Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

Amériques

Washington ne peut certifier l'utilisation d'armes chimiques par Damas

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2013

À l'instar de Benjamin Netanyahou, les États-Unis ne sont pas en mesure, à l'heure actuelle, de confirmer l'usage d'armes chimiques contre les rebelles par le régime syrien. Plus tôt ce mardi, un général israélien avait affirmé le contraire.

Contrairement à ce qu’affirme un général des renseignements israéliens, la Maison Blanche a indiqué mardi soir qu’elle n’était pas "parvenue à la conclusion" de l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad en Syrie. Les États-Unis mènent néanmoins l’enquête pour savoir si de telles armes ont été utilisées, ce qui serait "inacceptable" selon Barack Obama.

"Nous soutenons une enquête, nous surveillons (cette affaire) et nous ne sommes pas parvenus à la conclusion que (des armes chimiques) ont été utilisées", a précisé le porte-parole de l'exécutif américain, Jay Carney, indiquant qu’il était difficile de déterminer quand de telles armes étaient utilisées.

Plus tôt mardi, le général Itaï Brun, chef du département de recherche et d'analyse au sein de la division du renseignement de l'armée israélienne, avait accusé le régime de Bachar al-Assad d'"utiliser des armes chimiques" dans sa guerre contre les rebelles. "Pour autant que nous le sachions en fonction de notre expertise, le régime a utilisé des armes chimiques mortelles contre les rebelles au cours d'une série d'incidents ces derniers mois", a-t-il déclaré, selon une retranscription de ses propos fournie par l'armée israélienne.

Pas de confirmation de Netanyahou, selon Kerry

Le secrétaire d'État américain John Kerry a de son côté indiqué, mardi à Bruxelles en marge d’une réunion de l’Otan, que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou n'avait pas pu lui confirmer l'utilisation par la Syrie de telles armes.

Le mois dernier, le gouvernement syrien et les rebelles se sont mutuellement accusés d'avoir mené une attaque chimique près de la ville d'Alep, dans le nord.

En déplacement en Israël, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a déclaré lundi que si le gouvernement syrien s'était bien servi d'armes chimiques, ce serait le franchissement d'une "ligne rouge susceptible de changer la donne".

Avec dépêches
 

Première publication : 23/04/2013

  • SYRIE

    Un général israélien accuse Damas d'avoir utilisé des armes chimiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)