Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

EUROPE

Deux militants présumés d'Al-Qaïda arrêtés en Espagne

© AFP | Jorge Fernandez-Diaz, ministre espagnol de l'Intérieur

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/04/2013

Au terme d'une enquête menée avec les Français et les Marocains, la police espagnole a arrêté deux militants soupçonnés d'être liés à Al-Qaïda. Selon le ministre de l'Intérieur Fernandez-Diaz, les suspects ont un profil de "loup solitaire".

L'Espagne a annoncé mardi l'arrestation de deux militants présumés d'Al-Qaïda, présentés comme des "loups solitaires" qui auraient été approchés via Internet par des responsables de la branche maghrébine du réseau au Mali.

Les deux suspects, l'un d'origine marocaine, l'autre d'origine algérienne, ont été arrêtés mardi à Saragosse, dans le nord de l'Espagne, et à Murcie, dans le sud-est, au terme d'une enquête menée depuis plus d'un an par la police espagnole, en coopération avec les polices française et marocaine.

"Leur profil correspond à celui que nous pourrions qualifier de 'loup solitaire'", a expliqué le ministre de l'Intérieur, Jorge Fernandez-Diaz, "comme le fut Merah en France ou comme les deux Tchétchènes auteurs des attentats de Boston".

Les deux hommes "sont soupçonnés d'avoir fait partie d'une cellule radicale jihadiste appartenant à Aqmi" ou Al-Qaïda au Maghreb islamique, a indiqué le ministre, ajoutant que les services de renseignement espagnols avaient "coopéré de manière très étroite avec ceux d'autres pays" dans cette enquête.

"La menace est globale", a-t-il souligné. "La menace en Espagne n'est pas plus importante qu'ailleurs. Nous avons une menace commune. La réponse doit être commune".

Les deux hommes, qui doivent comparaître jeudi au tribunal de l'Audience nationale à Madrid, chargé des affaires de terrorisme, ont été présentés par une source judiciaire comme des militants qui "se seraient radicalisés ces derniers temps, accédant à des sites radicaux jihadistes".

Selon cette source, "il n'existe pas pour le moment d'éléments permettant de dire qu'ils appartiendraient à une cellule d'Al-Qaïda, sans préjuger de faits nouveaux qui pourraient apparaître".

En revanche, selon le ministère de l'Intérieur, les deux hommes présenteraient "un profil" proche de ceux des suspects de l'attentat du marathon de Boston, les deux frères d'origine tchétchène Djokhar et Tamerlan Tsarnaev, qui avaient émigré au début des années 2000 aux Etats-Unis avec leurs parents.

M. Fernandez-Diaz a également évoqué des ressemblances avec le parcours de Mohamed Merah, un petit délinquant rallié à un islam radical abattu par les forces de l'ordre en mars 2012 à Toulouse, dans le sud de la France, après avoir assassiné trois parachutistes, et un professeur et trois enfants d'une école juive.

Nou Mediouni, âgé de 23 ans, d'origine algérienne et arrêté à Saragosse, "était usager d'une plateforme radicale islamiste connue, depuis laquelle des responsables d'Aqmi, basés au Mali, procédaient au recrutement de candidats au profil radical", a expliqué le ministère dans un communiqué.

Ainsi recruté, l'homme, qui suivait une formation en informatique, "avait reçu des instructions pour un voyage vers un camp d'entraînement jihadiste situé dans le nord du Mali".

La forte présence policière internationale sur le terrain avait fait échouer ce projet et le suspect "avait dû regagner l'Espagne, témoignant d'un important niveau de frustration pour ne pas avoir pu 'mourir en martyr' comme il le souhaitait", ajoute le communiqué.

Quant à Hassan El Jaaouani, 52 ans, d'origine marocaine et arrêté à Murcie, il s'agit d'un homme "lié à la délinquance de droit commun", sans travail, qui "aurait lui aussi eu des contacts avec des responsables d'Aqmi basés au Mali et chargés du recrutement de militants radicaux en Espagne", selon le ministère de l'Intérieur.

Frappée le 11 mars 2004 par des attentats islamistes contre des trains de banlieue à Madrid, qui avaient fait 191 morts, l'Espagne a procédé depuis à de nombreuses arrestations dans les milieux extrémistes.

Au total, selon le ministère de l'Intérieur, 13 militants islamistes présumés ont été arrêtés depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement de Mariano Rajoy à la fin 2011.

Ainsi le 8 février, un Marocain, Mohamed Echaabi, décrit comme présentant un profil "quasi-identique" à celui de Mohamed Merah, avait été arrêté en Espagne. Il s'agissait, selon les autorités, d'un homme qui s'était "autoradicalisé sur Internet" et avait l'intention de "commettre des actes terroristes".

Le précédent coup de filet contre Al-Qaïda en Espagne remonte au 2 août 2012, avec l'arrestation dans la région de Cadix, dans le sud, de trois membres présumés du réseau islamiste, deux Tchétchènes et un Turc, soupçonnés d'avoir préparé un attentat sur le sol espagnol ou ailleurs en Europe.

AFP

Première publication : 23/04/2013

  • TERRORISME

    La police canadienne déjoue un attentat contre un train Toronto-New York

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    La Belgique agit contre les filières de recrutement de combattants pour la Syrie

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentat de Boston : la France renforce sa sécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)