Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Amériques

Washington ne peut certifier l'utilisation d'armes chimiques par Damas

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/04/2013

À l'instar de Benjamin Netanyahou, les États-Unis ne sont pas en mesure, à l'heure actuelle, de confirmer l'usage d'armes chimiques contre les rebelles par le régime syrien. Plus tôt ce mardi, un général israélien avait affirmé le contraire.

Contrairement à ce qu’affirme un général des renseignements israéliens, la Maison Blanche a indiqué mardi soir qu’elle n’était pas "parvenue à la conclusion" de l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad en Syrie. Les États-Unis mènent néanmoins l’enquête pour savoir si de telles armes ont été utilisées, ce qui serait "inacceptable" selon Barack Obama.

"Nous soutenons une enquête, nous surveillons (cette affaire) et nous ne sommes pas parvenus à la conclusion que (des armes chimiques) ont été utilisées", a précisé le porte-parole de l'exécutif américain, Jay Carney, indiquant qu’il était difficile de déterminer quand de telles armes étaient utilisées.

Plus tôt mardi, le général Itaï Brun, chef du département de recherche et d'analyse au sein de la division du renseignement de l'armée israélienne, avait accusé le régime de Bachar al-Assad d'"utiliser des armes chimiques" dans sa guerre contre les rebelles. "Pour autant que nous le sachions en fonction de notre expertise, le régime a utilisé des armes chimiques mortelles contre les rebelles au cours d'une série d'incidents ces derniers mois", a-t-il déclaré, selon une retranscription de ses propos fournie par l'armée israélienne.

Pas de confirmation de Netanyahou, selon Kerry

Le secrétaire d'État américain John Kerry a de son côté indiqué, mardi à Bruxelles en marge d’une réunion de l’Otan, que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou n'avait pas pu lui confirmer l'utilisation par la Syrie de telles armes.

Le mois dernier, le gouvernement syrien et les rebelles se sont mutuellement accusés d'avoir mené une attaque chimique près de la ville d'Alep, dans le nord.

En déplacement en Israël, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a déclaré lundi que si le gouvernement syrien s'était bien servi d'armes chimiques, ce serait le franchissement d'une "ligne rouge susceptible de changer la donne".

Avec dépêches
 

Première publication : 23/04/2013

  • SYRIE

    Un général israélien accuse Damas d'avoir utilisé des armes chimiques

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)