblablement en raison de l'explosion d'un tuyau.
 
 
La France "condamne avec la plus grande fermeté l'attentat", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui est arrivé en Libye dans l'après-midi. "En liaison avec les autorités libyennes, les services de l'État mettront tout en œuvre pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cet acte odieux et que ses auteurs soient rapidement identifiés", a ajouté le ministre dans un communiqué. Dans une brève allocution, il également déclaré que "cet attentat aurait pu être absolument un carnage. Il s'en est fallu de quelques minutes : si le personnel avait été là, cela aurait été un drame épouvantable. Cet attentat était fait pour tuer. La France ne cédera pas."
 
Le ministre des Affaires étrangères libyen qui s’est rendu sur place a également condamné cet attentat visant la France qu’il a qualifié de "pays frère ayant appuyé la Libye pendant la révolution".
 
Par précaution, l'école et le lycée français de Tripoli, situés dans le même quartier que l’ambassade, ont été fermés jusqu’à nouvel ordre. Les activités du Centre culturel français ont également été suspendues.
 
Le 11 septembre dernier, le consulat des États-Unis à Benghazi, dans l'est de la Libye, avait été la cible d'une attaque ayant coûté la vie à l’ambassadeur américain, Christopher Stevens, ainsi qu’à trois agents américains. Mais c'est la première fois qu'une représentation étrangère à Tripoli est visée par une attaque depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi, en 2011. 

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 23/04/2013

  • LIBYE

    Un conseiller du Premier ministre enlevé dans la banlieue de Tripoli

    En savoir plus

  • LIBYE

    Reportage : en Libye, la breakdance à l'épreuve d'une société conservatrice

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)